Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 22:40

Le Matrimandir, centre et lieu de méditation d'Auroville



Auroville (La cité de l'Aurore) est située à une dizaine de kilomètres au nord de Pondichéry dans le Tamil Nadu en Inde. Cette ville a été créée par Mirra Alfassa (Mirra Richard), plus connue sous le nom de La Mère, compagne spirituelle de Sri Aurobindo, penseur indien de l’homme nouveau. Elle a pour vocation d'être « le lieu d'une vie communautaire universelle, où hommes et femmes apprendraient à vivre en paix, dans une parfaite harmonie, au-delà de toutes croyances, opinions politiques et nationalités » http://www.auroville.org/vision/tobeatrueavlian.htm.



Sommaire

[masquer]

La ville [modifier]



Auroville est construite d'après les plans conçus par l'architecte français Roger Anger. Lors de son inauguration, le 28 février 1968, en présence du président de la République indienne et de représentants venus de 124 pays, chacun versa une poignée de terre de son sol natal dans une urne en signe de fraternité universelle.

Au centre d'Auroville se trouve le Matrimandir, considéré comme l'âme de l'endroit par La Mère.

Le projet originel de la ville prévoit 4 zones (internationale, culturelle, industrielle, résidentielle) aménagées autour du Matrimandir, occupant 25 km2 (actuellement 10 km2 sont réalisés). La ville est supposée avoir la forme d'une spirale galactique une fois sa construction achevée. Auroville devait à l'origine accueillir 50 000 habitants. Mais, en 2008, la communauté ne regroupait que 2 018 Aurovilliens dont 1 570 adultes, invités ponctuellement à se réunir pour prendre une partie des décisions, l'unanimité étant requise. Dans ce petit bout de monde, on ne suit ni hiérarchie, ni chef, ni gourou. Par une loi non écrite, l'ancienneté confère toutefois une certaine autorité morale, voire quelques privilèges.

Auroville se compose de l'agglomération d'environ 80 villages répartis dans un rayon d'une vingtaine de kilomètres, qui abritent une communauté internationale d'environ 2 000 résidents dont les 2/3 de 33 nationalités différentes.

À leur arrivée, hommes et femmes trouvèrent un site aride, sans eau. Ils creusèrent des puits et, pour faciliter le pompage, installèrent des éoliennes, un réseau d'évacuation et d'adduction d'eau, développèrent des activités artisanales et un centre de traitement informatisé…

Sur le papier, tout a l'air simple. Impossible cependant de se repérer pour le néophyte. Les chemins en terre forment un labyrinthe qu'aucun panneau indicateur ne renseigne.

La Mère parlait du projet en ces termes : « Il doit exister sur Terre un endroit inaliénable, un endroit qui n'appartiendrait à aucune nation, un lieu où tous les êtres de bonne volonté, sincères dans leurs aspirations, pourraient vivre librement comme citoyens du monde… »[réf. nécessaire].


Quelques communautés et leurs centres d'activités :

  • Forecomers (agriculture et technologies de substitution)
  • Aurelec (informatique)
  • Fertile (reboisement et agriculture)
  • Nine Palms (reboisement et agriculture)
  • Meadows (reboisement et agriculture)
  • Fraternity (communauté artisanale travaillant avec les villageois tamouls)
  • Aspiration (éducation, santé et activité du village)

L'Unesco soutient le projet depuis le début. En 1988, le parlement indien a accordé à ce grand village de 20 km² un statut unique dans le pays. Depuis, Auroville bénéficie d'une liberté d'action privilégiée et ses habitants étrangers d'un statut préférentiel pour leur visa (un an renouvelable contre six mois pour les touristes).

Quarante ans en arrière, personne ne se serait battu pour ce plateau aride, raviné par les moussons et balayé par les vents de sable. Plus de deux millions d'arbres et d'arbustes ont été plantés en quatre décennies : le désert s'est mué en un paradis tropical.
La reforestation n'est pas le seul domaine en pointe à Auroville. Les équipes du CSR, son Centre de recherche scientifique, s'intéressent activement aux énergies renouvelables, au recyclage et à la purification de l'eau (fontaine Mélusine), aux constructions écologiques ainsi qu'aux véhicules hybrides et électriques... depuis plus de vingt ans. Autant de travaux taxés d'utopiques ou d'avant-gardistes hier et qui concernent les laboratoires de toute la planète de nos jours.

À Auroville, on ne croise aucun panneau publicitaire, aucun vendeur de gadgets électroniques, de vêtements à la mode. Tout juste une banque en périphérie et quelques supérettes. La simplification de la vie quotidienne passe aussi par l'absence de tentations. Mais si la Mère rêvait d'atteindre cet idéal, la réalité est plus nuancée. Éducation, soins médicaux de base, culture et activités sportives sont effectivement gratuits. Pour le reste, ceux qui n'ont pas de revenus touchent une maintenance de 5 000 roupies (environ 74 euros) par mois. De l'argent virtuel, débité pour les achats effectués à Auroville, les factures d'électricité ou de restauration. Impossible néanmoins de se contenter de cette somme: le nouvel arrivant doit pourvoir aux frais de location, puis de construction de son logement; ce pécule ne peut suffire à qui souhaite voyager ou payer des études supérieures à ses enfants. Pour pallier ce problème, certains ont fait le pari d'une unité commerciale à Auroville même : hébergement des invités, fabrication d'encens, de produits "bio", d'objets artisanaux, etc... (une partie des bénéfices commerciaux est reversée à la communauté).

Constructions majeures d'Auroville [modifier]

L'un des plans d'origine d'Auroville

Quelques constructions [modifier]

  • Visitors center (Centre des visiteurs) : constructions d'une grande ampleur architecturale afin d'accueillir les visiteurs. On y trouve plusieurs photos d'Auroville à l'origine, des livres et une restauration. Également, un amphithéâtre où se tiennent des spectacles.
  • Bharat nivas (Maison de l'Inde) : culture d'Auroville. Cela consiste en divers amphithéâtres, cinémas, bibliothèque, etc.
  • Pour tous : le plus grand supermarché d'Auroville.
  • Language laboratory (Laboratoire des langues) : lieu commun d'échanges pour l'étude et l'apprentissage des langues dans des cours par l'écrit, l'audio, l'oral, ordinateur, etc.
  • Cuisine solaire : cuisine vaste et peu chère (25 roupies/repas soit environ 50 centimes d'euro) pour Aurovilliens et les résidents. Néanmoins, elle représente un coût un peu plus élevé (80 roupies/repas soit environ 1,5 euro) pour les personnes voulant y manger et devant réserver.
  • New Creation Corner (Angle des nouvelles créations) : restaurant à côté du réfectoire New Creation. Il s'agit d'un restaurant classique, avec des kelneroj, entraînant de fait une augmentation des prix (environ 100 Rpj/repas soit environ 2 euros). La monnaie et les cartes bancaires sont acceptées.

Le Pavillon Tibétain [modifier]

Claude Arpi est le directeur du Pavillon Tibétain de la cité internationale d'Auroville [1] L’architecture du Pavillon Tibétain a été conçue sur les plans du Mandala du Kalachakra et ses différentes pièces sont disposées symétriquement autour d’une cour centrale. Le 14e Dalaï Lama a inauguré le Pavillon, en présence de Claude Arpi, le 20 janvier 2008. [2] Le Dalaï Lama a déclaré à cette occasion : « Actuellement nous avons vraiment besoin d'un effort pour promouvoir l’esprit humain authentique, d’un respect de tout être humain sans distinction de race, de culture, d’origine, de religion, c’est ce qui est important ».

Charte d'Auroville [modifier]

Charte lue par la Mère à l'inauguration d'Auroville.

1. Auroville n'appartient à personne en particulier. Auroville appartient à toute l'Humanité dans son ensemble. Mais pour séjourner à Auroville, il faut être le serviteur volontaire de la Conscience Divine.

2. Auroville sera le lieu de l'éducation perpétuelle, du progrès constant, et d'une jeunesse qui ne vieillit point.

3. Auroville veut être le pont entre le passé et l'avenir. Profitant de toutes les découvertes extérieures et intérieures, elle veut hardiment s'élancer vers les réalisations futures.

4. Auroville sera le lieu des recherches matérielles et spirituelles pour donner un corps vivant à une unité humaine concrète.

http://www.auroville.org/vision/maonav_selected.htm

Remarques [modifier]

  • Dans cette société prônant l'égalité entre les hommes sans distinction de classe sociale et où la notion d'argent devait être bannie, les habitations reflètent malgré tout les disproportions de niveaux de vie.
  • Actuellement, pour devenir membre d'Auroville, il faut faire ses preuves pendant deux ans[3], il faut un visa indien de type X (signifiant extensible, renouvelable et permettant de résider en Inde), ainsi que l'argent nécessaire pour vivre au moins un an sans être rémunéré pour son travail. [4]

 

Voir aussi [modifier]

Wikimedia Commons propose des documents multimédia libres sur Auroville.

Articles connexes [modifier]

Références [modifier]

Bibliographie [modifier]

  • Monique Patenaude. "Made in Auroville, India", roman français, Les Editions Triptyque, 2004.
  • Émission de France Inter Interception du dimanche 18 mai 2008 "Auroville idéale" [1] par Angélique Bouin et Valérie Cantié
  • Documentaire avec Jean-Pierre Elkabbach, pour 5 colonnes à la une [2]

Liens externes [modifier]

Partager cet article

Repost 0
Published by Eva R-sistons au choc de civilisations - dans Alliance civilisations
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Eva pour la communion des civilisations
  • Eva pour la communion des civilisations
  • : Eva est une femme de paix, de consensus, s'opposant au "choc de civilisations", prônant la tolérance, le dialogue et même la communion de civilisations. Elle veut être un pont fraternel entre les différentes religions monothéistes. Elle dénonce les fondamentalismes, les intégrismes, les communautarismes sectaires et fanatiques, repliés sur eux, intolérants, va-t-en-guerre, dominateurs, inquisiteurs, haineux, racistes, eugénistes, impérialistes.
  • Contact

Recherche