Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 août 2008 7 10 /08 /août /2008 05:16

 



Libre est le Vrai juif. Qu'il soit juif sans le savoir ou juif sans le vouloir. Enfant de l'Univers il est. Liberté se nomme sa mère. Un homme né libre. Prêt à mourir pour le rester. Sans dieu ni maître. Sans chaînes. Sans esclaves. Au fond de lui danse un ciel étoilé où se fondaient les yeux des ancêtres millénaires... juste avant de dormir. Seulement riche d'un horizon illimité pour caresser l'immensité. Sa Mission est d'arpenter le monde... des éclats de soleil explosant son  regard pour tous les malheureux. La main tendue vers eux... si beaux dans leur différence. Si parfaits dans leur réciprocité. Si méritants d'être aimés. Comprendre. Partager. Donner.

Libre est le Vrai juif. Ce juif-là que nul ne peut endoctriner ni soumettre. Asservi à personne et à rien. Ni aux religieux ni aux idéologues. Que nul ne peut river à la moindre parcelle de terre parce que partout chez lui... il est. Universel. Rêvant d'une maison sans portes ni fenêtres où pourraient entrer tous les frères perdus. Bafoués. Battus. Dans un monde cruel où les règles de l'Hospitalité auraient peut-être cours. Où... un rempart de mon corps je ferai... entre l'Ami protégé et l'Ennemi rengainant son arme et repartant... respectueux du code d'honneur.

Il était libre comme un Vrai juif. Ni à acheter ni à vendre. Brûlait en lui le sens du Sacré que ne possédaient pas les Imposteurs prostitués à Mammon. Les traitres au Vrai juif sont les mêmes aujourd'hui
Un Vrai juif ... aime trop la Lumière pour vendre son Âme à l'Ombre.
Libre est le Vrai juif. Libre de donner pour le plaisir de voir naître un sourire. Libre d'Aimer jusqu'à se confondre avec tous les êtres. Libre à mourir pour te sortir de ta servitude. Libre. Si libre. Si rebelle. Rêvant de fracasser tous les murs. Toutes les frontières.

ô mon Frère... Toi vers qui les mains se tendaient. Toi qui rendais le soleil volé aux malheureux par les menteurs. Toi, guérisseur d'Âme... briseur de chaînes... Porteur de Liberté... Toi, tu incarnais le vrai Juif. Ce Juif-là exemplaire pour qui l'on ne ressent qu'Amour infini tant il apporte de paix sereine. Pas comme ces meurtriers crucifiant de honte le Vrai juif au mur de leurs ignominies. ... Prisonniers de leur haine et qui n'ont pas compris que libre est le Vrai juif.

Libre est le Vrai juif... comme le vent soufflant dans le désert brûlant de mes ancêtres millénaires. Ceux qui rêvaient pour moi d'un paradis sur terre et parlaient à la lune pour calmer leurs souffrances. Avec comme fortune leur coeur en bandoulière et leur regard profond... captivant... pour les femmes.


Aller toujours plus loin pour éclairer le monde. Le rendre pacifique. Toujours plus bleu. Ne jamais rester sourd aux appels déchirants des êtres persécutés. Prendre parti pour eux comme un homme d'Honneur... verser même mon sang pour défendre ce frère quelque que soit sa couleur. Son pays. Sa croyance. Lui donner ma vie. Peut-être... le sauver. Fier d'être ce Juif-là capable de mourir pour un noble Idéal et lire dans tes yeux noyés de pluie, mon Amour... queje fus digne d'être Aimé de toi... juste avant de rejoindre mes ancêtres millénaires. Un juif Libre. Un Vrai juif.

Voilà le Juif dont je rêve... en regardant les bombes pleuvoir sur Gaza comme il pleut des larmes de sang dans mes yeux. Tant de douleur. Tant de souffrance.

(Extraits, montage)


http://adriana.evangelizt.free.fr/libre_est_le_vrai_juif_2..htm


Partager cet article
Repost0
8 août 2008 5 08 /08 /août /2008 06:38
  Lettre ouverte à nos frères et soeurs Juifs
07-08-2008 Général





http://www.humourjuif.com/images/images.php?id=90

Lettre ouverte
à nos frères et soeurs Juifs

Mes amis,

Alors que l'on parle de plus en plus de confrontation, de chocs de civilisations, et même de guerre de l'Occident contre l'Iran, j'aimerais m'adresser à mes frères et soeurs en humanité juifs.

Je suis citoyenne du monde, universaliste, sans identité particulière, car si j'en avais une, cela me crisperait au détriment des autres, de toutes les autres, innombrables à découvrir et avec qui fraterniser; je porte toutes les influences en moi, catholique par mon père d'origine bordelaise, juive et orthodoxe par ma mère Russe-Mongol, protestante par choix, évangélique par conversion (mais sans Eglise pour rester ouverte à toutes les sollicitations, ne pas me fixer sur un lieu particulier, ne pas me crisper sur une identité spécifique), sympathisante de la foi baha'i et focolare car universalistes et fraternelles, et liée par amitié à une musulmane Palestinienne.

Et c'est ainsi qu'une chose abominable comme l'anti-sémitisme, envers les Juifs comme envers les Musulmans tous deux d'origine sémite, me fait horreur. Pour moi il n'y a pas de race, de religion, etc, que des êtres humains à aimer comme ils sont. Ce qui ne m'empêche pas de dénoncer avec force des politiques néfastes aux peuples, comme celle des néo-cons bushistes évangélistes (intégristes évangéliques) et sionistes (intégristes juifs, ce sionisme d'aujourd'hui est politique et n'a rien à voir avec le légitime désir d'une terre où se regrouper pour fuir les persécutions).

Pour moi, l'autre n'a pas d'étiquette religieuse, il est à aimer comme il est, dans sa spécificité, par contre je suis très politisée et je ne me prive pas de dénoncer des politiques contraires aux intérêts des peuples.

J'avais dans mon enfance une amie juive, Melle Weber, qui n'osait pas révéler ses origines. Je ne comprenais pas, pour moi elle était ma copine, point, et je ne supportais déjà pas l'intolérance des autres.

Et puis j'ai grandi, ma mère me révéla ses origines en partie juives alors qu'une autre amie et voisine, Melle Nathan, âgée de 20 ans, m'entraînait avec elle aux réunions de jeunes de la Synagogue de Neuilly (on habitait pas loin).

J'étais horrifiée par la Shoah, je cherchais à en savoir plus, car je ne supporte pas que l'on souffre, que l'on puisse faire souffrir son prochain. Le film Nuit et Brouillard m'avait beaucoup interpellée, et je voulais le revoir.

Or aujourd'hui, on nous inonde à tout propos de commémorations, de cérémonies du souvenir, de voyages pour entretenir la mémoire, de célébrations, etc, pas une journée sans que cet événement abominable ne nous soit rappelé, au cinéma, aux infos, dans la presse. Il y a un sentiment d'exaspération qui se manifeste partout. Trop c'est trop. A trop vouloir nous entretenir du même sujet, cela peut susciter des réactions opposées, de rejet, et au final créer de l'antisémitisme,  ce qui est le contraire du but recherché, de compassion pour la détresse des Juifs injustement persécutés pour leur origine, leur religion, ce qu'ils sont. Moi-même, je suis saturée, excédée ! On est loin des dispositions de ma jeunesse...

Amis juifs, je vous en prie, n'en faites pas trop, pour que cela ne se retourne pas contre vous ! L'excès n'est jamais souhaitable...

L'affaire Siné est révélatrice d'une crispation identitaire. Pourquoi monter en épingle une opinion, même caricaturale ? Cela aussi va à l'encontre de votre désir légitime de combattre l'odieux antisémitisme. Parce qu'on se dit : "Quel pouvoir ils ont de faire licencier un dessinateur, ou de mettre à l'index un préfet, un écrivain, etc, simplement parce que ce qu'ils disent ne convient pas ? "

Et l'accusation d'antisémitisme, à tort, peut "tuer". Moi-même récemment j'ai été accusée d'antisémitisme par un intégriste catho-sioniste (je forge le mot), entre autres parce que je disais "ne nous demandez pas de commémorer la Shoah alors qu'une gigantesque "shoah" des peuples se prépare, l'extermination d'une partie d'entre nous par des guerres, des vaccins qui stérilisent, les OGM qui ruinent et conduisent au suicide," etc, etc, et tout cela pour permettre à une minorité de mieux profiter, égoïstement, des ressources limitées de la planète, et d'avoir moins de pollution. Et le reste à l'avenant. C'est intolérable ! On ne lance pas des accusations comme celle-là, à la légère, parce qu'on dénonce des politiques inhumaines.

On peut se sentir soeur des Juifs, en humanité (parce que citoyens du même monde et enfants du même Créateur), et critiquer avec force la politique de leurs dirigeants, sans être antisémite. On peut être anti-sioniste, et ne pas être anti-sémite. On peut même être Juif, et antisioniste ! Ne mélangeons pas tout.

Je suis heureuse de savoir que désormais le site juif.org me laisse commenter ses informations sans modération, c'est une marque de confiance et elle est révélatrice de son ouverture, que je loue, et des sentiments fraternels qu'ils ont senti en moi - pour tous !

Chers frères et soeurs, résistez aux politiques libérales mises en place, dans vos rangs vous avez eu de grands révolutionnnaires, épris de Justice, ne l'oubliez jamais, et de grands humanistes, comme Théo Klein, Mendes-France, ou M. Hessel . Et ne vous laissez pas abuser par les prêcheurs d'intolérance, de haine et de guerre... Au contraire, tous ensemble, unis, dénonçons les politiques iniques, et déclarons la guerre aux guerres, qui ne résolvent rien et augmentent frustrations,  souffrances - et antisémitisme, car voulues avec force par Israël. Stupidement, car l'Iran n'attaquera jamais ! Il n'est pas fou : Israël a derrière lui une puissante armée, et les Américains. Alors, les guerres-prétextes pour d'autres raisons, économiques, coloniales, de domination... sont intolérables !

Et la question palestinienne est une immense tragédie, violant toutes les règles du Droit international, tragédie indigne d'un pays qui se dit démocratique. D'autant que les Palestiniens ne sont pas responsables de la Shoah. Et pourtant ils la paient, toute leur vie, tous enfermés dans une prison à ciel ouvert, bombardés et martyrisés nuit en jour, ayant à peine de quoi survivre misérablement. Comment un peuple qui a été tant persécuté peut-il à son tour devenir bourreau ?

Le Juif a une vocation, de modèle de vertu et de sacerdoce, car "élu" par D. (Dieu, pour les Juifs). Qu'il reste fidèle a celle-ci. L'Eternel lui en saura gré, et l'humanité aussi.


Je vous embrasse, en espérance de vous voir retrouver vos vraies valeurs Eva




http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/post/6128822/lettre-ouverte-a-nos-freres-et-soeurs-juifs


Partager cet article
Repost0
8 août 2008 5 08 /08 /août /2008 02:45


03-08-2008
Prof Yakov M RABKIN :

La campagne contre l'Iran: le lobby sioniste et l'opinion juive



Publié dans La Revue internationale et stratégique, Paris, été 2008, pp. 195-207.

 

 

La campagne contre l’Iran : le lobby sioniste et l’opinion juive

 

 

 

Yakov M. Rabkin, professeur d’histoire à l’Université de Montréal et auteur du livre Au nom de la Torah : une histoire de l’opposition juive au sionisme/

 

 

 Résumé :

 

Deux allégations formulées à l’endroit du président iranien Mahmoud Ahmadinejad intensifient les pressions que les États-Unis et Isra- l font peser sur l’Iran : il est accusé de nier la Shoah et de menacer de génocide la population israélienne. Souvent, on présente l’Iran comme une nouvelle Allemagne nazie et le président Ahmadinejad comme un nouvel Adolf Hitler. Cet article retrace les origines de ces accusations en mettant en lumière le rôle que joue, dans la formation du discours occidental sur l’Iran, l’amalgame que d’aucuns pratiquent entre les juifs, d’une part, et l’État d’Israël, d’autre part. En terminant, l’article met en garde contre les réactions épidermiques et fait ressortir la nécessité d’agir rationnellement, particulièrement lorsque les Occidentaux ont affaire à des dirigeants qu’ils jugent irrationnels.

 

 

Deux accusations dominent dans le discours occidental sur l’Iran depuis quelques années. On accuse le président Mahmoud Ahmadinejad de nier la Shoah et de vouloir rayer de la carte l’État d’Isra-l. Les médias répètent souvent ces accusations dans les émissions et les textes consacrés à l’Iran. Ce discours influe sur les décisions politiques, potentiellement graves, que prennent les gouvernants ou leurs représentants. Lorsque le représentant des États-Unis quitte une réunion plénière de l’Assemblée générale de l’ONU, à l’automne 2006, il donne principalement deux raisons pour justifier son refus d’écouter le discours du président iranien : M. Ahmadinejad nie la Shoah et veut rayer Isra-l de la carte. Un an plus tard, le président de l’Université de Columbia réitère les mêmes allégations dans le « discours de bienvenue », plutôt hostile, qu’il adresse au président iranien, invité à parler sur le campus. Ces allégations fournissent une justification morale aux pressions exercées sur l’Iran pour qu’il cesse ses activités nucléaires et elles offrent par conséquent à Isra-l et aux États-Unis un argument convaincant pour la préparation d’une attaque militaire contre l’Iran. C’est pourquoi les deux forfaits que l’on reproche au président iranien méritent un examen attentif.

Cet article se propose de retracer les origines de ces accusations, sans pour autant discuter de la personne du président iranien ni, encore moins, de ses intentions. Cet article ne traite donc pas de la politique étrangère de l’Iran, mais plutôt de quelques particularités du discours occidental sur l’Iran. Il s’intéresse aux propos de ceux qui présentent l’Iran comme la nouvelle Allemagne nazie et Mahmoud Ahmadinejad, son président, comme un nouvel Adolf Hitler. À preuve, la représentation que l’on donne couramment aujourd’hui de l’Iran, à savoir que le pays et son président représenteraient une grave menace pour le monde entier. Ces déclarations sont à l’origine des pressions exercées sur l’Iran pour que le pays mette fin à ses activités d’enrichissement de l’uranium, même s’il a signé le traité de non-prolifération (TNP) et que ses représentants ont affirmé à de nombreuses reprises qu’ils n’avaient pas l’intention de se doter d’armes nucléaires.

Les pressions auxquelles est soumis l’Iran se fondent largement sur les préoccupations affichées par le gouvernement américain concernant la sécurité d’Isra-l. Les deux accusations reflètent l’amalgame assez courant entre l’État d’Isra-l, d’une part, et les juifs, d’autre part, ainsi qu’entre l’antisémitisme et l’antisionisme. Cette confusion politiquement utile étouffe depuis longtemps le débat politique sur Isra-l et la Palestine dans les pays occidentaux. Ceux qui se livrent à des critiques contre Israël se voient souvent qualifiés d’antisémites, même s’ils sont juifs. On n’hésite pas à recourir aux insultes ad hominem: l’ancien président Jimmy Carter et le pasteur Desmond Tutu comptent parmi les cibles les plus illustres de ces accusations, qui commencent à avoir des effets sur les relations internationales à plus grande échelle.

 

 Négation de la Shoah

D’après la BBC, M. Ahmadinejad s’est exprimé de la manière suivante : « Si les pays européens insistent sur le fait qu’ils ont massacré des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale… pourquoi n’offriraient-ils pas au régime sioniste un territoire en Europe ? » Bien sûr, il s’agit à l’évidence d’une provocation, pourtant ni cette affirmation ni les nombreux autres propos du président iranien que l’on pourrait citer n’indiquent qu’il ait eu comme but de nier le génocide nazi. Il utilise plutôt le souvenir de la Shoah pour attirer l’attention sur le sort des Palestiniens et pour tester les limites de la liberté de parole que réclame l’Occident. Il met en relief le fait que l’on peut publier en Occident des caricatures de Mahomet, de Jésus ou de Moïse tandis que dans bien des pays européens il est interdit par la loi de s’interroger sur la réalité de la Shoah ou de s’en moquer. Il montre que la Shoah a été transformée en objet sacré.

Le concours de caricatures sur la Shoah organisé en Iran visait justement à souligner cette sensibilité particulière et, comme on aurait pu le prévoir, l’exposition a provoqué une réaction furibonde de la part d’Isra-l et de nombreux pays occidentaux. C’était précisément là l’effet escompté par le président iranien. Certaines caricatures étaient franchement antisémites et elles s’accompagnaient d’une iconographie imagée empruntée à l’arsenal antisémite européen, que des médias musulmans diffusent régulièrement. D’autres caricatures pouvaient être considérées comme révisionnistes, voire négationnistes. Peut-on pour autant en conclure que le président iranien même nie la Shoah?

Il proteste, certes, contre les conséquences de la formation de l’État sioniste sur les Palestiniens (musulmans, chrétiens, ainsi qu’un certain nombre de juifs non et anti-sionistes), qui ont dû payer le prix d’un crime commis par les Européens. Bien qu’il soit ouvertement antisioniste, M. Ahmadinejad précise souvent qu’il n’est pas antisémite. La présence de six rabbins barbus et vêtus de noir à la conférence intitulée « Bilan de la Shoah, une vision d’ensemble », qui s’est tenue à Téhéran en décembre 2006, a donné au président iranien l’occasion de dire encore une fois qu’il n’était point antisémite. Les rabbins antisionistes ont maintes fois répété que la Shoah était un fait historique indiscutable et que parmi eux plusieurs avaient perdu des parents durant la Shoah. L’un d’entre eux, le rabbin Y. D. Weiss, a ajouté qu’il n’était pas allé à Téhéran pour donner du crédit à la négation de la Shoah : il était venu expliquer la distinction à faire entre sionisme et judaïsme, entre la Shoah et les bénéfices qu’en retirent le mouvement sioniste et l’État d’Israël. Selon le rabbin, M. Ahmadinejad « n’est pas l’ennemi du peuple juif. Il ne l’a jamais été. C’est un homme très croyant. Il respecte le peuple juif et le protège en Iran, mais si les sionistes continuent à le décrire comme un ennemi, il a prévenu qu’il pourrait alors, que Dieu l’en garde, devenir un ennemi. »

Selon l’agence officielle de presse iranienne IRNA, M. Ahmadinejad a en outre déclaré que « les êtres humains prudents et justes ne blâmeraient pas les juifs pour les crimes commis dans les territoires occupés par le régime sioniste illégitime et par ses partisans ». En Iran, où ils vivent depuis des milliers d’années, les juifs continuent à pratiquer leur religion sans trop d’ingérence de la part des autorités gouvernementales. Or, si M. Ahmadinejad avait été antisémite, n’aurait-il pas commencé par harceler les juifs de son pays, avant de défier la superpuissance de la région, dotée de l’arme nucléaire ?

Cependant, notons-le, la conférence de Téhéran mise sur pied par M. Ahmadinejad n’avait pas comme objectif de contribuer à la recherche historique. Elle avait des visées politiques évidentes, puisqu’on a refusé d’accueillir plusieurs délégations de survivants du génocide nazi, qui avaient demandé à y participer, ainsi que des chercheurs qui désiraient y présenter leurs travaux. L’Iran a même refusé d’accorder un visa à Khaled Mahameed, Israélien palestinien qui a fondé le premier musée arabe de la Shoah. Parallèlement, parmi les invités se trouvaient des personnes qui, comme le Français Robert Faurisson, étaient accusées de négationnisme ou de vouloir revoir à la baisse le nombre des victimes du génocide nazi.

Si le président iranien utilise ouvertement la mémoire de la Shoah à des fins politiques, il n’est pas le seul à le faire ni le premier. Selon Moshé Zimmermann, professeur d’histoire allemande et intellectuel bien connu tant en Isra-l qu’en Allemagne, « la Shoah est un événement souvent utilisé. Si l’on était cynique, on pourrait dire que la Shoah est l’événement historique le plus utilisé pour manipuler l’opinion publique, particulièrement chez le peuple juif lui-même, à l’intérieur et hors d’Isra-l. Dans la vie politique israélienne, la Shoah est invoquée pour démontrer qu’un juif désarmé équivaut à un juif mort. » Plus récemment, le sous-ministre israélien de la Défense Matan Vilnaï a eu recours à ce terme pour agiter contre les Palestiniens de Gaza la menace d’une destruction totale. Ce glissement dans l’usage du terme Shoah semble constituer un précédent discursif.

La négation de la Shoah paraît exceptionnellement grave. Quelqu’un qui nierait les pogroms de Kichinev de 1903, ou le massacre de centaines de milliers de juifs en Ukraine au XVIIe, ou encore l’expulsion des juifs d’Espagne au XVe siècle n’attirerait pas plus l’attention qu’un membre de la Flat Earth Society (organisation qui prétend que la Terre est plate). C’est non seulement l’ampleur de la tragédie, mais aussi l’usage qu’on en fait à des fins politiques, procédé décrié par Moshé Zimmermann et par beaucoup d’autres juifs, qui font de la Shoah un phénomène unique en son genre.

Un ancien ministre israélien de l’Éducation affirme que « la Shoah n’est pas seulement le fruit de la démence d’un État, qui a eu lieu une seule fois et qui est révolue, mais bien une idéologie qui n’est pas morte, et encore aujourd’hui le monde devrait s’excuser des crimes commis contre nous ». En plus de contribuer à légitimer le caractère sioniste d’Israël -- État du peuple juif plutôt qu’État appartenant à tous ses citoyens -- la Shoah a été un excellent moyen de bénéficier de l’aide fournie par les pays occidentaux. Un parlementaire israélien n’a-t-il pas déclaré, tout à fait ouvertement ?

Même les meilleurs amis d'Isra-l se sont abstenus de donner aux juifs européens une aide substantielle et ont tourné le dos aux cheminées des camps de la mort [...]. C'est pourquoi tout le monde libre, particulièrement de nos jours, doit démontrer sa repentance [...] en procurant à Isra-l une aide diplomatique, défensive et économique.

L’industrie de l’Holocauste, ouvrage de l’intellectuel américain Norman Finkelstein, renferme de nombreux documents sur la manière dont le génocide nazi a été exploité à des fins politiques. Le souvenir de la Shoah sert notamment à faire taire les critiques et à susciter la sympathie envers cet État qui se présente, depuis la Déclaration d’indépendance, comme l’héritier des six millions de victimes. Ce fut le cas en 1948, et tout particulièrement en 1967 lorsque le gouvernement d’Isra-l a sonné l’alarme en évoquant l’imminence d’un second génocide, même si les recherches historiques effectuées depuis lors montrent que les généraux israéliens n’avaient jamais douté de leur victoire. Ce recours au spectre de la Shoah a été utilisé sciemment pour justifier l’attaque préventive contre les États arabes voisins, en juin 1967.

Ces événements encouragent les juifs à embrasser l’idéologie sioniste, à soutenir l’État d’Isra-l considéré comme une réparation pour le sort tragique des victimes de la Shoah. En renforçant le lien idéologique entre la Shoah et l’État d’Israël, on affirme que la survie des juifs ne peut être assurée par les États libéraux, mais uniquement par l’État sioniste. Ce fut un symbole fort quand le premier astronaute israélien, descendant d’une famille de survivants du génocide nazi, emporta avec lui un souvenir de cette époque dans la navette spatiale américaine : un paysage lunaire dessiné par un adolescent dans le camp de concentration de Theresienstadt. Le message était celui de la renaissance du peuple juif, de la fierté d’appartenir à l’État d’Isra-l après l’horreur de la Shoah.

La mention de la Shoah permet également de souligner l’importance et la légitimité du recours aux armes. Alors qu’ils participaient à une foire aéronautique en Pologne, trois avions de chasse israéliens frappés de l'étoile de David et pilotés par des descendants de survivants de la Shoah ont survolé l'ancien camp d'extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau tandis que deux cents soldats israéliens les observaient à partir du sol. Commentant cette manifestation, un pilote israélien a exprimé ainsi sa confiance en la force armée: « C'est un triomphe pour nous. Il y a soixante ans, nous n'avions rien : pas de pays, pas d'armée, rien. Maintenant nous arrivons ici à bord de nos avions de chasse. »

C’est précisément ce lien entre l’État d’Isra-l et la Shoah, plutôt que le génocide perpétré par les nazis, que M. Ahmadinejad considère comme un « mythe ». Cet usage du terme « mythe » est assez courant ; son emploi par le président iranien ne représente pas plus une négation de la Shoah que l’ouvrage du respecté historien israélien Zeev Sternhell intitulé The Founding Myths of Zionism1 ne constitue « un déni du sionisme ».

 

 Appel à l’anéantissement des juifs d’Isra-l


Les médias occidentaux, dont Le Monde daté du 27 octobre 2005, annoncent que le président iranien a déclaré qu’« Israël doit être rayé de la carte ». Or, les experts s’entendent pour dire que le président iranien, lors de son discours, n’a prononcé ni le mot « rayer » ni le mot « carte ». Il a plutôt repris l’une des déclarations de l’ayatollah Khomeyni : « Esrâ’il bâyad az sahneyeh roozégâr mahv shavad », ce qui signifie « Isra-l doit disparaître de la page du temps ». Nous avons puisé cette phrase dans un site Web de l’opposition iranienne à l’étranger dont on ne peut pas soupçonner de vouloir embellir les paroles du président (2). Dans un premier temps, une traduction erronée, selon laquelle la phrase signifiait qu’Isra-l devait « être rayé de la carte », a circulé dans le monde entier. Toutefois, certains instigateurs israéliens de la campagne contre l’Iran ont par la suite cessé discrètement de l’utiliser. Ainsi, un rapport sur l’Iran publié en 2006 par le Jerusalem Center for Public Affairs (JCPA), groupe de réflexion (think tank) particulièrement actif dans la campagne contre l’Iran, a omis la traduction inflammatoire, tout en attribuant au président iranien « une intention génocidaire ». Cet adjectif revient de plus en plus fréquemment dans les publications sionistes récentes : le même rapport fait aussi référence à « la guerre génocidaire manquée menée contre Isra-l, en 1948, par plusieurs États arabes et par les Palestiniens ».

Pourtant, selon les propos du ministre des Affaires étrangères de l’Iran, M. Manouchehr Mouttaki (tels que les rapporte un autre site de l’opposition au régime actuel en Iran), son pays « ne projette de détruire aucune nation, ni aucun pays ». Il ajoute que « tout enfant allant à l’école sait qu’il est impossible de rayer un pays de la carte (3) ». L’agence de presse iranienne officielle IRNA indique que M. Ahmadinejad « a appelé à la nécessité de résoudre les problèmes mondiaux,  notamment le problème palestinien, au moyen du dialogue ». Sur les ondes du réseau ABC News, il appelle à résoudre la situation en Palestine en conformité avec la charte des Nations Unies et à laisser aux Palestiniens le droit de décider de leur avenir en proposant de tenir « un référendum basé sur le droit international, auquel participeraient tous les Palestiniens, musulmans et juifs ». Dans la même interview, Ahmadinejad réitère son affirmation selon laquelle « nous nous efforçons d’éviter tout conflit ou effusion de sang. Étant opposés aux conflits de toute nature, nous avons souvent répété que l’on peut résoudre les problèmes du monde par le recours au dialogue, à la logique et à l’amitié. Il n’y a nul besoin d’utiliser la force. »

Curieusement, alors que certaines positions de M. Ahmadinejad font la une des quotidiens, on accorde peu d’attention aux propos de l’ayatollah Khamenei, qui détient le véritable pouvoir en Iran et qui a déclaré que son pays appelait à la normalisation des relations avec Israël si celui-ci accepte la proposition dite des deux États formulés par la Ligue arabe en 2002, puis de nouveau en 2007.

Par ailleurs, la fameuse phrase prononcée par M. Ahmadinejad s’inscrit dans une série de comparaisons historiques. Selon l’Associated Press, le président iranien a déclaré également : « Le régime sioniste sera bientôt effacé, de la même façon que l’a été l’Union soviétique, et l’humanité sera libre. » En réalité, il s’attend à ce qu’Isra-l se désagrège pacifiquement, sous le poids de ses contradictions internes, comme cela a été le cas de l’URSS, dont le déclin a été pacifique. Comme la disparition de l’Union soviétique n’est pas attribuable à l’utilisation de l’arme nucléaire, le président iranien ne propose pas d’utiliser la force armée pour précipiter la fin de l’État d’Isra-l. De toute façon, cela ne serait guère sérieux, car on estime qu’Isra-l bénéficie d’une supériorité militaire incontestable dans la région. M. Ahmadinejad prévoit que, de même que le communisme a perdu sa légitimité et s’est évanoui, le mouvement sioniste disparaîtra un jour. Dans le même discours, il mentionne d’autres phénomènes historiques, comme la chute du régime du Shah, ou encore la disparition des pharaons en Égypte, marquant la fin de régimes qui apparaissaient alors comme invincibles et éternels. Si le communisme en URSS et le régime du Shah ont disparu sans que la Russie et l’Iran aient été rayés de la face de la Terre, argue Ahmadinejad, il en ira de même du mouvement sioniste : sa disparition n’est pas synonyme de la destruction de l’État d’Isra-l ou du peuple juif. Commentant le discours du président iranien, Jonathan Steel, journaliste au quotidien britannique The Guardian, est d’avis qu’il n’exprime rien de plus « qu’un vague souhait pour l’avenir (4) ». En fait, ce que souhaite le président iranien est un changement de régime en Israël, et non l’élimination physique de sa population. Dans ce domaine, le gouvernement de G.W. Bush a certes pris les devants en s’efforçant de remplacer les régimes politiques qui ne se pliaient pas à ses attentes, par exemple en menant une guerre en Irak, tout comme ses prédécesseurs l’avaient fait, ou tenté de le faire, à Cuba et au Chili.

Même quand les militants sionistes de la campagne contre l’Iran ont abandonné l’allégation basée sur la fausse traduction et décriée par l’ambassadeur iranien aux Nations Unies sur les ondes de CNN, presque tous les membres du Congrès des États-Unis (411 en tout) ont condamné le président iranien pour « avoir voulu inciter au massacre massif des juifs d’Isra-l ». Le démocrate Steve Rothman maintenait, à l’été 2007, que l’Iran avait menacé « de rayer Isra-l de la carte ». Shimon Peres, actuel président de l’État d’Isra-l et lauréat du prix Nobel pour la paix, avertissait que « l’Iran aussi pourrait être rayé de la carte ».

Ne pourrait-on rapprocher ce souhait des prières « pour l’anéantissement pacifique de l’État sioniste » prononcées régulièrement par les juifs antisionistes, groupe dont sont issus les rabbins qui ont donné l’accolade au président iranien, à la conférence de Téhéran ? En fait, on trouve fréquemment dans la liturgie juive le voeu de voir disparaître ceux qui ne reconnaissent pas Dieu ou qui commettent des actes malveillants. Par exemple, pendant les offices célébrés lors du Nouvel An juif (Rosh Hashanah) et de Kippour, on rencontre l’expression « ou’malkhout ha’reshaa koula ké’ashan tikhleh » (et le royaume du Mal périra comme la fumée). Une fois de plus, le sens littéral de cette citation pourrait renvoyer à des destructions et à des massacres, cependant son sens réel est que tous les actes malveillants, perpétrés à quelque endroit que ce soit, devraient disparaître définitivement. Bien entendu, on n’envisage de tuer personne, certainement pas des milliers d’innocents.

Mais si on voulait diaboliser les juifs, on pourrait prendre cette prière à la lettre. Certains Israéliens antireligieux ont même interprété cette prière traditionnelle comme un appel à la destruction de la majorité athée de la population juive d’Israël. La tradition juive abhorre les lectures littérales des textes sacrés ; elle se fie plutôt aux interprétations rabbiniques, même s’il arrive que celles-ci paraissent parfois forcées. Par exemple, depuis toujours les rabbins considèrent l’adage biblique « oeil pour oeil » (la loi du talion) comme l’obligation d’offrir un dédommagement; on n’incite pas la victime à se venger en crevant l’oeil de celui qui a crevé le sien. Ces fragments choisis de la liturgie juive constituent un exemple de la rhétorique religieuse qui se fonde souvent sur de puissantes métaphores.

Le président iranien, inspiré par sa religion, prédit la fin du régime sioniste, mais il n’annonce pas le massacre des habitants d’Isra-l. Même si l’Iran n’hésite pas à fournir des armes aux chiites combattant en Irak et au Liban, la dernière attaque de l’Iran contre un autre pays remonte à plus de trois siècles. En outre, le président iranien est loin d’avoir le dernier mot dans son pays il doit composer avec le complexe équilibre des pouvoirs de cet État mi-théocratique, mi-démocratique. Par ailleurs, ses excès rhétoriques ont été dénoncés par un certain nombre d’intellectuels iraniens. Les médias ont rapporté aussi que des groupes d’étudiants avaient protesté à Téhéran contre la tenue de la conférence sur la Shoah et brûlé en effigie le président iranien.

 

 

(à suivre)

Partager cet article
Repost0
8 août 2008 5 08 /08 /août /2008 02:40



(2e volet)


Prof Yakov M RABKIN : La campagne contre l'Iran: le lobby sioniste et l'opinion juive
Klik op de afbeelding om de link te volgen

Publié dans La Revue internationale et stratégique, Paris, été 2008, pp. 195-207.

 

 

 

La campagne contre l’Iran : le lobby sioniste et l’opinion juive

 

 

 

Yakov M. Rabkin, professeur d’histoire à l’Université de Montréal et auteur du livre Au nom de la Torah : une histoire de l’opposition juive au sionisme/




Le lobby sioniste


Le lobby israélien a joué un rôle important dans la campagne de propagande contre l’Iran. Lors du congrès, qui s’est tenu au printemps 2006, l’AIPAC (American Isra-l Public Affairs Commitee) fait de l’Iran sa cible principale et présente sur écran géant un montage juxtaposant Adolf Hitler dénonçant les juifs et le président iranien menaçant de « rayer Israël de la carte ». Le spectacle se termine par un fondu sur la maxime énoncée après la Shoah « Never again ! » (Plus jamais ça !). Au fil des mois, ces images sont devenues courantes.

Le JCPA fait la promotion de la campagne contre l’Iran à partir d’Isra-l et des États-Unis. En décembre 2006, il organise une conférence de presse dans laquelle on propose d’inculper le président iranien pour avoir menacé de commettre un massacre. Deux avocats, l’Américain Alain Derschowitz et le Canadien Irwin Cotler, connus pour les liens qu’ils entretiennent avec la droite israélienne, sont présents et soutiennent l’inculpation. Plus tard, Cotler a renforcé l’accusation en recourant à l’association B’nai B’rith Canada; celle-ci a exigé que le Canada et d’autres gouvernements intentent une poursuite contre l’Iran pour avoir violé la convention des Nations Unies sur le génocide. L’initiative du JCPA est à l’origine de mises en accusation similaires aux États-Unis, en Australie et dans d’autres pays.

Mais c’est l’Isra-l Project, groupe appartenant au lobby israélien et ayant son siège au Hudson Institute à Washington, qui met au point la manoeuvre la plus impressionnante pour intensifier la campagne contre l’Iran. En mars 2007, le groupe a distribué un kit de presse sur l’Iran, à plus de 17 000 journalistes professionnels et à 40 000 militants pro-israéliens aux États-Unis. En outre, le bureau d’Isra-l Project à Jérusalem a distribué la trousse à plus de 400 journalistes étrangers accrédités en Israël. Ce dossier de presse réaffirme que le président iranien « nie la Shoah» et « veut rayer Israël de la carte ». Il ajoute aussi que les dirigeants politiques iraniens ont soutenu des attaques qui ont tué des milliers d’Américains. Comme bon nombre d’Américains croient que le séculariste Saddam Hussein était impliqué dans les attentats islamistes du 11 septembre 2001, ils n’auraient pas eu de difficulté à accepter cette nouvelle accusation.

L’Isra-l Project joue aussi sur la peur d’une attaque nucléaire : l’un des documents compris dans le kit de presse s’intitulait «The nuclear clock is ticking… and time is running out » (Les secondes s’écoulent sur l’horloge nucléaire… il ne reste plus beaucoup de temps). Les documents distribués par l’Isra-l Project constituent sans doute la tentative la plus efficace et l’effort le plus abouti pour présenter l’Iran comme une menace pour la sécurité des États-Unis. Le projet s’ajoute à d’autres activités menées par le lobby sioniste, par ailleurs plus visibles que son appui à l’attaque contre l’Irak, en 2003.

À automne 2007, la B’nai B’rith achète une page publicitaire dans le New York Times afin de « promouvoir l’action militaire contre l’Iran ». Norman Podhoretz, rédacteur vétéran de la revue Commentary et militant sioniste, fait d’Ahmadinejad « un révolutionnaire comme Hitler … qui veut établir un nouvel ordre mondial sous la tutelle de l’Iran ». Il ne voit aucune autre solution possible que le « recours effectif à la force ». Bernard Lewis, orientaliste chevronné, sioniste et conseiller du président Bush, prophétise, dans les pages du Wall Street Journal, la date exacte à laquelle Ahmadinejad provoquera « la fin du monde ».

L’alarmisme est un instrument souvent utilisé dans l’histoire du mouvement sioniste. Nathan Sharansky et Shlomo Avineri, en dépit de leurs différends politiques, appellent les juifs du monde entier à s’unir contre l’Iran. Ils répètent que « l’Iran veut rayer Isra-l de la carte ». Sharansky voit dans l’opposition à l’Iran l’occasion de « sauver le monde ». L’historien israélien Benny Morris, lui, craint qu’il y n’ait une autre Shoah et décrit un scénario apocalyptique dans le Jerusalem Post. L’hystérie est quasiment palpable. L’anxiété qui se fait jour à l’égard de l’Iran reflète la préoccupation concernant la sécurité profondément ancrée dans la mentalité israélienne et constamment exprimée. Aussi bien les critiques d’Isra-l convaincus que les sionistes les plus engagés mettent en évidence le paradoxe suivant : Isra-l, souvent présenté comme l’ultime refuge du peuple juif, est en réalité devenu pour lui l’un des lieux les plus dangereux.

Ce sentiment d’impasse n’est pas nouveau. Lorsque, en 1948, la première guerre éclate en Palestine, Hannah Arendt lance un avertissement:

Et même si les juifs étaient amenés à gagner la guerre […], ils vivraient encerclés par une population arabe qui leur est hostile, isolés à l’intérieur de frontières encore menaçantes, absorbés par la nécessité de se défendre. […] Et tout ceci serait le destin d’une nation qui – sans se soucier du nombre d’immigrants pouvant encore être absorbés et de l’endroit où se situeraient les frontières – resterait encore un très petit peuple largement en sous-effectifs si on le comparait à ses voisins hostiles.

Cette mise en garde montre que l’intellectuelle et politologue juive avait compris qu’il était périlleux et hasardeux d’établir un État contre la volonté des habitants de la région et des États environnants. Plusieurs penseurs juifs éminents, qu’ils soient athées ou religieux, craignaient que le sionisme selon Ben Gourion ne mette en danger tant la survie physique que la survie spirituelle des juifs. De nos jours, alors qu’aucun État arabe ne peut s’opposer à Isra-l sur le plan militaire, c’est sur l’Iran que se concentrent les peurs israéliennes. Juste à l’est de l’Iran, qui a encore un long chemin à parcourir avant d’acquérir l’arme nucléaire, se trouve le Pakistan, régime instable qui possède un arsenal nucléaire bien réel. Comme Arendt l’a prophétisé, les menaces à l’égard de l’existence d’Isra-l ne prendront jamais fin, si l’État pratique la politique de développement séparé et ne compte que sur la force dans ses rapports avec les Arabes.

 

 Dissensions parmi les Juifs


Il est facile d’associer la campagne anti-iranienne à Israël et aux juifs, et cela pose un danger pour les juifs, tout d’abord en Iran. Du même souffle, les sionistes poussent les juifs vivant en Iran à émigrer vers Israël « comme ils auraient dû le faire depuis longtemps ». Cette attitude complique la vie de la plus vieille communauté juive du monde musulman. On reconnaît là une constante du projet sioniste : la volonté de convaincre les juifs de quitter leurs pays respectifs pour les rassembler en Israël prend le pas sur le bien-être et la volonté des individus. En effet, les médias israéliens rapportent que 40 juifs iraniens sont arrivés en Isra-l en décembre 2007. Il s’agit d’un projet financé par l’International Fellowship of Christians and Jews, regroupant des sionistes et des évangéliques qui songent à accélérer le Second Avènement du Christ en rassemblant les juifs en Terre sainte. L'appui massif qu'offrent à l'État d'Israël des millions de partisans chrétiens du sionisme est motivé par cet espoir ouvertement exprimé : le retour des juifs à la Terre sainte servirait de prélude à leur adhésion au Christ ou, pour ceux qui s’y refuseraient, à leur élimination physique. Ce scénario messianique prévoit la destruction d'un grand nombre de juifs et la conversion au christianisme de ceux qui échapperaient à ce sort. Selon un observateur israélien, il s’agit d’«une pièce en cinq actes où les juifs disparaissent au quatrième». La collaboration des organismes sionistes juifs avec les mouvements évangéliques met en relief le fait que certains organismes nominalement juifs sont en train de perdre leurs liens avec le judaïsme au profit de l’engagement inconditionnel pour le sionisme.

La relation avec l’État d’Isra-l et avec le sionisme divise depuis longtemps la communauté juive selon un axe séparant tous les groupes: Ashkénazes et Séfarades, traditionalistes et non-traditionalistes, pratiquants et non-pratiquants. Dans chacune de ces catégories, on peut trouver des juifs pour qui la fierté nationale, le pouvoir politique et militaire sont devenus des valeurs positives : ils donnent leur soutien enthousiaste à l’État qui incarne pour eux une force vitale, le triomphe de la volonté collective et la garantie de la survie des juifs du monde entier. Mais chacune de ces catégories inclut aussi des juifs qui croient que la simple idée d’un État juif, et l’investissement moral et humain qu’il exige, va à l’encontre de tout ce que le judaïsme enseigne, particulièrement des valeurs centrales d’humilité, de compassion et de charité.

La question d’Isra-l et du sionisme pourrait diviser irrémédiablement les juifs, comme l’a fait l’avènement du christianisme, il y a deux mille ans. Le christianisme, incarnant une lecture grecque de la Torah, s’est finalement détaché du judaïsme. Le sionisme, un nationalisme foncièrement européen, incarne une lecture romantique de la Torah et de l’histoire du peuple juif. Il reste à voir si la scission entre ceux qui restent attachés à la tradition morale juive et les adeptes du nationalisme juif pourrait être colmatée. Bien que fatale pour les juifs et le judaïsme, cette fracture ne devrait pas menacer l’avenir de l’État d’Isra-l qui, de nos jours, compte beaucoup plus de chrétiens que de juifs parmi ces partisans inconditionnels.

Des organismes ayant un nom à consonance religieuse, tant juifs que chrétiens, participent à la campagne anti-iranienne. Bon nombre d’entre eux ont lancé une pétition en ligne accusant le président iranien d’inciter au génocide. Les synagogues sionistes organisent des événements où l’on fait de la propagande contre l’Iran et des rabbins mettent en garde les fidèles contre le président iranien, qui aurait des visées génocidaires.

La campagne contre l’Iran a mis en lumière une profonde scission entre les juifs qui soutiennent inconditionnellement Isra-l et ceux qui rejettent ou remettent en cause le sionisme et les actions entreprises par l’État d’Israël. Les rabbins antisionistes qui ont embrassé Ahmadinejad à Téhéran ne sont pas les seuls juifs à critiquer, voire dénoncer Isra-l. Le débat public sur la place que doit prendre Israël pour assurer la continuité juive est devenu ouvert et franc, non seulement en Israël mais partout dans le monde. Il coïncide avec les graves préoccupations que suscite l’avenir de l’État qui, à cause de la dépossession et du déplacement des Palestiniens qu’a provoqués sa fondation, condamne des générations de ses citoyens à mener une guerre continue.

Même si les juifs sont peu nombreux à se demander publiquement si cet État ethnocratique et chroniquement assiégé est « bon pour les juifs », des figures politiques aussi notoires que l’ancien président de l’Organisation sioniste mondiale Avraham Burg affirme que l’État sioniste met les juifs en danger, tant en Israël que dans la diaspora. Des théologiens juifs déplorent l’érosion des valeurs morales du judaïsme imputable au projet sioniste (5).

Cette préoccupation commence à se manifester dans la culture populaire. Ainsi, dans son film Munich, le cinéaste juif américain Steven Spielberg analyse avec une grande précision le coût moral du constant recours à la force. Dans une scène du film, l’un des membres du commando israélien qui traque les militants de la diaspora palestinienne ressent un tel dégoût qu’il en vient à démissionner. Pour expliquer son geste, il déclare: « Nous sommes juifs. Les juifs n’agissent pas violemment parce que leurs ennemis le font…nous devons être justes. C’est beau, c’est juif. » Alors que dans La liste de Schindler Spielberg explorait les menaces pesant sur la survie physique des juifs, dans Munich il expose les risques qu’ils encourent quant à leur survie spirituelle. Le lobby sioniste, aligné sur la droite nationaliste en Israël, a vivement attaqué le réalisateur juif et son film, qui pourtant(5) Marc Ellis, Reading the Torah out Loud, : a Journey of Lament and Hope, Fortress Press, 2007. n’était alors qu’à l’état de projet. Le lobby a également lancé des assauts contre des ouvrages récents - Prophets Outcast, Wrestling with Zion, Myths of Zionism, The Question of Zion, ainsi que contre des titres français comme Exil et souveraineté, La révolution sioniste est morte, Les démons de la Nakbah - qui portent sur le conflit fondamental entre le sionisme et les valeurs juives.

Même si les conflits d’opinion bien marqués constituent une constante de l’histoire juive, le lobby sioniste (s’exprimant cette fois par le truchement de l’American Jewish Committee) affirme que les juifs qui osent critiquer Israël mettent en danger son « droit à l’existence » et encouragent l’antisémitisme. En réaction à cette accusation, un nombre important de juifs – en Israël, au Royaume-Uni, au Canada, aux États-Unis et ailleurs - ont ranimé le débat portant sur Israël et l’on trouve des reflets de cela même dans les publications conservatrices. Ainsi, en janvier 2007, The Economist publie une enquête sur la situation des juifs, ainsi qu’un éditorial appelant la diaspora juive à s’écarter de l’attitude « mon pays, qu’il ait tort ou raison » adoptée par de nombreuses organisations juives. Le même journal, parmi d’autres médias papier ou électroniques, a publié un reportage détaillé sur la visite des rabbins à la conférence de Téhéran en décembre 2006. L’opposition des rabbins au mouvement sioniste et à l’existence d’Isra-l en tant qu’État sioniste (ils refusent de l’appeler « État juif » ou « État hébreu ») a affaibli encore davantage l’image d’un peuple juif uni autour du drapeau israélien.

Bien des juifs et des Israéliens croient que le lobby pro-israélien qui agit contre ceux qui oeuvrent pour la réconciliation dans la région constitue une menace pour la sécurité d’Isra-l. Ils affirment aussi que le lobby est une source potentielle d’antisémitisme, car il est souvent perçu comme « juif », ce qui crée l’impression erronée que les juifs dictent aux Américains leur politique étrangère en l’orientant vers la droite. En réalité, plus des trois quarts des juifs américains – tout comme les trois quarts des musulmans américains – ont voté contre G. W. Bush à l’élection présidentielle de 2004. Les juifs américains sont plus opposés à la guerre en Irak que leurs concitoyens en général. Il serait également faux de conclure que « les juifs » attisent le feu contre l’Iran. En fait, plusieurs organisations oeuvrant pour la paix en Isra-l et dans diverses diasporas juives ont tenu des propos qui condamnent la campagne contre l’Iran.

Dans les milieux sionistes, les efforts visant à s’opposer à la campagne contre l’Iran sont souvent perçus comme des actes de trahison. On a pu le constater dans la manière dont les rabbins antisionistes ont été traités à leur retour de la conférence de Téhéran où ils avaient donné l’accolade au président iranien. Sans prendre la peine de vérifier les faits ni d’en parler avec les principaux intéressés, des rabbins influents en Isra-l et un peu partout ont appelé à leur excommunication. Des manifestations se sont tenues devant leurs maisons. Les enfants de l’un des rabbins ont été renvoyés d’une école juive. Un autre rabbin a été exclu du cimetière juif local: on a annulé l’achat qu’il y avait fait d’un terrain pour sa propre sépulture. Un groupe d’Israéliens a agressé physiquement l’un des six rabbins antisionistes, quelques semaines après la visite des religieux à Téhéran.

Les assaillants ont été félicités pour leur action, ce qui montre combien l’allégeance au sionisme a affaibli la tradition juive de compassion et de non-violence.

On ne peut imaginer quel autre acte aurait pu provoquer une telle indignation, certainement pas une transgression des commandements de la Torah. L’ampleur exceptionnelle de la réaction indique à coup sûr que les rabbins antisionistes ont touché un point sensible. Ils ont mis en cause une croyance devenue sacrée pour bien des juifs : l’idée qu’Israël constitue une réparation offerte à la suite de la Shoah et une garantie contre tout autre désastre.

Bien des critiques juifs jugent cette croyance peu lucide et dangereuse. L’historien du sionisme Boaz Efron nous rappelle la nature transitoire de toutes les organisations politiques :

L'État d'Isra-l, et tous les États du monde, apparaissent et disparaissent. L'État d'Isra-l aussi, bien évidemment, disparaîtra dans cent, trois cents, cinq cents ans. Mais je suppose que le peuple juif existera aussi longtemps que la religion juive existera, peut-être pour des milliers d'années encore. L'existence de cet État ne présente aucune importance pour celle du peuple juif... Les juifs dans le monde peuvent très bien vivre sans lui.

Cet avertissement force de nombreux juifs à faire face à la contradiction entre la religion juive à laquelle ils prétendent d’adhérer et l’idéologie sioniste dont ils sont imprégnés. La campagne menée contre l’Iran aiguise les divisions morales et politiques parmi les juifs, qui sont de plus en plus nombreux à la dénoncer. Ainsi, le journal juif socialiste The Forward (New York) affirme que l’Iran ne se compare en rien avec l’Allemagne nazie, mais que la rhétorique anti-iranienne fait écho à la campagne de propagande contre l’Irak qui a contribué au déclenchement d’une guerre meurtrière et désastreuse. L’ancien chef du Mossad Efraïm Halévy et l’expert en affaires militaires à l’Université hébraïque de Jérusalem Martin van Creveld s’entendent pour dire que l’Iran ne représente pas véritablement une menace pour la sécurité d’Isra-l.

 

  L’éloge de la précision


Les deux allégations empreintes d’émotion lancées contre le président iranien ont occupé une place importante dans les médias occidentaux. Par exemple, une rumeur lancée par le National Post de Toronto, au printemps 2006, selon laquelle le gouvernement iranien aurait fait passer une loi obligeant les juifs à porter un insigne de couleur jaune, a contribué à présenter M. Ahmadinejad comme un nouveau Hitler. Même si le journal s’est rétracté le lendemain, c’est la première nouvelle, source d’effroi si elle avait été vraie, qui reste dans la mémoire, plutôt que le rectificatif du journal, dont les propriétaires sont actifs au sein du lobby sioniste. Ce type de désinformation contribue à préparer l’opinion publique à un assaut militaire – effectué par les États-Unis ou par Isra-l – contre l’Iran. Une fois de plus, c’est le spectre d’une nouvelle Shoah qu’on invoque, même si Israël possède des centaines d’armes nucléaires, alors que l’Iran, contrairement à Isra-l, a signé le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), et que ses dirigeants ont déclaré ne pas avoir l’intention de se doter de l’arme nucléaire. Les services de renseignements américains sont arrivés à la conclusion que l’Iran ne vise pas à fabriquer des explosifs nucléaires. Or, les cercles pro-israéliens aux États-Unis insistent sur le durcissement des sanctions et ils poussent à appliquer d’autres pressions sur l’Iran, ce qui rappelle le prologue de la guerre contre l’Irak. Cet activisme, que déplorent beaucoup de juifs en Isra-l et ailleurs, contribue à la perception populaire selon laquelle l’État d’Isra-l constitue pour la paix mondiale un danger plus grave que l’Iran,.

Afin de maintenir la ferveur de la campagne contre l’Iran, il est essentiel de présenter le président iranien comme un négationniste acharné à rayer de la carte Isra-l par un acte de génocide. Certes, on peut dire que, comme tout politicien, M. Ahmadinejad n’a rien d’angélique, mais ses propos ont été déformés d’une manière particulièrement dangereuse. On en a fait un dictateur extrémiste aux pouvoirs illimités, susceptible d’agir de façon irrationnelle, un chef d’État « génocidaire ». Ce qui signifie qu’on doit l’arrêter à tout prix. Les ténors de la droite israélienne, comme Benjamin Netanyahu, appellent ouvertement à attaquer l’Iran et de nombreux politiciens américains leur font écho, même si les États-Unis ne sont pas menacés par une attaque iranienne. À l’instar des militants sionistes, le président Bush invoque le spectre de l’« holocauste nucléaire » que préparerait, selon lui, son homologue iranien. Malgré les avis contraires provenant des services de renseignements américains et de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), aux États-Unis les instances officielles continuent de parler du « programme iranien d’armes nucléaires ».

Les accusations contre l’Iran reflètent la confusion sciemment entretenue entre l’État d’Isra-l et les juifs et cette confusion semble influer sur la politique étrangère des États-Unis. Dans ce dossier, on constate que la droite israélienne et ses alliés ailleurs dans le monde n’hésitent pas à manipuler la mémoire de la Shoah pour atteindre leurs objectifs politiques.

Les intellectuels aiment bien la précision, mais les politiciens en ont eux aussi grand besoin. Ils ne devraient pas interpréter l’opposition aux utilisations sionistes de la Shoah comme une tentative de nier cet événement, ni considérer que le souhait de voir s’effondrer l’État sioniste équivaut à une menace de massacrer des millions de juifs israéliens. Les décideurs politiques doivent éviter les réactions épidermiques et ne pas se laisser manipuler par des amalgames sans fondement. Il faut que les Occidentaux agissent prudemment et rationnellement, particulièrement lorsqu’ils ont affaire à des dirigeants qu’ils jugent irrationnels.

 

(1) En français, le livre s’intitule Aux origines d'Isra-l : entre nationalisme et socialisme.

(2) http://www.iran-emrooz.net/index.php?/news/more/4898

(3) http://www.iran-3.com/affiche.php?type=news&id=7910 

(4) http://www.juancole.com/2006/05/bill-scher-importance-of-cole-v.html

 

 

Traduit de l’anglais par Laure Alteirac ; révision de Louise Garneau et Yakov Rabkin ; traduction du farsi par Shahram Nahidi ; traduction de l’hébreu par Yakov Rabkin.


http://www.bloggen.be/yechouroun/
Partager cet article
Repost0
8 août 2008 5 08 /08 /août /2008 01:55

 
 
Klik op de afbeelding om de link te volgen

 

 




APPEL A L’INITIATION
D’UNE ALLIANCE STRATEGIQUE AMICALE
ENTRE JUDAÏSME ET ISLAM
CONTRE LE SIONISME


 

http://laplote.over-blog.fr/


Ce message s’adresse tant aux Juifs, souvent non sionistes mais conditionnés par le Sionisme, qu’aux Musulmans et autres croyants.


Nos deux foi, nos deux religions ont certes chacune leur spécificité et particularités. Il n’y a aucun intérêt à en faire un amalgame. Mais le Judaïsme et l’Islam ont aussi beaucoup en commun et en parallèle, et dans la situation actuelle c’est bien ce qui mérite d’être souligné. In pluribus unum ! Tout deux, le Judaïsme authentique et l’Islam, prônent et cherchent la proximité du Dieu Un, du Saint Créateur ! 
 

Historiquement, dans les pays à domination islamique, ce pendant des siècles, les communautés Juives ont généralement bénéficié de la protection de l’autorité, et la bonne entente entre Juifs et Musulmans régnait.

C’est le Sionisme, ennemi de la Torah, qui est venu gravement perturber ces relations harmonieuses en s’alliant aux grandes puissances en vue de conquérir la Palestine et de la transformer en entité sioniste, dite « avant-poste du monde libre ».


De nos jours, dans la plupart des pays occidentaux, dominés par l’impérialisme américain, soit alliés à l’impérialisme américain, se déchaîne la diffamation de l’Islam et la discrimination de Musulmans. Cela rappelle dangereusement la judéophobie et la persécution des Juifs entre les deux guerres mondiales.


Rien que ce fait-là devrait appeler les Juifs non seulement à la vigilance (ils pourraient bien être les suivants, que Dieu nous protège), mais surtout l’esprit de DROITURE et de JUSTICE, et de GENEROSITE HUMAINE devrait faire que nous nous solidariserions avec nos frères et sœurs musulmans des pays occidentaux.


A noter que l’Islamophobie n’est pas uniquement un exutoire de l’extrême droite dépositaire du Nazisme. Elle provient plutôt du fascisme à col blanc, de milieux libéraux, « bien pensants » lié au Néoconservatisme américain et aux lobbys sionistes. Elle se manifeste aussi par la subtilité d’opposer un soi-disant « Islam occidental éclairé » à l’ « l’Islam terroriste ». Cette hypocrisie est utilisée par les ennemis de toutes religions, sauf si celles-ci sont l’opium pour le peuple au service de l’impérialisme.


Ensuite, il y a bien sûr la cause palestinienne qui devrait unir le Judaïsme de la Torah et l’Islam.


L’antisionisme de la Torah devrait s’opposer au Sionisme et à son entité, même si pendant la période de notre Exil et de Dispersion, le  Saint Créateur avait installé en Terre Sainte au lieu de Palestiniens musulmans, d’autres peuples tels des Coréens ou Inuits. La Torah interdit formellement tout autant un pouvoir politique religieux, même régi selon les règles de la Torah, que l’actuel pouvoir de Kofrim (renégats), alliance de sionistes antireligieux et falsificateurs religieux.


Malheureusement le Satan a réussi à tromper et à conditionner un très grand nombre de Juifs par la propagande sioniste.


A quoi sont intéressés les Juifs non contaminés par le Sionisme dans la phase actuelle que nous croyons être celle des souffrances, des douleurs qui annoncent l’avènement du Messie?  C’est bien sûr que cesse au plus tôt la domination de la Terre Sainte par les Sionistes ! Car le Sionisme est l’obstacle principal qui empêche la venue du Messie, qui doit venir et qui est attendu, non seulement pour les Juifs, mais pour la rédemption de toute l’humanité.  

A qui doit appartenir la Palestine ? Bien sûr aux Palestiniens qui en grande majorité sont Musulmans. Cela a déjà été reconnu par nos saints Rabbins dans les années ’20 du siècle dernier et a été formulé magistralement par le jeune rabbin allemand Simon SCHWAB en 1934 dans son écrit « Retour au Judaïsme ». Les Rabbins de tous les siècles précédents acceptaient de bon gré la soumission à la domination ottomane en Palestine.

En période d’Exil et de Dispersion, les Juifs n’ont aucun intérêt à dominer la Terre Sainte, et non plus les autres parties du monde.

Notre vocation divine est d’être « un peuple saint et une nation de prêtres », une population pilote, exemplaire, au service de l’humanité.

Nous devons nous rappeler, plus que jamais, que ce n’est que par et pour la Thora transmise à Moïse au mont Sinaï que nous sommes Juifs.


C’est de bon cœur, que nous Juifs devons accepter et promouvoir la souveraineté du peuple palestinien sur l’entièreté de la Palestine historique. Pas une parcelle de la Terre Sainte ne peut rester profanée par les Sionistes.


Vu ainsi, c’est le bon sens même. Il n’y a aucun antagonisme entre le Judaïsme et l’Islam.

Le Sionisme est notre ennemi commun.
 

Le Rabbin Samson Raphael HIRSCH formula la Tradition de la Thora ainsi: « Mensch Jissroél », Humain car Juif et Juif car Humain, avec l’obligation de « Thora im Dérekh Erèts », le savoir-vivre Juif.

 
Fidèles à notre Tradition de Thora, nous avons à nous conduire de façon irréprochable, à sanctifier le Nom Divin dans notre relation avec nos prochains non-Juifs.

Nous appelons nos frères et sœurs Juifs induits en erreurs à se détacher du Sionisme, à se retourner contre l’idolâtrie et la malfaisance sionistes, en premier lieu contre la falsification de la Thora nommée Sionisme religieux. Le retour à la Source, c’est le retour à la Thora non falsifiée !


Nous devons compatir avec les victimes non juives du Sionisme et soutenir la Résistance islamique palestinienne. Ceci contrairement aux gouvernements arabes qui laissent souffrir Gaza et craignent la Révolution Islamique dans leurs pays. La compassion et la bienfaisance sont des traits indélébiles des enfants d’Abraham, de toute âme Juive qui a été présente au Mont Sinaï lors du Don de la Thora. L’Amalek sioniste est le contraire.


Notre proposition d’alliance stratégique amicale entre Judaïsme et Islam contre le Sionisme, resterait incomplète sans faire l’éloge, sans exprimer le soutien à la République Islamique d’Iran, fruit de la Révolution Islamique (1979). Cette Révolution Islamique a fait ses preuves et donne des impulsions spirituelles indispensables, de très haute qualité, aux aspirations des peuples pour leur souveraineté, contre le sionisme, l’impérialisme et toute forme d’injustice.


C’est dans ce sens et dans ce contexte que nous formulons cet Appel à indiquer et à développer l’indispensable alliance stratégique amicale entre Judaïsme et Islam, entre Juifs et Musulmans.


Que le Saint Créateur veuille bénir et protéger ceux qui œuvrent  pour accomplir Sa Volonté pour réaliser la Droiture, la Justice et l’Harmonie fraternelle de l’Humanité entière dans la reconnaissance et l’adoration du Dieu Un.


Shmiel Mordche BORREMAN



Pour le Collectif de l’Association d’Etude Yechouroun Judaïsme contre Sionisme

 



http://candide-exocet.skynetblogs.be/
www.bloggen.be/yechouroun




Sur ce même blog bloggen.be, je trouve :

Les amis nous communiquent:
 

Le Sionisme est la source de
tous les problèmes du monde



 
IRIB- Des dignitaires religieux de différentes convictions ont qualifié le sionisme de facteur de tous les problèmes du monde et notamment du Moyen-Orient. Selon le journaliste de l'IRIB, les religieux musulmans, chrétiens et juifs ainsi que nombre de professeurs de plusieurs universités du monde ont qualifié, hier à Buenos Aires capitale argentine, le sionisme de phénomène antireligieux, artificiel et illégitime. Dans cette réunion d'un seul jour, les participants ont évoqué les complots du sionisme dont l'explosion dans la Mutuelle Israélite Argentine, Amia, en 1994 qui a fait plusieurs morts parmi les juifs avant d'annoncer que vu le passé des attentats à la bombe par les sionistes contre les centres religieux des juifs dont en Irak il est fort possible que les sionistes soient derrière l'explosion d'Amia. Le rabbin américain David Y. Weiss de Neturei Karta a déclaré je cite : "Israël est une tumeur cancéreuse et très dangereuse et j'espère qu'il sera anéanti le plutôt possible et sans effusion de sang:" Tout en faisant allusion aux attaques continues des sionistes contre sa maison, le rabbin britannique Aaron Cohen a déclaré pour sa part : "Tout comme les Palestiniens, nous sommes toujours le cible d'attaques des sionistes et nous leur résistons." Le prêtre argentin Luis Farinello a pour sa part rappelé la nécessité de la révélation de la véritable nature de ceux qui commettent des crimes au nom de Dieu et de la religion


IRIB 08 07 26

Le Sionisme en totale contradiction
avec les croyances du Judaïsme
 
IRIB- Les Chefs juifs anti-sionistes, aux Etats-Unis et en Grande Bretagne, ont fait savoir que le Sionisme était en totale contradiction avec toutes les croyances religieuses, y compris, le Judaïsme. Simultanément à la date anniversaire de l'attentat à la bombe contre l'immeuble abritant le centre "AMIA", à Buenos Aires, David Yisrael  Weiss et Aharon Cohen, deux Chefs juifs anti-sionistes, se sont rendus, en Argentine, où ils ont participé à un point de presse avec les médias argentins et révélé les complots tramés par les Sionistes. "Les Sionistes ont des antécédents de longue date dans les attentats à la bombe, dans les centres juifs, partout, dans le monde, avec l'objectif de terroriser les Juifs et de les faire immigrer dans les territoires occupés.", a indiqué David Yesrael Weiss, ajoutant que Robin Brakha, Président de l'époque de l'Association mutuelle israélite argentine, comptait parmi les accusés du dossier d'"AMIA", qui seraient, bientôt, jugés, selon les responsables judiciaires argentins.

IRIB 08 07 23


http://www.bloggen.be/yechouroun/

 

Et toujours sur le même blog, je trouve : 


27-07-2008
Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Rabbin Ahron Leib COHEN: SIONISME ET CONFLIT SIONISTE-PALESTINIEN

Nous présentons, en quelques séquences, au public francophone l’excellent essai “Zionism and the Zionist Palestinian Conflict” du célèbre savant talmudiste britannique, le Rabbin  Ahron Leib COHEN. Cette publication fut rédigée par l’auteur en 2004 pour faire face aux préjugés de Juifs orthodoxes modernes, malheureusement conditionnés par le Sionisme. Dans la même optique, ce texte, pourvu de quelques brèves notes explicatives est aussi lisible et utile pour les non-Juifs. Le texte original anglais de cet essai rabbinique de haute valeur est accessible dans notre blog www.bloggen.be/jesjoeren .

 

 

SIONISME ET CONFLIT
SIONISTE-PALESTINIEN (1)

 

Par Ahron Leib COHEN שליט"א

 

 

Avant-propos

 

Il y a eu beaucoup de discussions récemment en rapport avec la situation en Erets-Yisroél[1] quant à la pertinence de participer à des événements comme des débats ou des manifestations organisées par des sympathisants des Palestiniens.

Je présente, à cet effet, un bref essai sur le sujet sous forme de questions-réponses.

 

Le but de cet essai est de montrer que les activités en questions sont non seulement correctes mais même bénéfiques au Peuple Juif. J’ai essayé de traiter les points les plus fréquemment soulevés et, par la même occasion, d’examiner de plus près l’approche Juive Orthodoxe du sionisme dans son ensemble.

 

Ce travail nécessiterait des références complètes aux sources, mais le manque de temps m’empêche de les apporter. Quiconque désireux de les obtenir peut sans problème prendre contact personnellement avec moi.

 

Puisse le Tout-Puissant venir à notre aide pour que nous définissions Ses souhaits avec exactitude et que nous réussissions à les accomplir.

 

Ahron Leib Cohen

 

Adar 5764  Salford, Manchester

 

 

QI.  Avant tout autres questions, je voudrais savoir comment des personnes Juives, surtout des Juifs Orthodoxes, peuvent s’unir avec des sympathisants des Palestiniens dans des conférences ou des manifestations contre l’ «Etat d’Isra-l» ? Comment peuvent-ils même envisager de telles activités ? Ne sont-ils pas traîtres aux intérêts de leur propre peuple et n’ignorent-ils pas la violence en fréquentant un peuple perçu comme un ennemi ?

 

        Il y a bien sûr beaucoup d’éléments à clarifier sur ce sujet. Quoiqu’il en soit, il existe, en Erets-Yisroel, un affrontement acharné entre les sionistes et les Palestiniens.

 

        Cet affrontement fut déclenché par les sionistes il y a environ cent ans, lorsqu’ils ont au préalable eu l’idée de créer un Etat pour le Peuple Juif. A cette époque, la grande majorité des Autorités de Thora avaient bien précisé que sionisme et Judaïsme sont diamétralement opposés et totalement incompatibles l’un avec l’autre.

 

        Toutefois, les sionistes poursuivaient leur but et ignoraient le fait qu’un peuple existant occupait le pays. Ils ont en effet entrepris d’ôter aux Palestiniens la possibilité d’autonomie politique dans le pays où ils vivaient. Tandis que leur objectif se réalisait, cela causait en retour la perte d’habitations et sources de revenus d’un grand nombre de Palestiniens. D’âpres affrontements, sources de bien de maux, violences et mort se déclenchaient en général.

 

        De leur point de vue Les Palestiniens, furent traités très injustement, et vu que les sionistes revendiquent le fait de représenter tout le Peuple Juif, leurs activités ont souillé le nom de tous les Juifs, provoquant un Chilloul HaShem[2]. Les revendications sionistes de représenter le peuple Juif a aussi causé la colère des Palestiniens sur tous les Juifs, et de ce fait-là, ce sont les sionistes et leur Etat qui sont à l’origine de l’effusion de sang en Erets Yiroel de nos jours.

 

        D’un point de vue concret, il est évident que la cause première de l’affrontement entre Arabes et sionistes est l’existence même de l’Etat sioniste. Si l’on abandonne l’instinct nationaliste selon lequel on doit avoir un Etat, alors la solution évidente à tout le conflit au Moyen-Orient, et le moyen assuré vers la paix et la sauvegarde des vies est le démantèlement pacifique de l’Etat sioniste. Cela mettrait un terme à la colère des Palestiniens et supprimerait le Chilloul Hashem.

 

        Toutefois, il n’est pas actuellement dans le pouvoir de la minorité des Juifs Orthodoxes de démanteler l’Etat sioniste. Nous sommes cependant capables et obligés, si nous le pouvons, de réduire le problème en expliquant aux Palestiniens  et en démontrant par nos actions que les sionistes ne représentent pas le Peuple Juif, et que le Peuple Juif ne veut pas, n’a en fait pas le droit de posséder son propre Etat.

 

        Nous devons également expliquer que nous comprenons  la souffrance des Palestiniens et compatissons.

 

 (Traduction Sœur Enissa KELIF)  A suivre



[1] Appellation rabbinique de la Terre Sainte, Palestine.

[2] Sacrilège, profanation du Nom Divin.




 

SIONISME ET CONFLIT
SIONISTE-PALESTINIEN (2)

 

Par Ahron Leib COHEN שליט"א

 

 

Q2. Mais qu’accomplissons-nous de positif en coopérant aux activités pro-Palestiniennes ?

 

        Tout d’abord, en manifestant notre sympathie pour la cause Palestinienne, nous contrecarrons le Chillul Hashem[1] causé par l’Etat  sioniste et ainsi nous faisons un Kiddush Hashem (sanctification du Nom de Dieu). L’expérience a prouvé que notre démonstration de sympathie produit un effet extraordinaire et le Kiddush Hashel est spectaculaire.

 

        Toute personne intéressée est la bienvenue pour examiner des exemplaires des centaines de lettres reçues des sympathisants Palestiniens qui ont totalement abandonné toute hostilité à l’égard des Juifs en général après qu’il leur fut clairement expliqué que sionisme et Judaïsme sont différents l’un de l’autre et incompatibles l’un avec l’autre. Un exemplaire saisissant d’une de ces lettres est reproduit à la fin de cet essai.

 

        Deuxièmement, l’animosité et l’affrontement créés par l’Etat sioniste parmi les Palestiniens sont si puissants que cela résulte en violence avec des conséquences tragiques de partout. Notre participation à leurs activités contribue uniquement à réduire et à repousser la tension. Cette suppression de l’affrontement va immanquablement aboutir à une réduction de la violence. Lors de notre participation à leurs activités, nous nous donnons beaucoup de mal  pour constamment souligner notre espoir et  notre prière que cette impasse puisse se résoudre de façon pacifique. Cela apaise la colère des Palestiniens sur l’ensemble du Peuple Juif,  apportant de ce fait Hatzolas Nefoshois.[2]

 

        Troisièmement, nous avons un autre problème, comme nous l’avons mentionné auparavant, les sionistes se sont faits passer pour les représentants des Juifs et les portes paroles de tous les Juifs. Ainsi, du fait de leurs actions de Chillul Hashem, ils suscitent l’animosité contre tous les Juifs. Ceux qui nourissent cette hostilité sont alors accusés d’antisémitisme. Donc un de nos buts en participant a ces activités est justement de réduire l’antisémitisme, en   soulignant clairement que le sionisme n’est pas le Judaïsme.  Les sionistes ne peuvent pas parler au nom des Juifs. L’Opposition au sionisme n’implique pas d’antisémitisme ou de haine des Juifs. Au contraire, le sionisme lui-même et ses agissements constituent la plus grande menace pour les Juifs et la plus grande cause d’antisémitisme.

 

        Nous avons par conséquent deux des plus nobles buts que les Juifs puisse avoir, à savoir LE KIDDUSH HASHEM ET LE PIKUACH NEFESCH[3].

 

        Il est bien connu que pour atteindre ces deux buts susmentionnés, nous devons tout mettre en œuvre qui est nécessaire pour réaliser le résultat désiré.

 

        Ne rien faire impliquerait que nous fermions les yeux sur le conflit funeste (qui est la cause de Shefichas Domim[4]) et le Chillul Hashem perpétré par les sionistes.

 

        Ainsi il devrait maintenant être clair comment nous pouvons envisager et persévérer positivement dans des activités ensemble avec les Palestiniens, et que loin d’être une trahison, ces activités sont bel et bien dans les meilleurs intérêts du Peuple Juif et non seulement ceux des Palestiniens.



[1]  Profanation du Nom Divin, Sacrilège

[2] Sauver des âmes

[3] Sauver des vies humaines

[4] Effusion de sang


http://www.bloggen.be/yechouroun/




 

Partager cet article
Repost0
7 août 2008 4 07 /08 /août /2008 20:11
http://le-jardin.over-blog.net/article-20192354.html

Mes amis,

Je lance un appel pour vous inciter à collaborer à ce blog. Son objectif est de contribuer à une meilleure compréhension les uns des autres,  à une meilleur acceptation, afin que nous résistions à la Pensée Unique qui nous conduit, via les Médias, à nous opposer les uns aux autres, même au prix de guerres meurtrières.

Si vous avez des articles à m'envoyer, bien documentés et bien écrits, favorisant le dialogue des civilisations, je les publierai bien volontiers.

Peu m'importe si vous êtes laïc, athée, croyant chrétien, juif ou musulman.Vous êtes tous les bienvenus !

Bien fraternellement à tous, 

Eva

Vous pouvez aussi me signaler des articles intéressants, des contributions, des événements ! D'avance, merci !

evaresis@yahoo.fr

 
Partager cet article
Repost0
7 août 2008 4 07 /08 /août /2008 18:53




















Bonjour mes amis

Me re-voici, et cette fois pour m'entretenir avec vous de religion.

Vous le savez, je suis une femme de paix, de consensus, de dialogue, fraternelle. Pour moi, nous sommes tous frères et soeurs en humanité, citoyens du même monde, enfants du même Dieu, Père d'Amour, Créateur. L'idée même de CHOC de civilisations, d'individus, me fait horreur.  Jeune, j'aimais le titre d'un film : "Si tous les gars du monde" (voulaient se donner la main).  Alors, comme le monde serait beau ! Solidarité, au lieu de compétition, coopération au lieu de conflits d'intérêts, paix au lieu de guerre, complémentarité au lieu de différence, communion au lieu de choc, fraternité au lieu de haine, tolérance au lieu de sectarisme, etc, etc... voilà les valeurs qui rendraient les peuples heureux !

A la suite des événements du 11 septembre 2001, j'avais commencé des recherches afin d' écrire un ouvrage sur les grandes religions monothéistes, pour montrer d'abord tout ce qui les séparait, et ensuite tout ce qui les rapprochait,  le but étant de les amener à se parler, à se découvrir, à s'apprécier mutuellement, et même à collaborer ensemble en vue d'un monde meilleur, par exemple fidèle aux principes de Dieu. Je m'étais rendue, voici quelques années,  au rassemblement, à Bâle, des chrétiens du monde entier pour "la paix, la justice, la sauvegarde de la création", et je pensais alors qu'ensemble les religions pouvaient travailler à l'édification d'un monde meilleur, plus conforme à la volonté du Dieu d'Amour, de Justice, de Paix.

Mais le temps d'effectuer mes recherches (je suis perfectionniste), deux ans plus tard les premiers livres sortaient, expliquant ce que j'avais intuitivement compris et annoncé quelques jours après le 11 septembre : La cause de bien des malheurs de l'humanité était liée au choc des religions, chacune voulant supplanter l'autre et dominer. Je connaissais par expérience le fanatisme des évangélistes, je pressentais celui des Juifs intégristes, et j'entendais constamme
nt parler de l'intolérance de l'islamisme. Pour moi, la signification des événements, alors, était claire. Et mon objectif était précisément de montrer que les religions avaient des bases communes, des préceptes communs, et pouvaient collaborer, unir leurs efforts pour embellir notre monde. En ce sens, la Foi Baha'i est un exemple d'ouverture aux autres, d'appel à la tolérance, au dialogue, et à l'action commune. A la fraternité universelle !

La suite, on la connaît. La Pensée Unique nous amène à croire que le "choc des civilisations" est inévitable et nécessaire, qu'il est le remède aux problèmes, alors qu'il n'est que l'instrument de domination des nantis sur les peuples, le prétexte bien commode pour nous opposer les uns aux autres et pour prendre le contrôle de régions entières, riches de ressources pétrolières.

Dans ce blog, je parlerai de thèmes qui me tiennent à coeur, avec un seul objectif : Nous amener à mieux nous comprendre et à nous aimer les uns les autres.

Eva R-sistons au choc de civilisations 

TAGS : Religions monothé
istes, Rassemblement des chrétiens de Bâle, Juif, Chrétien, Musulman,Foi Baha'i, évangélistes, juifs intégristes, islamistes, 11 septembre, communion, choc, guerres, dialogue, Dieu, Amour, Justice, Paix, sectarisme, fanatisme, fondamentalismes, "Si tous les gars du monde"...




Voyez  mon blog http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/

http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/article-18747126.html

http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/article-18863741.html

 et bien sûr mon blog préféré : http://le-jardin.over-blog.com



Partager cet article
Repost0
7 août 2008 4 07 /08 /août /2008 17:52
http://candide-exocet.skynetblogs.be/


Les évangélistes américains : A fond pour le choc de civilisations !
Au lieu de prier pour la paix, ils poussent à la guerre et ils militent contre les Arabes !
Prosélytisme, propagande anti-musulmane, division ...
Les évangélistes, comme les néo-cons, sont des obstacles à la paix dans le monde !


La montée du fascisme chrétien et sa menace pour la démocratie US
http://raton-laveur-l-aigle.hautetfort.com/les_evangeliques_et_l_amerique_du_nord/



 
04-08-2008

La secte évangélique et le monde arabe.

Voici, depuis: http://www.mondialisation.ca/index.
des précisions sur leurs
 nuisances

Dans le monde arabe, l’action de la secte évangéliste se présente sous un triple aspect:

- La propagande anti-musulmane qui dispose de moyens considérables et vise à accuser les musulmans de tous les maux de la terre. C’est ainsi que les évangélistes sont les premiers à organiser, en liaison avec les néoconservateurs américains dont on connaît les engagements pro-israéliens, des campagnes visant à assimiler l’Islam au terrorisme, donc à « l’axe du mal ». L’un de leurs objectifs favoris est l’Arabie saoudite contre laquelle ils poursuivent une propagande inlassable tout en encourageant certaines confréries de façon à semer la division religieuse au sein du royaume.

- L’instrumentalisation des communautés chrétiennes arabes est en action au Liban, en Palestine, en Syrie, en Irak. Au Liban, chaque été des missionnaires évangélistes parcourent le pays, selon un itinéraire préparé en liaison avec l’ambassade des Etats-Unis. Des groupes de jeunes organisent des concerts, des festivals, des rencontres sur les plages avant d’en venir à des réunions plus précises visant à convaincre les jeunes chrétiens, notamment les maronites, d’adhérer à la secte évangéliste en leur faisant miroiter la prise en charge de leurs études, des visas pour les Etats-Unis et toutes sortes d’autres avantages. Ces activités s’accompagnent d’un fort prosélytisme anti-musulman qui n’est pas pour rien dans la montée en puissance du confessionnalisme que l’on peut déplorer au pays du Cèdre. Les évangélistes déploient les mêmes méthodes en Syrie, mais d’une manière beaucoup plus discrète en raison de la vigilance des pouvoirs publics. En Irak les missionnaires des sectes évangélistes sont arrivés dans les fourgons de l’armée américaine et ont désormais pignon sur rue. A coup de dollars, ils s’emploient à rallier les chrétiens d’Irak et les détourner de leur christianisme traditionnel, oriental et arabe, pour les conduire à créer des communautés séparatistes. Les arguments sont toujours les mêmes, il s’agit d’inviter les chrétiens arabes à quitter leur religion traditionnelle en échange d’un emploi, d’allocations pour leurs enfants, d’une promesse de visa.
Outre le Vatican, les Eglises traditionnelles irakiennes ne cessent de dénoncer le danger des évangélistes états-uniens dont certains ont déjà été exécutés par la Résistance.
Selon le curé du village chrétien de Ain-kawa, près de Mossoul, : «Lors de cérémonies religieuses, nous expliquons aux fidèles que ces missionnaires sont en réalité des agents américains qui cherchent à soudoyer les Irakiens avec leur argent. Des étrangers qui veulent anéantir notre histoire et créer des conflits confessionnels en Irak Nous répétons aux fidèles qu'il faut interdire à ces gens l'accès à leurs résidences et aux lieux de rassemblement de leurs enfants». Les Irakiens chrétiens affirment que ces évangélistes « ne risquent pas seulement de causer la dispersion des fidèles, mais de créer un climat de conflit confessionnel qui n'existait pas auparavant en Irak. Ces étrangers visent à perturber nos bonnes relations avec les musulmans et un climat d’entente millénaire ».
C’est exactement le même processus que l’on constate en Palestine occupée où des efforts considérables sont déployés par les évangélistes pour rallier des fidèles et les inciter ensuite à quitter le pays.

Enfin, l’effort de conversion des musulmans constitue l’aspect le plus spectaculaire de l’acticité des évangélistes. La stratégie américaine d’évangélisation ciblant les peuples musulmans s’appuie sur des acteurs organisés en réseau, mais aussi sur l’élaboration d’un message évangélique adapté au message coranique. Cette évangélisation vise en particulier certaines communautés musulmanes dont les origines ethniques pourraient être utilisées pour des projets sécessionnistes et anti-arabes : c’est le cas avec les minorités kurdes d’Irak et de Syrie, mais aussi avec les Kabyles et les Berbères au Maghreb.

Selon le quotidien algérien al Watan , l’évangélisation en Kabylie est « le résultat d’un prosélytisme organisé et financé par une stratégie d’évangélisation des peuples musulmans. En Algérie, les évangélistes investissent le terrain de l’humanitaire et choisissent leurs cibles parmi les personnes les plus démunies ; des personnes se convertissant aux christianisme contre une somme d’argent (2000 dinars, l’équivalent de 20 euros), des promesses de soins médicaux ou de visas pour l’étranger : les chancelleries européennes accordent plus facilement des visas d’entrée à l’espace Schengen à tout demandeur algérien qui se proclame comme chrétien « persécuté ». Plus de 74% des personnes allant à la messe le font essentiellement pour profiter des aides financières des missionnaires» . L’une des actions récentes de l’église protestante à Constantine a visé des lycéens, « elle leur a proposé un soutien scolaire gratuit. En plus des cours proposés, les élèves ont reçu des CD, des livres et d’autres documents de propagande évangéliste ; ce même scénario rôdé s’est répété à Tiaret et dans d’autres villes ». Selon nos informations, les « diplomates » de l’ambassade des Etats-Unis en Algérie multiplient les visites dans les territoires kabyles et favorisent le prosélytisme évangéliste.

Au Maroc, une multitude d’organisations évangélistes, surtout américaines, opère plus ou moins secrètement dans les régions déshéritées ainsi que dans les grandes villes. Une organisation comme Arab World Ministries, société missionnaire évangéliste internationale, a pour objet officiel « l'annonce de la bonne Nouvelle d'un Sauveur aux musulmans du monde arabe ».
Les agents clandestins de cette secte dont le nombre a plus que triplé depuis 2002, seraient plus de 800. Ils se présentent sous diverses couvertures : médecins, infirmiers, militants humanitaires, enseignants, ingénieurs ou encore entrepreneurs . En janvier 2005, à l’occasion de la visite au Maroc du télé-évangéliste Josh McDowell, représentant le mouvement Crusade for Christ International (7000 volontaires dans le monde), Le Journal-hebdo écrivait « Le Maroc assailli par les néo-protestants US ».

L’action des évangélistes états-uniens est relayées par de nombreuses radios et télévisions bénéficiant du soutien des Etats-Unis, notamment du congrès et de la Cia : Radio El Mahabba émettant en continu sur le canal son du satellite Eutelsat Hotbird 3, la chaîne CNA-Channel North Africa, Arabvision, Life-TV, Miracle Channel etc, sans compter la chaîne de propagande américaine en arabe Al Hurra. La propagande évangéliste est également insérée dans des projets de programmes de développement d'Internet, tel le programme de développement de l`usage d`Internet (GIPI, Global Internet Policy Initiative) engagé par le Département d’Etat américain, dans le cadre de l`Initiative de Partenariat du Moyen-Orient (MEPI), qui touche déjà l'Algérie, la Tunisie, le Maroc, l'Egypte, la Syrie, le Liban, la Jordanie, l'Irak, l'Arabie saoudite, Barheïn, le Koweït, Oman, le Qatar, les Emirats arabes unis, le Yémen et la Palestine.

Bien entendu, cette action de prétendue évangélisation encouragée, financée et protégée par le gouvernement de Washington, n’est animée d’aucun sentiment religieux sincère. Son but est de créer des foyers de discorde au sein des pays arabes afin de les déstabiliser et de les affaiblir. Elle a pour effet d’attiser artificiellement le choc des civilisations et s’inscrit dans le projet développé depuis le 11 septembre de diaboliser l’Islam. Elle s’inscrit tout simplement dans le cadre de la politique des Etats Unis visant à remodeler le Grand Moyen Orient et d’y étendre l’hégémonie américaine.


 Articles de Charles Saint-Prot publiés par Mondialisation.ca


Charles Saint-Prot : « Les services secrets et les néo-conservateurs instrumentalisent les Églises évangéliques »



« Il y a une importante activité de pénétration des Églises évangéliques dans le monde arabe afin de soutenir les politiques états-uniennes dans la région », a expliqué Charles Saint-Prot, lors de la conférence internationale Axis For Peace, organisée par le Réseau Voltaire, les 17 et 18 novembre 2005 à Bruxelles. Directeur de l’Observatoire d’études géopolitiques et spécialiste du monde arabe, Charles Saint-Prot s’est inquiété de l’action de ces Églises en Irak qui poussent le pays à devenir exclusivement musulman. « Les Églises évangéliques se tournent vers les communautés chrétiennes du monde arabe, les convertissent et leur conseillent de s’exiler, notamment d’Irak. Ils fournissent des aides au départ à des populations qui, comme toutes les autres communautés d’Irak, souffrent de l’invasion et de l’insécurité qu’elle développe. L’objectif est de construire, à la place des sociétés polyreligieuses, un monde exclusivement musulman qu’il est plus facile de dénoncer dans le cadre de la rhétorique du "clash des civilisations". »

Revenant sur les liens entre les Églises évangéliques et les services de renseignement états-uniens, M. Saint-Prot a déclaré : « Dans l’appareil d’État états-unien, il y a une relation ambivalente avec les Églises évangéliques. D’un côté, on a des personnes comme George W. Bush qui sont sincèrement convaincues par les prêtres de ces Églises et qui ont foi en leurs préceptes. Mais de l’autre côté, les services secrets et les néo-conservateurs instrumentalisent les Églises évangéliques et les utilisent pour parvenir à leurs fins géostratégiques. »
« Les États-Unis ont un comportement et une approche semblables à celle d’une puissance européenne dans les années 30 », a continué M. Saint-Prot. Une approche totalitaire mise en œuvre par un cercle réduit de néoconservateurs et de fondamentalistes chrétiens qui viennent à constituer une sorte « d’État dans l’État ». Les pressions exercées sur la Syrie participent notamment d’une volonté globale de « mettre les Arabes à genoux pour les contraindre à négocier des accords de paix avec Israël ». Les États-Unis ont utilisé la même rhétorique que pour l’Irak en accusant la Syrie d’encourager le terrorisme, de chercher à se doter d’armes de destruction massive, puis d’être la porte d’entrée des combattants étrangers en Irak. Or comme le souligne M. Saint-Prot, « les combattants étrangers en Irak sont les soldats britanniques et états-uniens et leurs mercenaires ». La France, dans un revirement spectaculaire et inexpliqué de sa politique étrangère, s’est alliée aux États-Unis pour la circonstance.
Partager cet article
Repost0
7 août 2008 4 07 /08 /août /2008 16:28
Mon blog préféré, à nouveau à l'honneur :


 


Unité en Abraham

Juifs, Chrétiens et Musulmans sont tous les enfants d’Abraham. Les Juifs et les Chrétiens par Isaac. Les Musulmans par Ismaël. Au tympan de l’église de Conques (Aveyron), Abraham est au centre de la Jérusalem céleste. Il entoure de ses bras deux élus portant le sceptre fleuri. Ces deux enfants évoquent ainsi Ismaël, fils d’Agar sa servante, et Isaac, fils de sa femme Sara.

 

 

Notre unité se fonde sur cet héritage commun de notre père dans la foi. Mais quels sont ces fondements communs que nous lègue notre père Abraham ? : Dieu est unique, il n’y en a pas d’autres que Lui, Il n’a pas d’«associés» (pour reprendre un terme coranique). Nous ne servons que Lui et refusons toutes formes d’idolâtrie. Nous nous soumettons à Dieu, nous offrons tout pour la réalisation de son Projet pour l’humanité, même ce qui est le plus précieux pour nous (sacrifice d’Abraham). Nous sommes appelé à être fidèles à l’Alliance avec Dieu et vivre dans l’amitié de Dieu. Cette amitié est un lien direct avec le Créateur (Abraham ne fonda aucun système religieux, aucune institution religieuse, c’est pourquoi le Coran met en avant le fait qu’Abraham n’était ni Juif, ni Chrétien (3, 67), pour nous inviter à retrouver le sens de cette piété fondamentale, originelle. Sa relation à Dieu était simple, sans intermédiaires, sans clergé –  il fait lui-même les sacrifices qu’il offre à Dieu). Abraham est le prototype du croyant qui accomplit la Parole de Dieu directement et de façon libre.

Nous avançons humblement dans la direction que Dieu nous montre, en totale confiance. Nous recherchons la justice et la bonté, par laquelle seront bénies toutes les familles de la terre - «en toi seront bénies toutes les familles de la terre » avait dit Dieu à Abraham (Genèse 12,4). Cette bénédiction ne peut advenir que si les héritiers d’Abraham retrouvent la voie de la fraternité vécue et de la spiritualité active. Les déchirements entre les enfants d’Abraham contribuent à affaiblir cette bénédiction, à en stériliser les potentialités. Quelle image de la foi monothéiste donnent aujourd’hui les héritiers désunis ? Les querelles, les conflits, les rivalités entre Juifs, Chrétiens et Musulmans sont autant de signes négatifs, effrayants parfois, qui éloignent les hommes du Dieu de la Bible et de Coran. Il est temps de nous retrouver enfin « dans le sein » de notre père – selon l’expression biblique - et de re-devenir porteurs de bénédiction pour toutes les familles de la terre, pour toute la Création !

 

 

Eléments tirés de l’Ecritures bibliques et coraniques :

 

Ce socle commun issu de la Parole révélée est la fondation sur laquelle nous pouvons nous rejoindre, sur laquelle nous pouvons nous appuyer pour avancer ensemble, main dans la main.

La Bible évoque Dieu comme étant le Dieu d’Abraham (Exode 3,6, 6,3 ; Matthieu 22,32…) et le Coran considère que l’Islam était déjà la voie (milla) d’Abraham. La spiritualité que nous héritons de notre père Abraham est une bénédiction de Dieu - Abraham est un guide (imam) pour les hommes (Coran 2,124). Juifs, Chrétiens et Musulmans sont d’accord là-dessus. Sa foi et son caractère sont exemplaires pour nous tous :

Il  était un croyant monothéiste pur (hanif) soumis à Dieu, il n’était pas au nombre des polythéistes. » (Coran 3, 67)
Il était humble (Coran 9, 114)
Il était juste (Coran 19,41)
Il était intelligent et savait utiliser sa raison (épisode de la réflexion sur l’idolâtrie des astres Coran 6,76 à 79)
Il avait un cœur pur (Coran 37,84)
Il avait totalement confiance en Dieu ; Il accepta de tout quitter, de partir dans une direction inconnue sur ordre de Dieu (Genèse 12,1) et garda toute sa vie une dynamique de pèlerin, toujours en marche, toujours à la recherche de Dieu et du bien ; il obéit jusqu’à sacrifier ce qu’il a de plus cher, son propre fils (Coran 37, 102 à 106)
Il était l’ami de Dieu ((Jacques 2,23, Esaie 41,8, Coran 4,125)
Dieu a conclu une alliance avec Abraham (Genèse 15,9 à 18)
Il a mis les idoles en pièces et n’hésitait pas à remettre en question les coutumes et la culture de ses contemporains (Coran 21,58)
Abraham était plein de compassion et essaya de sauver le peuple de Loth (Genèse 18, 24 à 32 et Coran 11,74 à 76)






« Abram étant âgé de quatre-vingt-dix-neuf ans, le Seigneur lui apparut et lui dit : « Je suis le Dieu tout-puissant ; conduis-toi à mon gré, sois irréprochable, et Je maintiendrai mon alliance avec toi, et Je te multiplierai à l’infini. » Abram tomba sur sa face et Dieu lui parla de la sorte : « Moi-même, oui, Je traite avec toi : tu seras le père d’une multitude de nation. Ton nom ne s’énoncera plus désormais Abram : Ton nom sera Abraham, car Je te fais le père d’une multitude de nation. Je te ferai fructifier prodigieusement ; je ferai de toi des peuples et des rois seront tes descendants. Cette alliance, établie entre moi et entre toi et ta postérité dernière, je l’érigerai en alliance perpétuelle, étant pour toi un Dieu comme pour ta postérité après toi. » Genèse 17, 1-8

 

«Qui donc éprouve de l’aversion pour la filiation (milat) d’Abraham sinon celui qui est insensé ?
Nous avons, en vérité, choisi Abraham qui en ce monde et dans l’autre sera au nombre des justes »
Son Seigneur lui dit : « Soumet-toi ! »
Il répondit : « Je me soumets au Seigneur des mondes ! »

Coran 2, 30-131

« Ils ont dit : « Soyez juifs ou soyez chrétiens, vous serez bien dirigés ».
Dis : « Mais  non ! Suivez le chemin d’Abraham, un vrai croyant (hanif) qui n’était pas au nombre des polythéistes (ceux qui associent quelque chose à Dieu) ».
Dites : Nous croyons en Dieu, à ce qui nous a été révélé, à ce qui a été révélé à Abraham, à Ismaël, à Isaac, à Jacob et aux tribus, à ce qui a été donné à Moïse et à Jésus, à ce qui a été donné aux prophètes de la part de leur Seigneur. Nous n’avons de préférence pour aucun d’entre eux ; nous sommes soumis à Dieu. » Coran 2, 35-136

Voyez  mon blog http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/

http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/article-18747126.html

http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/article-18863741.html


 et bien sûr mon blog préféré : http://le-jardin.over-blog.com




Tags : Abraham, Moïse, Jésus, Alliance, unité, Jacob, Isaac, Ismaël, Sara, polythéistes, le jardin.over-blog.net, Coran, Genèse, Musulman, Juif, Chrétien, Agar, Exode, Bible, foi, Aveyron, Jérusalem céleste...

 

Partager cet article
Repost0
7 août 2008 4 07 /08 /août /2008 05:24




Islam, Judaïsme et Occident :
 
l’échantillonnage médiatique
 
au JT de France 2 au service
 
de la théorie du choc des civilisations ?




Article publié sur Agoravox
ici


Nous sommes le jeudi 20 juin 2008, il est 20 heures piles et, sur France 2, David Pujadas annonce les titres du JT du soir :

 « Dans l'actualité ce soir :

1- [Premier bilan] Un tournevis sur l'immigration : Brice Hortefeux présentait son bilan aujourd'hui, en un an le nombre de reconduites à la frontière a augmenté de 31 % ;

2- [Fermetures annoncées] Altadis - ex-Seita - va fermer deux usines de tabac sur huit celle de Metz et la fabrique de cigares de Strasbourg vieille de deux siècles, inquiétude des salariés, plus de 1 000 emplois sont supprimés ;

3- [Interdit aux hommes] Deux affaires relancent le débat sur la mixité et le communautarisme, dans l'Isère un créneau horaire est réservé aux femmes à la piscine, près de Paris un tournoi de basket finalement annulé était interdit aux hommes ;

4- [Un nazi démasqué] A l'étranger un ancien nazi croate piégé par l'Euro 2008, il a été filmé et reconnu au milieu des supporters, Zagreb réclame son extradition ;

5- [Particules mortelles] Une première grande étude sanitaire sur l'impact de la pollution de l'air dans neuf grandes villes de France, cette étude établit un lien entre la présence de particules nocives et le nombre de décès ;

6- [L'année des méduses] Enfin, une page Environnement, avec l'invasion des méduses, le phénomène s'amplifie dans toutes les mers du monde, éléments d'explication à la fin de ce journal. »


Ainsi commence donc le JT du jour ou les dirigeants européens se sont réunis à Bruxelles pour essayer de digérer ensemble la claque irlandaise à leur bien-aimé Traité de Lisbonne : une rapide exposition récapitulative des informations que la rédaction du journal avait triées parmi des centaines d'autres et choisies pour mettre à la une, dans un ordre bien précis et des formulations soigneusement travaillées, évidemment selon des critères qu'un consommateur ordinaire d'information n'est pas supposé connaître. Naturellement. Aux dernières nouvelles, on n'enseigne pas encore les stratégies de communication au grand public. Pourtant, disséquer le contenu d'un JT n'est pas une tâche herculéenne, bien qu'elle reste à première vue « étrange », voire absurde. Car, face à un média de masse quelconque, l'attitude habituelle est celle d'analyser les informations qu'il présente, et non la manière par laquelle elles se font présenter. On se concentre sur le fond, au point d'en oublier la forme, que nous concevons comme évidente, ou c'est plutôt ainsi qu'on a toujours aimé la concevoir. C'est justement parce qu'elle a été longtemps mise aux oubliettes que cette forme paraît plus que jamais mystérieuse, quoique certains pourraient pressentir dans la remise en question de ce qu'ils ont depuis longtemps indexé dans la colonne de l'évidence l'expression d'un ridicule désir fantasmatique à voir du mystère là où il n'y en a pas. Ou plutôt, là où on préfère de toutes nos forces qu'il n'y en ait pas...


Nous sommes alors à un jour où le rêve européen prend les allures d'un interminable cauchemar de ratifications que l'on souhaite à tout prix être taillées sur la mesure des politiques gladiateurs de l'arène européenne, qui n'attendent que des « Oui Oui à vos ordres ! » de la part de leurs peuples, habitants d'un continent qui occupe dans le monde une place plus grande que celle qu'il occupe dans les têtes de ses citoyens. C'est normal, aujourd'hui l'Europe, comme beaucoup d'autres exploits architecturaux contemporains, se bâtit à l'envers : on l'impose dans le monde, et puis on verra pour les Européens, de toute façon ils finiront tôt ou tard par accepter ce que leurs dirigeants ont décidé qu'il soit « bon » pour eux. Dans un jour aussi terrible pour le Traité de Lisbonne, la réunion de Bruxelles n'est apparemment pas une information qui mérite de figurer à la une des titres du JT. En tout cas, c'est ce qu'a décidé la rédaction. Une omission qui ne semble pas dénudée de « bon sens », puisqu'il ne serait pas « gentil » de désenchanter davantage une opinion publique exaspérée par Bruxelles en continuant à la marteler dès le résumé des titres par les informations en rapport avec les mésaventures de l'« European Dream ». Le lexique qu'on avait choisi de mettre en avant étant : immigration, fermeture, inquiétude, mixité, communautarisme, nazi, mortelles, nocives, décès, invasion. Un vrai cocktail Molotov de péjoration présentant des informations visiblement différentes, mais qui demeurent homogènes, cohérentes et développant des sujets en rapport direct ou indirect avec la construction européenne : l'immigration, les crises sociales, le communautarisme, le nazisme, les crises de l'environnement. Loin de là, si on visionne bien l'exposé des six titres, on verra aussi que toutes les informations mises en avant s'articulent autour d'un dualisme capital : celui de l'intrus/exclus. En effet, le flash des titres, bien qu'étalé sur six points majeurs, présente en réalité un seul squelette communicationnel : « L'exclusion de ce qui est intrus ». La notion d'intrus est indéniablement constante dans toutes les informations, mais à chaque fois l'intrus, ainsi que la description de son exclusion, changent de forme. Démonstration :

 

Intrusion

Exclusion

Nuage lexical amplificateur et/ou densifiant

Immigrés clandestins

Reconduites aux frontières

Tourne vice

Augmenté de 31%

Salariés qui ne sont plus les bienvenues chez leurs patrons

Fermeture d'usines/Suppression d'emplois

Inquiétude

Veille de deux siècles

Plus de mille emplois

Evènement/service interdit aux hommes, réservé aux femmes d'une communauté pour le moment indéterminée

Annulation

Communautarisme

Ancien Nazi

Extradition

Démasqué

Filmé

Reconnu

Particules mortelles/nocives

Pollution de l'air

implicite : si on parle de quelque chose de mortel c'est qu'on doit la combattre

Première grande étude

Neuf grandes villes

Lien avec nombre de décès

Invasion par des méduses

Imagée : méduse extraite par un sceau, traitement médical

Phénomène s'amplifie

Toutes les mers du monde



Et voilà. Une sorte d'unité contextuelle entre toutes les informations classifiées comme « importantes » vient de se dégager par elle-même. L'essentialité du traitement de l'information du « Non irlandais » (le « Non » étant aussi un intrus dans la cour des « Oui oui ») étant à la fois évidente et lassante à souligner, c'est donc bien volontiers qu'on ne l'annoncera pas dès le commencement. L'attention du téléspectateur est ainsi sollicitée et préparée pour être plus réceptive aux infos figurant « à la première page » du JT - celles traitées dans le tableau ci-dessus - et dont l'importance lui a été suggérée par le fait qu'elles ait été choisies pour figurer dans le « menu général ». Bien sûr, le téléspectateur qui est en train de regarder le JT n'est pas en mesure d'agir activement vis-à-vis du contenu médiatique qui lui est véhiculé. Il est passif, et se contente de recevoir les informations qui iraient subir dans son cerveau le traitement tabulateur inconscient décrit en haut et basé sur le couple notionnel élémentaire d'« intrus-exclus ». D'ailleurs, heureusement que toutes ces informations étaient triées de sorte que leur digestion mentale puisse s'effectuer facilement, en mobilisant un seul critère de classification subconsciente ( !). Pur hasard dites-vous ? Le hasard c'est quand on ignore les lois de la nature, disait Newton...



Ce qui est intéressant dans les six titres, c'est que l'un d'eux, à la différence des autres, « relance » un débat particulier, faisons pour le moment abstraction de sa nature. La question qui se pose est : est-ce la seule information susceptible de « relancer » un débat quelconque ? Evidemment que non, toutes les autres informations évoquent elles aussi des « débats » spécifiques à chacune d'elles. Toutefois, on a plutôt préféré mettre l'accent sur un seul débat, celui relatif au « communautarisme », et qui selon le troisième titre évoque une polémique dont les héros principaux sont les « hommes » et les « femmes ». Innocente correspondance à connotation sexuelle avec l'affaire du mariage annulé « pour motif de non-virginité » toujours présente dans l'esprit de chacun... Il est facile alors de lire entre les lignes pour s'apercevoir dans quelle continuité logique de l'actualité s'inscrit alors ce débat « relancé ». Jusqu'à ce stade, la formulation, prudente, n'identifie pas explicitement la communauté à l'origine des « deux affaires », mais elle suggère par l'expression « relancer le débat sur le communautarisme », à quiconque qui a eu connaissance de l'affaire du mariage annulé, la possibilité que cette communauté soit la communauté musulmane. Mais pour le moment, suspense. On décale le « relancement de la polémique » au milieu du journal. Les Français étant de nature des consommateurs gourmands de polémiques, surtout celles qui touchent aux mœurs libérales (qu'on amalgame souvent avec les principes laïcs), ils sauront attendre le développement de cette information. Le moment venu, on ne tarde pas à assouvir leur gourmandise par des mots bien choisis comme « On va s'y arrêter assez longuement »...


La question qui se pose est pourquoi l'information était présentée sur un plateau d'actualité ou tous les plats crient par la même voix « attention à l'intrus ! » ? « Ce qui attire l'attention à cette occasion » - pour reprendre les termes de David Pujadas -, c'est que la veille, le mercredi 19 juin, une délégation d'académiciens égyptiens de l'université d'Al Azhar, rendait visite en France, au CAPE (Centre d'Accueil de la Presse Etrangère) là ou elle avait donné une conférence ayant pour thème « Les enjeux et les exigences du dialogue entre les religions - Les rapports entre l'islam et l'Occident ». Malgré son caractère visiblement important, la conférence n'a bénéficié d'aucun coup de projecteur médiatique de la part du JT de Pujadas, les projecteurs étant occupés par analyser au microscope les perspectives de conflits entre les musulmans et la France et non les horizons d'entente et de cohabitation pacifique. Pourquoi la rédaction du JT de France 2 avait elle choisi de reprendre uniquement l'information qui sent le « choc des civilisations » et omis d'aller voir ce qui s'est passé à la conférence du CAPE, même pas pour relativiser un peu l'air conflictuel qui se dégage de son dossier sur le "communautarisme" ?



Paradoxalement, le JT d'hier évoquait dans son grand format la manipulation de jeunes enfants par les talibans, qui leur lavent le cerveau pour les entraîner à se faire exploser dans des attentats suicides. Alors que celui d'aujourd'hui parlait des efforts qu'entreprend un rabbin pour améliorer l'entente de la communauté juive avec les autres communautés religieuses, essentiellement musulmane, tout en relatant les agressions que subissent parfois des rabbins de la part des jeunes issus des quartiers musulmans. Ainsi, en trois jours de suite, le JT de 20 heures de France 2 avait présenté l'islam sous un gigantesque prisme péjoratif : « menaces contre la laïcité et les valeurs républicaines », « usage du discours fondamentaliste pour manipuler des enfants par les talibans », et « agressions antisémites » contre un rabbin qui fait tout pour que les gens de différentes confessions s'entendent mieux, un rabbin dont "la modernité a parfois eu du mal à passer", et qui milite pour "l'ouverture envers les autres communauté de la cité". Admirons le contraste ainsi dressé, dans les JT de jeudi et samedi, entre une communauté musulmane qui "se replie sur elle-même", et une communauté juive qui "milite pour s'ouvrir aux autres".


En passant dans l'indifférence totale la visite de mercredi de toute une délégation d'académiciens spécialistes en islamologie et qui viennent, eux aussi, dans une mission d'ouverture et de dialogue, et en s'attardant deux jours après sur les efforts d'un rabbin de banlieues, dont "la modernité a souvent eu du mal à passer", dans le dialogue interreligieux, et ce tout en continuant à agiter dans le subconscient des téléspectateurs le spectre de la « menace islamiste », n'y aurait-il pas eu de la part du JT de France 2 un traitement préférentiel, volontaire ou involontaire, du sujet du dialogue entre les religions, qui privilégie l'évocation des efforts entrepris par des juifs sur les efforts entrepris par les musulmans ? Un rabbin de banlieue (sans vouloir être rabaissant) est-il plus visible que toute une délégation de théologiens d'Al Azhar, qui a d'ailleurs pendant sa visite eu l'occasion de rencontrer plusieurs dirigeants politiques et religieux français, y compris le Grand Rabbin de France ? Et face à la constatation d'un traitement médiatique disproportionné pareil, ne pourrait-on pas avoir l'impression qu'il y ait quelque part une certaine dérive médiatique de l'audiovisuel public qui constitue à présenter les musulmans comme responsables de tous les maux de la démocratie occidentale, reprenant ainsi la fameuse thèse de Samuel Huntington sur le choc des civilisations, et cultivant une sorte de sanctuarisme occidental qui se présente d'une part comme l'incarnation suprême de la perfection démocratique, et d'une autre part comme une victime sans cesse menacée par l'« invasion des méduses » de l'islam, « phénomène qui est en train de s'amplifier » dans tout l'Occident, pour ainsi reprendre la terminologie du titre relatif à la page « Environnement » ? D'ailleurs, une telle politique médiatique des « deux poids deux mesures », qui d'une part décrit les musulmans comme des démons partisans de communautarisme et les juifs comme des anges partisans d'ouverture, n'est-elle pas un facteur qui, justement, favorise davantage les replis communautaires et identitaires, les conflits interculturels et interreligieux, vu que vraisemblablement l'audiovisuel « laïc » ne traite pas de manière égale les questions relatives aux différentes religions du pays ?


Il serait peut-être excessif d'essayer de faire porter au constat des analyses plus qu'il n'en peut supporter, mais on peut facilement palper les brèches de malentendus que de telles dérives - invisibles à l'œil nu du simple observateur - des médias de masse peuvent ouvrir dans une opinion publique toujours domptée à être constamment dressée contre tout ce qui est d'origine islamique. D'ailleurs peut-être bien que l'on devrait se poser la question : à qui profitent de telles acrobaties et de tels remodelages de l'opinion publique occidentale ? Peut-être bien à ceux, qui comme M. Bush, préparent dans les coulisses politiques internationales de nouvelles « croisades » qui n'osent pas dire leur nom... Du moins, pour le moment...


Il y a là une autre polémique qui s'élève derrière la polémique, celle des critères sur lesquels sont triées les informations que l'on met dans un JT du soir. Parce qu'il ne faut pas l'oublier : en décidant de ce qui doit être appelé « actualité du jour », les médias de masse décident des sujets sur lesquels doit se focaliser l'opinion publique. Une lumière de plus braquée sur un événement est une lumière de moins braquée sur un autre. Il y a là encore une nécessité morale de trouver un équilibre entre les deux. Car continuer à mettre sous le microscope médiatique les braises des conflits et passer au second plan (volontairement ou involontairement) tout ce qui se rapporte à l'apaisement ne peut que conditionner davantage l'opinion publique à être hostile à l'égard de l'autre, et donc inconsciemment favorable à tout ce qui peut être entrepris contre lui. Cet autre « reconduit aux frontières », cet autre qui suscite « l'inquiétude », cet autre « communautariste », « musulman », « sexiste », qui essaie de « récolter des fonds pour les territoires palestiniens », cet autre qui comme « les méduses qui envahissent toutes les mers du monde » ou « les particules mortelles » polluant l'air, menace de nous envahir par ses coutumes et valeurs « nocives » et peut-être - pourquoi pas tant qu'on y est - de nous ramener à une ère ou les « nazis » régnaient sur l'Europe.

Et voilà que le lexique des titres de l'actualité se révèle parfaitement adapté à cet esprit d'accusation et de montrer à l'index, comme par hasard... Etranges concordances...

http://ordrecitoyen.over-blog.org/article-21785000.html

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Eva pour la communion des civilisations
  • : Eva est une femme de paix, de consensus, s'opposant au "choc de civilisations", prônant la tolérance, le dialogue et même la communion de civilisations. Elle veut être un pont fraternel entre les différentes religions monothéistes. Elle dénonce les fondamentalismes, les intégrismes, les communautarismes sectaires et fanatiques, repliés sur eux, intolérants, va-t-en-guerre, dominateurs, inquisiteurs, haineux, racistes, eugénistes, impérialistes.
  • Contact

Recherche