Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 00:17

,

 

 

Le djihadisme takfiri menace l'Orient comme l'Occident

 

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, le Sayed Hasan Nasrallah, daté du 16 février 2014, à l'occasion de la commémoration annuelle des dirigeants martyrs du Hezbollah.

Sélection et sous-titres : TheKeysToEternity (https://www.youtube.com/user/TheKeysToEternity)

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

http://sayed7asan.blogspot.fr/2014/03/sayed-nasrallah-aux-chretiens-dorient.html

 

 

 

 

Eh bien, (regardez donc) l’expérience de l’Afghanistan. Les groupes djihadistes d’Afghanistan ont combattu l’une des deux armées les plus puissantes du monde, (à savoir) l’armée soviétique, et lui ont infligé une défaite en Afghanistan. Ensuite, les soviétiques se sont retirés, que Dieu en fasse un bienfait... Mais une coalition de factions djihadistes, parce que certaines d’entre elles avaient cette idéologie takfirie, radicale, impitoyable, sanglante et assassine (se sont levés contre les unes contre les autres), et ils ont même fabriqué un hadith qu’ils ont faussement attribué au Prophète : « Je suis venu à vous avec le massacre. » Cela ne peut pas venir de la religion de Dieu, ni de la religion du Messager de Dieu, ni de la religion d’aucun des Prophètes de Dieu Tout-Puissant. 

Parce que certaines personnes avaient cette mentalité takfirie, les factions djihadistes afghanes entrèrent dans un conflit sanglant les unes contre les autres. Tout ce qu’ils ont détruit en fait de quartiers, de villes, de villages, ce qu’ils se sont mutuellement infligé en fait de morts et de blessés et tous les grands dirigeants djihadistes qu’ils ont tués, tout cela dépasse ce qu’avait fait l’armée soviétique elle-même. Et maintenant, où en est l’Afghanistan ?... Où en est Afghanistan ? Depuis le jour où les soviétiques se sont retirés, et jusqu’à aujourd’hui, indiquez-moi un seul jour où l’Afghanistan n’a pas connu de tueries, de blessés, de déplacements forcés, de destructions ou de difficultés de la vie. Indiquez-moi un seul jour où l’Afghanistan ait connu la paix, la joie de vivre. Tout cela est à cause de ces groupes takfiris. 

Eh bien, observons l’Algérie – car peut-être m’opposera-t-on que l’Afghanistan est un pays très montagneux avec des conditions particulièrement difficiles, ou je ne sais quoi. Eh bien, en Algérie, qu’est-ce que les groupes armés ont apporté et fait subir au peuple algérien ? Et qu’ont fait ces groupes armés entre eux, de leurs dirigeants se tuant les uns les autres aux conflits qui ont opposé différentes factions les unes aux autres ? 
Il n’est pas nécessaire de multiplier les exemples, ceux que nous avons évoqués sont suffisants, de sorte que nous ayons le temps de..
Tu peux me changer cette montre ? Elle s’est éteinte...

Retranscription complète ci-dessous.

Lien : https://www.youtube.com/watch?v=C4_DQxr1ZEY

 

Sayed Hasan Nasrallah : Le djihadisme takfiri menace l'Orient comme l'Occident

 

Discours du 16 février 2014, à l’occasion de la commémoration annuelle des dirigeants martyrs du Hezbollah

 

 

Retranscription complète ci-dessous.

 

 

Résumé : Sayed Hasan Nasrallah analyse le danger que représente le terrorisme takfiri pour l'ensemble des confessions et des pays de la région et du monde. Evoquant brièvement l'exemple des expériences soviétique en Afghanistan ou de la guerre civile en Algérie, il s'arrête sur la situation actuelle des pays occidentaux comme la France ou les Etats-Unis, ou des pays arabes comme la Tunisie : en effet, nombre d'entre eux ont dans un premier temps soutenu ouvertement l'insurrection en Syrie et manipulé les groupes terroristes, mais ils se rendent maintenant compte du danger que constituent tous ces jihadistes pour le Moyen-Orient et même pour leurs propres pays, cherchant une porte de sortie à cette crise qu'ils ont eux-mêmes créée. Quant au Liban, sa place dans l'Axe de la Résistance en faisait une cible privilégiée pour ces groupes terroristes, et en intervenant en Syrie dans des zones stratégiques, le Hezbollah ne fait que prendre les devants et bloquer leur avancée.

 

____________________

 

 

Retranscription du discours

Venons-en maintenant au second danger, à la seconde menace [après Israël], dont nous avons souvent parlé par le passé, et qui menace tous les pays de la région, de même qu’Israël menace tous les pays, tous les gouvernements et tous les peuples de la région.


Aujourd’hui, ce danger menace tous les pays et tous les peuples de la région : je parle du danger que pose le terrorisme takfiri. En vérité, voyez-vous, l’idéologie takfirie, prise en elle-même et isolément, ne représente presque aucun danger. Si quelqu’un s’adresse à moi et me dit : « Tu es un mécréant », eh bien ça s’arrête là. Je ne lui ai jamais demandé de me fournir une attestation selon laquelle je serais un croyant ou un mécréant. Il peut accuser de mécréance qui bon lui semble, c’est son affaire. Si le problème (de l’idéologie takfirie) se limitait à la sphère intellectuelle et légale, il serait comme non avenu, car au final, dans ce monde, on ne leur demande aucune attestation (de croyance ou de mécréance), et personne ne demande d’attestation de ce genre à quiconque, ni parmi nous ni parmi d’autres. Et en ce qui concerne l’au-delà, les clés du paradis ne sont pas entre les mains (des takfiris), ils ne peuvent pas y faire rentrer ou en interdire l’accès à qui bon leur semble. On sait bien qui est le (Seul) Détenteur des clés du paradis.


Le problème ne réside pas seulement dans l’accusation de mécréance (portée par les takfiris). Le problème est que lorsqu’ils accusent quelqu’un de mécréance, ils n’acceptent pas (même l’existence de) cette autre (personne) qui diffère d’avec eux sur le plan théologique, intellectuel, sectaire (école de pensée), ou même politique. Au contraire, ils se précipitent directement vers l’anathème (impliquant la peine de mort), et il n’y a pas d’autre issue. Ils rendent licites le sang (la vie), l’honneur, les biens (de ceux qu’ils accusent). Ils vont jusqu’à les éliminer, les supprimer, les éradiquer, les faire disparaître. Et tout cela est maintenant connu de tous, et ne nécessite pas que j’y consacre beaucoup de temps ou que j’en apporte maintes preuves. Ce n’est pas nécessaire. Aujourd’hui, tout le monde le sait, à travers le pays et toute la région. Lorsque je parlerai plus en détail du contexte général, les preuves seront évoquées.


Bien sûr, ce terrorisme takfiri est aujourd’hui présent dans toute la région. Il est composé de groupes armés présents dans la plupart des pays de la région, et peut-être dans tous les pays de la région. Ces groupes ou mouvances ont une vision takfirie radicale et impitoyable, qui condamne à mort quiconque s’y oppose, et même – car ici il ne s’agit plus (seulement) de la question des sunnites et non-sunnites, ou des Musulmans et Chrétiens : les Chrétiens (sont pris pour cibles), bien sûr, mais même dans la sphère islamique, les Chiites, les Alawites, les Druzes, les Ismaéliens, les Zaydis, quiconque n’est pas Sunnite est condamné, Et même en ce qui concerne les Sunnites, quiconque s’oppose à eux, tout Sunnite qui s’oppose à eux peut être accusé de mécréance.


C’est pour eux la chose la plus simple au monde que de déclarer (à un Sunnite ou à quiconque) : « Tu es un mécréant, un apostat. »


Eh bien, l’EIIL (Etat Islamique d’Irak et du Levant), il y a quelques semaines, n’a-t-elle pas rendu un tel verdict à l’encontre du Front Al-Nosra ? L’EIIL, qui partage avec le Front Al-Nosra une même idéologie, une même approche, et qui auparavant formaient une seule et même organisation,  ayant un même dirigeant, une même allégeance, un même souffle, une même éthique – ils étaient vraiment unis en toutes choses : dans les manières, l’apparence, la logique, le langage, les usages, l’esprit et le cœur. Mais dès qu’ils ont un différend sur une question politique – peut-être se sont-ils simplement disputés sur un puits de pétrole en Syrie, ou sur le partage du butin,  (l’EIIL) a rendu un verdict de mécréance et d’apostasie (contre le Front Al-Nosra), avec la plus grande facilité, et bien d’autres verdicts similaires ont suivi.


Aujourd’hui, cette réalité est parfaitement connue de tous dans toute la région. Pour peu qu’ils diffèrent avec un « autre », même s’il est avec eux, que ce soit sur un point de gestion, une question politique ou même financière,  ces takfiris se précipitent vers le verdict de mécréance et d’apostasie et prennent les mesures conséquentes (peine de mort).


Ce qui se passe depuis un certain temps en Syrie, ces combats violents et âpres entre l’EIIL d’une part et le Front Al-Nosra et d’autres factions d’autre part, cela constitue une réalité qui doit nous imposer une mûre réflexion, non pas pour les tourner en dérision si on est opposés à ces groupes, certainement pas.


En toute vérité, tout le monde doit observer cette réalité de près et en tirer les leçons, afin d’être à même de déchiffrer la situation actuelle et de prévoir l’avenir. Regardez ce qui s’est passé jusqu’à présent, durant ces dernières semaines.


L’Observatoire syrien (des droits de l’homme), qui fait partie de l’opposition, parle lui-même de plus de 2000 tués en quelques semaines de combats entre ces deux factions.  Le nombre d’opérations suicides s’élève à plusieurs dizaines durant ces quelques semaines seulement, les uns contre les autres, ils envoient des voitures piégées dans des villages très peuplés, seulement parce que ce village est contrôlé par l’EIIL et que cet autre village est contrôlé par Al-Nosra. Eh bien, beaucoup d’habitants de ces villages ne sont ni avec l’EIIL ni avec Al-Nosra, peut-être leur position politique est-elle favorable à l’opposition – mais ils n’épargnent personne.


Ils capturent des femmes, massacrent des enfants, détruisent des villages – tout cela entre eux, oui : je ne parle même pas de leur conflit avec le régime, laissons cela de côté.


Leurs opérations suicides les uns contre les autres. Eh bien, le meurtre des prisonniers et des otages sans la moindre miséricorde. Les charniers et les massacres de masse. Tout cela à cause de quoi ? Sur quoi se sont-ils opposés ? N’avez-vous pas une même approche, une même idéologie, une même école, une même direction, un même dirigeant ? Sur quoi se sont-ils donc opposés ?


Sur une question politique ? Sur une question d’organisation concernant tel ou tel dirigeant ? Sur un puits de pétrole ? N’est-ce pas sur de telles questions qu’ils se sont opposés ? Et voilà ce qu’ils ont fait en conséquence. Tel est le modèle, telle est la réalité.


Réfléchissez-y bien. Réfléchissez-y bien. Cela vous montrera leur mentalité, la mentalité qui motive les dirigeants et les membres de ces factions.


Et quoi qu’il en soit, cela n’est pas nouveau, ce n’est pas une surprise. Nous nous y attendions. Et pas parce que nous savons plus de choses que les autres, pas du tout, mais parce que quiconque a observé les expériences précédentes pourra prévoir tout cela. Et l’ignorance (quant à la situation actuelle) est une chose très étrange.


Eh bien, (regardez donc) l’expérience de l’Afghanistan. Les groupes djihadistes d’Afghanistan ont combattu l’une des deux armées les plus puissantes du monde, (à savoir) l’armée soviétique, et lui ont infligé une défaite en Afghanistan. Ensuite, les soviétiques se sont retirés, que Dieu en fasse un bienfait... Mais une coalition de factions djihadistes, parce que certaines d’entre elles avaient cette idéologie takfirie, radicale, impitoyable, sanglante et assassine (se sont levés contre les unes contre les autres), et ils ont même fabriqué un hadith qu’ils ont faussement attribué au Prophète : « Je suis venu à vous avec le massacre. » Cela ne peut pas venir de la religion de Dieu, ni de la religion du Messager de Dieu, ni de la religion d’aucun des Prophètes de Dieu Tout-Puissant.


Parce que certaines personnes avaient cette mentalité takfirie, les factions djihadistes afghanes entrèrent dans un conflit sanglant les unes contre les autres. Tout ce qu’ils ont détruit en fait de quartiers, de villes, de villages, ce qu’ils se sont mutuellement infligé en fait de morts et de blessés et tous les grands dirigeants djihadistes qu’ils ont tués, tout cela dépasse ce qu’avait fait l’armée soviétique elle-même. Et maintenant, où en est l’Afghanistan ?... Où en est Afghanistan ? Depuis le jour où les soviétiques se sont retirés, et jusqu’à aujourd’hui, indiquez-moi un seul jour où l’Afghanistan n’a pas connu de tueries, de blessés, de déplacements forcés, de destructions ou de difficultés de la vie. Indiquez-moi un seul jour où l’Afghanistan ait connu la paix, la joie de vivre. Tout cela est à cause de ces groupes takfiris.


Eh bien, observons l’Algérie – car peut-être m’opposera-t-on que l’Afghanistan est un pays très montagneux avec des conditions particulièrement difficiles, ou je ne sais quoi. Eh bien, en Algérie, qu’est-ce que les groupes armés ont apporté et fait subir au peuple algérien ? Et qu’ont fait ces groupes armés entre eux, de leurs dirigeants se tuant les uns les autres aux conflits qui ont opposé différentes factions les unes aux autres ?


Il n’est pas nécessaire de multiplier les exemples, ceux que nous avons évoqués sont suffisants, de sorte que nous ayons le temps de...

Tu peux me changer cette montre ? Elle s’est éteinte...


Voilà donc ce qui se passe sous nos yeux, et dont nous devons tous tirer les enseignements.


Je vais maintenant aborder la situation du Liban. Eh bien, le Liban a subi des attentats dans plusieurs régions. Des opérations suicides ont ciblé les populations civiles – des enfants, des femmes, dans les marchés, des passants... Tels sont les crimes qui ont été commis. Au départ, parmi ceux qui demandaient « Qui (a perpétré ces actes terroristes) ? », « Comment ? », certains accusaient le régime syrien, d’autres accusaient les services secrets syriens, et d’autres encore évoquaient le Mossad.


J’ai été très clair à ce sujet. Nous ne nous sommes pas précipités dans des accusations hâtives contre les auteurs présumés de ces attentats. Nous disions : « soyez patients, leur identité sera bientôt révélée, sans aucun doute ». Elle sera révélée, non pas parce qu’ils sont capables ou incapables de mener des opérations secrètes. Pas du tout. Leur identité se révèlera d’elle-même car ils se dirigent clairement vers une guerre ouverte, déclarée. C’est pourquoi ils filment leurs opérations et les publient sur Internet, se révélant ouvertement, annonçant les noms des kamikazes, envoyant des messages, spécifiant les cibles à attaquer. Si bien que l’identité des auteurs des attentats n’est plus matière à débat ou à discussion.


Ceux qui sont responsables des opérations suicides et des attentats sont des groupes takfiris meurtriers – et non pas djihadistes. S’il y a encore des personnes, au Liban ou ailleurs dans le monde, qui veulent nous réfuter – en accusant d’autres entités de ces attentats –,bien sûr que les Israéliens ont infiltré ces groupes. Bien sûr que les Américains utilisent ces groupes. Ils les ont utilisés en Irak pendant longtemps, et ils les ont utilisés dans d’autres pays. Mais il ne fait plus aucun doute qu’untel, untel et untel – qui sont connus par leurs noms et leurs nationalités – celui-là est Libanais, celui-là est Palestinien, celui-là est Syrien, que sais-je encore, Saoudien, Marocain ou Irakien, – ce sont eux qui dirigent ces réseaux, et ce sont eux qui organisent ces opérations suicides et ces attentats au Liban.


Qu’est-ce que cela démontre ? Cela démontre cette approche, cette mentalité (takfiries).  


Eh bien... à la lumière de ces opérations suicides et de ces attentats, un débat a émergé au Liban. Comme d’habitude, les Libanais se sont divisés. Certains ont déclaré que ces opérations suicides et ces attentats ne se seraient jamais produits si le Hezbollah n’était pas intervenu militairement en Syrie. Depuis lors, ils ont suivi cette logique de justification des attentats. Depuis lors et jusqu’à maintenant, ils persistent dans cette logique. Et cette logique se maintiendra, même si nous participons tous à un même gouvernement. Cette logique se perpétuera car elle fait partie de l’animosité, de la lutte politique à l’œuvre dans le pays.


Eh bien, considérons quelque peu cette logique. Alors, avant notre intervention en Syrie, ces groupes ne menaient-ils pas déjà une guerre dans le Nord, dans certains camps (de réfugiés Palestiniens) et dans certaines régions du Liban ? N’envoyaient-ils pas déjà des voitures piégées contre des régions chrétiennes, contre l’armée, etc. ? Tout cela est connu, nul besoin de dresser à nouveau une liste. Les médias peuvent le faire. Tout cela se produisait avant même le début des événements en Syrie.


Très bien, laissons cela de côté. Face à cette logique, il y a deux possibilités, pas une de plus : ou bien ces explosions n’ont aucune relation avec notre intervention en Syrie, ou bien elles ont une relation avec notre intervention en Syrie. Y a-t-il une troisième possibilité ? C’est forcément l’une de ces deux options. Ou bien notre intervention en Syrie est la raison de ces attentats, ou bien ce n’est pas la raison, et ils avaient de toute façon l’intention d’ouvrir un front au Liban. Telles sont les deux seules possibilités.


Si nous considérons la première supposition, celle qui est vraie selon nous, à savoir que ces groupes takfiris ont toujours considéré le Liban comme l’une de leurs cibles. Et ils l’ont clairement annoncé dans leurs principes et leurs discours. Cependant, ils déclarent que maintenant, le Liban est un terrain de soutien (secondaire), et non un terrain de jihad. Leur priorité est d’en finir avec la Syrie, et ensuite seulement de s’occuper du Liban. N’est-ce pas ce qu’ils ont déclaré ? On peut le voir sur Internet, à la télévision, dans les médias, etc. Eh bien, ils agissent maintenant selon une priorité bien définie qui consiste à s’emparer des régions (syriennes) frontalières avec le Liban – que ce soit les frontières Nord ou celles de la Bekaa. Ce n’est donc plus qu’une question de temps.


Ainsi, par principe, ils viendront au Liban de toute façon, quoi qu’il arrive. Nous considérons que s’ils ne viennent pas aujourd’hui, ils viendront demain. Ils l’ont déclaré. Ils l’ont affirmé. Tout cela est valable si nous considérons que ces attentats n’ont pas de relation avec notre intervention en Syrie, par principe. Par principe, le Liban est une cible pour les groupes takfiris. Le Liban fait partie du projet des groupes takfiris. Et si les Américains et les Israéliens les ont infiltrés, ils feront en toute certitude du Liban une cible, sans aucun doute, car ils veulent détruire toute la région.


Et il y a une particularité au Liban, tout comme en Syrie, à savoir qu’au Liban il y a une Résistance qui représente toujours le plus grand danger pour le projet israélien dans la région. Ainsi, de notre point de vue, ils vont s’en prendre (au Liban) de toute façon, quoi qu’il arrive, et ce qui les a entraînés sur la scène libanaise est leur mentalité, leur projet et leur vision du monde. C’est pourquoi ils ont ouvert un front (au Liban).


Tel est le raisonnement qui découle de (notre) analyse des choses.


Eh bien, il y a une deuxième analyse. Considérons donc un instant que votre analyse soit la bonne. Aujourd’hui, je ne veux pas défendre la première analyse, mais je veux faire comme si la deuxième analyse était valable, pour la commodité du raisonnement. D’après votre logique, le peuple libanais paie le prix de l’envoi de combattants en Syrie par le Hezbollah. Et c’est pour cette raison que les groupes (takfiris) ont mené des attentats et des opérations suicides au Liban et qu’ils ont fait ce choix. Considérons donc cette lecture à titre d’hypothèse. D’après cette hypothèse...


Nos propos doivent ici encore être parfaitement clairs, et je vais m’exprimer en toute franchise.


Cela nous amène à poser une autre question. Si nous acceptons cette hypothèse (nous devons alors nous demander) : est-ce que cette intervention justifie de tels sacrifices ? Est-ce qu’il vaut la peine de subir de telles conséquences ? Est-ce qu’il vaut la peine d’aller combattre à Al-Qusayr et à Damas – à savoir les deux principales régions dans lesquelles nous sommes intervenus, Al-Qusayr étant une région frontalière, et Damas devant également être considérée comme une région frontalière, car si Damas était tombée – Dieu nous en préserve – toutes les régions frontalières entre le Liban et la Syrie auraient été contrôlées par ces groupes armés.


Est-ce que l’enjeu mérite que nous menions des opérations qui vont entraîner des réactions de ce genre (des attentats terroristes), oui ou non ? Ici, je veux rappeler ce que j’ai dit au début de mon propos au sujet de l’occupation israélienne du Liban (1982-2000), lorsqu’on nous critiquait en ces termes : « vous avez combattu les Israéliens, vous avez attaqué leurs checkpoints, leurs baraquements, leurs camps militaires, et il est donc naturel qu’ils mènent des actions de représailles. Cela fournissait une justification aux exactions israéliennes contre les Libanais. Et aujourd’hui, (cette même logique) fournit des justifications aux attaques terroristes des groupes armés contre le Liban.


Je l’ai déjà dit auparavant, et nous avons longuement expliqué par le passé les raisons de notre intervention en Syrie, les causes, les conséquences, pourquoi nous sommes intervenus et pourquoi nous y sommes encore, et pourquoi nous allons y rester – « nous serons présents partout où nous devons l’être ». Rien n’a changé à cet égard. Au contraire, les données de terrain augmentent la conviction et la certitude de la population à l’égard de la solidité et de la pertinence de ce choix.


Je ne vais pas considérer les événements depuis le début, mais depuis la fin. Considérons donc les derniers développements... Quelles sont les nouvelles données au niveau régional et international ? Aujourd’hui, nous découvrons que la plupart des pays du monde qui ont financé, assisté, donné des visas et ouvert les frontières, ces pays qui ont encouragé, soutenu, et aidé les combattants étrangers – c’est-à-dire les non-Syriens – à parvenir en Syrie, la plupart de ces pays expriment maintenant leur peur, leurs craintes et leurs inquiétudes à l’égard des dangers sécuritaires que poserait la victoire de ces combattants en Syrie, et par conséquent le danger que poserait leur retour dans leurs pays d’origine, surtout les pays voisins, et tous les risques auxquels ces pays et ces sociétés seront conséquemment exposés.


N’est-ce pas là la vérité ? Est-ce que j’invente tout ça, ou est-ce bien la réalité actuelle ? Aujourd’hui, des réunions se tiennent entre des agences de renseignement occidentales, régionales et autres, afin de voir comment ils peuvent faire face à la situation. Eh bien,(se disent-ils), si ces groupes – Dieu nous en préserve – devenaient victorieux, ils disposeraient alors d’une base énorme. La Syrie deviendrait alors pire que l’Afghanistan, et ces combattants jihadistes reviendraient à nous. Qu’est-ce qu’on peut faire ? Ou bien, s’ils étaient vaincus et qu’ils commençaient à reculer et à se retirer de la Syrie et à revenir à nous, que ferions-nous ? C’est une catastrophe qu’ils ont façonnée de leurs propres mains. C’est le serpent qu’ils ont nourri dans leur sein.


Aujourd’hui, ce débat a-t-il lieu à travers le monde, oui ou non ? C’est une première réalité (indiscutable).


Deuxièmement, depuis quelque temps, certains pays ont fait passer des lois qui interdisent à leurs citoyens d’aller en Syrie pour participer aux combats. Par exemple, la Tunisie interdit les voyages en Syrie et a pris des mesures coercitives, et les Tunisiens ont évoqué explicitement ce problème. Eh bien, pourquoi les Tunisiens et le gouvernement tunisien ont-ils été amenés à prendre de telles décisions alors qu’au départ, ils ont soutenu l’insurrection en Syrie ? C’est parce que les combattants qui sont revenus en Tunisie ont nui à la société tunisienne, au peuple tunisien et à l’avenir politique de la Tunisie, en leur faisant goûter ce qu'endurent maintenant les peuples de la région, à savoir les attentats terroristes, les meurtres, les assassinats, les rébellions, etc.


Les Tunisiens se sont réveillés et ont réalisé que si ces groupes persistaient dans cette voie, la Tunisie courait à sa perte. Ils ont donc eu assez de bon sens et de courage pour prendre des mesures (coercitives) de cette nature quand il était encore temps. C’est le deuxième point.




Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

 

 

 

.

Pour l’ancien chef de l’espionnage américain : “Les juifs sont le problème”

Le général William Boykin, ancien chef de l’espionnage militaire US

 

BREIZATAO – ETREBROADEL (08/03/2014) Le Lieutenant-Général William Boykin n’est pas n’importe quel officier américain : c’est l’ancien Sous-Secrétaire d’Etat pour le Renseignement du Département de la Défense, le service d’espionnage de l’armée US. Ayant servi pendant 38 ans dans les forces armées américaines, dont 13 au sein des forces spéciales, les “Delta Force” – qu’il a même dirigé – Boykin est probablement un des officiers US les plus au fait des opérations secrètes des Etats-Unis dans le monde.


Lors d’une conférence du National Security Action Summit, un groupe de réflexion américain opposé aux néo-conservateurs expansionnistes (qui comptent de nombreux intellectuels et politiciens juifs), Boykin a mis les pieds dans le plat. Alors qu’il était sollicité pour une interview pour une publication israélienne, le journal Israel National News, Boykin a répondu :


“Les juifs sont le problème. Les juifs sont la source de tous les problèmes du monde. C’est pour ça qu’on essaie de réparer ça”.


Le lobby juif américain a aussitôt entrepris une campagne de diffamation contre l’officier américain, notamment en usant de son vaste réseau d’influence médiatique. Cette déclaration de Boykin fait suite à des prises de positions de plus en plus nombreuses du corps militaire américain, conscient de ce que les organisations sionistes américaines menacent la sécurité et les intérêts des Etats-Unis à long terme.

 

http://breizatao.com/2014/03/08/pour-lancien-chef-de-lespionnage-americain-les-juifs-sont-le-probleme/

Repost 0
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 18:23

 

 

L' ogre (néo) évangélique et les chocs religieux 

Par eva R-sistons

19.4.2010

 

800px-Thetriumphofdeath-copie-1.jpg

 

 

Dans ce court article, je ne parlerai pas des Evangéliques sincères, pieux, ayant une foi vivante, respectueux de la Bible et des préceptes divins, certes fondamentalistes (faisant une lecture littérale de la Bible), mais ni inconditionnels de l'Amérique des néoconservateurs, ni ultra-sionistes, ni partisans acharnés du choc de civilisations et des guerres impériales. On en trouve souvent en France, ou en Afrique, par exemple. Communautés vivantes, fraternelles, mais malgré tout souvent repliées sur elles-mêmes...

 

En revanche, je vais cibler les néo-Evangéliques fanatiques, version anglo-saxonne, souvent pentecôtistes, supporters acharnés des Américains, des Israéliens, et du choc de civilisations. Je les ai bien connus: Je me suis convertie (par hasard) dans leur milieu, et j'ai renoncé à les fréquenter à cause de leur intolérance, de leur sectarisme, de leur néo-conservatisme ultra réactionnaire, pro-américain et sioniste. Pour tout dire, par exemple, ils vénèrent Reagan, et ils rêvent du grand Israël pour favoriser le retour de Jésus, de même qu'ils aspirent à "rayer de la carte" tant les Palestiniens que les Iraniens, ou même tous ceux qui de près ou de loin sont Musulmans voire simplement Arabes. C'est leur façon très particulière d'aimer leur prochain et d'appliquer les commandements divins.... Leur sectarisme n'a rien à envier à celui des ultra sionistes brûlant d'en découdre avec de nombreux pays.


Donc, je souhaiterais juste attirer votre attention sur les véritables plans de ces drôles de paroissiens.

 

Dans un premier temps, ils veulent se débarrasser des Catholiques - d'où les attaques continuelles contre ceux-ci, à travers leurs représentants haut placés, attaques abondamment relayées par des Médias atlantistes. Il s'agit de décrédibiliser les Catholiques (donc de dissuader de se convertir au Catholicisme), ou d'amener les fidèles de cette Eglise à la déserter. Et bien sûr à choisir de s'engager avec les Evangéliques - sous la bannière anglo-saxonne et son libéralisme militaro-financier, évidemment.   


Ensuite, ces croyants d'un genre particulier veulent aussi se débarrasser des Musulmans. Et là, il s'agira de provoquer le fameux choc de civilisations qui délivrera, du moins l'espèrent-ils, le monde des croyants de la troisième religion du Livre. Et au passage, d'un maximum d'Arabes...

 

Mais ce n'est pas fini ! Ces charmants chrétiens s'en prendront, dans une étape finale, à leurs alliés du moment, juifs. En les poignardant dans le dos. Après s'être servis d'eux pour atteindre leur objectif, le retour du Christ (qui passe par le Grand Israël, la reconstruction du temple, etc...), ils tenteront de les supplanter définitivement. Inutile de dire que l'on assistera alors à la "lutte finale" entre ceux qui attendent "leur" Messie, juif ou chrétien selon le cas. 


Dieu reconnaîtra les siens... Ou ne les reconnaîtra pas !


Eva R-sistons aux intégrismes intolérants, dominateurs, belliqueux.

 

http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/archive/2010/04/19/l-ogre-neo-evangelique-et-les-chocs-religieux.html

.

Repost 0
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 09:23

28 1 2013

 

 

J'ai horreur de ce journal provocateur, mais l'image est excellente !

Elle oublie les Evangéliques, dommage, Chantal

a-a-fondamentalismes-charliehebdo_07fev07.jpg

 

Pourquoi un seul fondamentalisme

est-il dénoncé ?

Par eva R-sistons


Sur France24, la chaîne ultra sioniste de Christine Ockrent (l'épouse du faux humanitaire et vrai néoconservateur Bernard Kouchner au service des guerres de domination), la propagande bat son plein. Contre l'Islam, toujours. On y parle à l'instant de "dictature de l'Islam". En réalité, c'est la dictature du CRIF que nous subissons en France, en matière de politique, de Défense, de désinformation, etc, avec de terribles conséquences pour les historiens par ex, ou pour les journalistes comme pour les auteurs indépendants priés de se plier à la Pensée Unique ou de se démettre (au mieux, d'être ostracisés dans les Médias). Aujourd'hui, nous sommes condamnés, par ex, à subir un BHL sur nos écrans, c'est-à-dire un authentique criminel de guerre, inspirateur des politiques les plus atroces (comme en Libye "pays de cocagne" - dixit Le Monde - du temps de Kadhafi, aujourd'hui détruite et pillée par les Occidentaux pendant que les Libyens s'entretuent), alors que cet homme qui paraît-il rêve de devenir Président en israël - et il ose influencer la politique française ! - devrait se retrouver devant un authentique Tribunal international pour incitation à la haine, et aux guerres illégales. 

Comme je l'ai écrit, notre pays frondeur (voir Chirac-de Villepin contre la guerre d'Irak) est occupé par les "Usraéliens" pour être maté, et nous subissons à notre insu, tous les jours, les conséquences mortelles de cette occupation pour la Patrie des Droits de l'Homme, avec notamment une presse totalement aux ordres, décriée partout en Europe.

La Police de la Pensée veille : Il n'y a qu'en France que nous ne devons pas débattre du 11 septembre, et c'est seulement en France que la réflexion sur la Shoa est criminalisée. L'enjeu est de taille, en effet : Tant que nous accepterons de penser qu'il s'agit là de l'événement majeur de l'humanité (et tant pis pour les autres génocides comme l'extermination des Amérindiens), nous nous croirons obligés de nous soumettre aux injonctions de l'entité sioniste totalement hors-la-loi, violant TOUTES les Résolutions internationales - au mépris du Droit, donc, mais aussi de la paix, du dialogue des civilisations, et bien sûr des intérêts de notre pays.

Et c'est aussi à cause de cette dictature de la pensée que nous devons en permanence diaboliser l'islam - pour ensuite, mieux dominer ses terres et surtout ses ressources, via un dévastateur choc de civilisations probablement nucléaire.

Or donc, sous la férule de cette Pensée unique effroyablement dictatoriale, nous sommes en permanence soumis à un déferlement anti Islam. Esprit libre, j'ai voulu découvrir moi-même cette religion en lisant le Coran il y a quelques années, et j'ai trouvé un livre empreint de poésie, de tolérance (le Coran reconnaît Abraham comme Jésus, eh oui !), d'une grande simplicité, et oeuvrant pour la paix. Car le djihad, le vrai, pas le caricatural, est la lutte contre ses mauvais penchants, et l'acceptation de la guerre... défensive. Dans la Bible hébraïque, au contraire, la guerre est de conquête, passant par l'épée tous ceux qui font obstacle aux plans de domination,  même les femmes enceintes !


Israel-2-balles-4611364-6902877.jpg

Et tous les jours, nos médias collabos nous rappellent l'existence d'un principe de la Charia concernant les voleurs : Mains ou pieds amputés. Je rappellerais à ce sujet 2 choses :

1) De quel droit voulons-nous imposer notre mode de pensée et de vivre aux autres ? Notre civilisation est-elle supérieure, meilleure, alors que par ex, elle sacrifie les citoyens aux banquiers cupides, ou qu'elle institue, sous l'auspice maléfique de l'OTAN, la guerre permanente, et que pour demain, elle envisage l'euthanasie pure et simple des vieux ?

2) Pourquoi avons-nous toujours toléré que dans certains pays, on coupe les têtes des ennemis ? En Amazonie, par ex, on m'a vendu une tête réduite. Il me semble que les touristes achètent ce genre de choses, sans protester ! 

Et entre nous, ne devrait-on pas couper mains et pieds de tous les voleurs internationaux de la Haute Finance qui font de la vie des peuples un enfer pour satisfaire leur voracité folle ?

Donc, haro sur les Musulmans et sur leur charia. Une charia d'autant plus dérangeante qu'elle prohibe l'usure (dette-endettement) à l'origine de la paupérisation de tous les peuples et de leur asservissement;  Les Banquiers centraux ne tolèrent pas qu'on limite leur puissance criminelle !

Haro sur les Musulmans pour leur intolérance ? Et pourquoi ne parle-t-on jamais de celle des Evangéliques, par ex ? Morceaux choisis, illustrés par des faits vécus par moi qui par hasard, me suis convertie jeune dans les milieux pentecôtistes (depuis, par dégoût du sectarisme et du fondamentalisme, je suis désormais sans chapelle).

- Pas de relation hors mariage.

- Pas d'avortement, de divorce, d'homosexualité, de superstitions, d'idolâtrie,  d'horoscopes, de yoga, de socialisme, de communisme, etc etc, et par ex, un jour j'ai été à une réunion d'évangélisation avec un jeune artiste, il s'est sauvé en entendant décrier son style de peinture préféré, qualifié de "satanique".

- Et n'osez pas prendre tant soit peu la défense des Palestiniens, vous êtes aussitôt traité de "suppôt de Satan"...

Dans nombre d'Eglises, il faut se couvrir la tête, et à tous ceux qui traquent le voile musulman, je rappellerai que nos "bonnes" soeurs sont voilées, et que certains Juifs ont un accoutrement qui n'a rien à envier aux plus décalés...

islamophobie-en-france.jpg

La réaction des Musulmans fondamentalistes à Tombouctou est-elle une abomination ? Pourquoi, alors, ne parle-t-on pas de l'intransigeance des Evangéliques que je connais bien ? Anecdote vécue :

Un Pasteur alsacien pénètre chez moi, jeune convertie (j'avais à peine 30 ans). En partant, une partie de la décoration est à la poubelle : je suis née en janvier, un tableau très moderne représentant un Capricorne est viré. La tête réduite achetée en Amazonie va au panier, comme les serpents empaillés ramenés du Mexique ou de Bornéo. Tous les tableaux ou gravures achetés chez les Amerindiens, ou à Quito, à Mexico, etc, partent illico à la poubelle. Mes livres sont soigneusement inspectés, et toute la maison est passée au crible. Adieu les souvenirs de voyages ! Des murs tous nus, plus de bibelots, le paradis évangélique. Il ressemble furieusement à celui de Tombouctou, non ? Alors, un peu de tolérance, s'il vous plaît, et surtout pas de dénonciation à sens unique.

Et les Juifs, alors ? Vous connaissez les 613 commandements, lois, interdits de la Torah ? Mais ce n'est rien à côté de ceux du Talmud, ainsi seulement pour les toilettes, vous avez tout un tas de prescriptions à respecter avant d'effectuer vos besoins - même si vous êtes pressé. Charmant, n'est-ce pas ? Et que dire de ce rabbin, à Marseille, laissant sa vieille mère, tombée dans l'escalier de l'immeuble, crever plutôt que la secourir un jour de shabbat (Je le sais par un ex- voisin non-Juif, médecin, témoin) ? Ce n'est pas de l'intégrisme, du fondamentalisme fanatique, ça ?

A noter d'ailleurs qu'en zappant de FR24 à LCP, même tonalité : Emission "Parlons-en" de Frédéric Haziza, "faut-il réformer l'Islam", animée par un sioniste pur sucre, fervent partisan de la guerre contre l'Iran. Et ce sont ces gens qui squattent nos écrans, polluent nos esprits, et se gardent bien d'aborder la question du fanatisme talmudique (1). On y parle à l'instant de lapidation, justement, mais seulement celle de l'Islam. Pourquoi n'évoque-t-on jamais la lapidation du temps de Jésus, ou la lapidation des prophètes (les meilleurs des Juifs, pourtant) par les grands donneurs de leçons hébreux ? 

Conclusion : Ca suffit l'indignation à sens unique, ça suffit l'intolérance, ça suffit la diabolisation, ça suffit la mauvaise foi, ça suffit la chasse aux sorcières, ça suffit la stigmatisation partisane, ça suffit les Médias poisons nous conduisant directement au choc de civilisations nucléaire de dépopulation (pour nous) et de prédation (pour quelques-uns) !

Il est parfois utile de remettre les pendules à l'heure...

Eva R-sistons 

http://chantaldupille.over-blog.com

 

(1) http://r-sistons.over-blog.com/article-voici-le-vrai-breviaire-du-racisme-et-de-la-haine-videos-et-citations-114099510.html

TAGS : Fondamentalismes, Islam, Coran, Musulman, Juif, Evangélique, Frédéric Haziza, LCP, France24, Ockrent, Kouchner, néoconservateur, Tombouctou, Torah, Talmud, Bible, lapidation, Palestiniens, Quito, Amerindiens, shoah, Bornéo, Amazonie, Mexique, finance, Charia, Police Pensée, CRIF, djihad, Jésus, Abraham, BHL, Kadhafi, Pensée unique, Médias, Chirac, de Villepin, Irak, Israël, 11 septembre, choc civilisations, OTAN, euthanasie, Pentecôtistes, Iran, prophètes, usure, dette, endettement

 

Mali. Pourquoi les islamistes ont saccagé Tombouctou ?

Politique lundi 28 janvier 2013

+ LIRE AUSSI. Les manuscrits de Tombouctou, un patrimoine qui n'a pas de prix

Tombouctou, la ville historique, investie par le groupe islamiste Ansar Dine depuis avril 2012, a été défigurée. Pourquoi cette attaque en règle contre cette ville qui fut un grand centre intellectuel de l’islam ? Ils s'en sont pris en fait au symbole d'un autre Islam.

La perle du désert

Tombouctou fait partie de ces lieux mythiques au parfum mystérieux.

Surnommée « la ville aux 333 saints » ou la « perle du désert », Tombouctou se situe au sommet de la boucle du fleuve Niger, à 900 km au nord-est de Bamako, la capitale du Mali. Elle compte aujourd’hui environ 30 000 habitants. La ville est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1988.

Sa « découverte » par René Caillié, en 1828, avait fait grand bruit à l’époque. L’explorateur français est considéré comme le premier occidental à être revenu de la cité interdite aux chrétiens.

Classée au patrimoine mondial

Tombouctou fut un grand centre intellectuel de l’islam et a contribué à sa diffusion en Afrique aux XVe et XVIe siècles. Elle avait tout, alors, d’une cité florissante accueillant jusqu’à 25 000 étudiants dans ses 180 écoles coraniques.

Témoins de cet âge d’or, trois grandes mosquées retiennent particulièrement l’attention : Djingareyber, construite en 1325, Sankoré et Sidi Yahia.

Outre ces mosquées, le site classé par l’Unesco comprend 16 cimetières et mausolées. Ils constituent, selon la croyance populaire, un rempart spirituel qui protège la ville du malheur. Les tombes des saints font l’objet de vénérations. La population du désert sollicite les anciens pour leur garantir un mariage heureux, apporter la pluie…

Tombouctou est également célèbre pour ses dizaines de milliers de manuscrits, dont certains remontent au XIIe siècle. Ils sont, en partie, détenus comme des trésors par les grandes familles locales.

Les saccages d'Ansar Dine

Le 2 avril 2012, la dernière ville du Nord encore sous contrôle gouvernemental est passée sous la coupe du groupe islamiste Ansar Dine.

Le 30 juin 2012, les islamistes d’Ansar Dine entament la destruction de mausolées de saints musulmans. Des constructions en terre, très fragiles. A coups de burin et de marteau, ils éventrent des tombes, saccagent l’architecture de sept mausolées et arrachent même la porte d’une mosquée du XVe siècle.

«Au nom de la pureté» de l'islam

Officiellement, il s’agit de représailles à la décision de l’Unesco de classer la ville patrimoine mondial en péril.

Mais, pour ces partisans d’une version extrême de la charia, il s’agit aussi de lutter contre l’idolâtrie. Le culte des saints étant assimilé, selon eux, à de la superstition. Pour les intégristes, « vénérer un saint, c’est porter atteinte à Dieu ». Ces fondamentalistes revendiquent ces destructions au nom de la pureté des origines de l’islam.

Cet iconoclasme (destruction délibérée de symboles ou représentations religieuses), se fonde notamment sur une sourate du Coran demandant aux fidèles de s’en prendre aux statues : « Ô vous qui croyez ! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées et les flèches divinatoires sont une abomination et une œuvre du démon. Évitez-les. »

Cet islam « pur et dur » peut être rattaché au courant salafiste. Une doctrine qui voit l’avenir de l’humanité dans un retour aux valeurs du passé. Elle impose de calquer notre vie sur celle des salaf ou « ancêtres vertueux ».

Ce courant s’oppose notamment au soufisme, un courant de pensée, qui entend construire un avenir en se basant sur ce que les ancêtres ont construit.

Dans la même logique, les salafistes s’opposent à tous les symboles de la vie moderne, jugés comme contraires à l’islam pur. C’est ce qui justifie, par exemple, le port du voile par les femmes, l’interdiction du tabac, de la radio, de la télévision, des distractions…

François VERCELLETTO.

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Mali.-Pourquoi-les-islamistes-ont-saccage-Tombouctou-_55257-2158075_actu.Htm#.UQa2XJcJNi0.twitter

Repost 0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 15:46

Sur mon blog officiel,

publié sous mon nom, pas sous pseudo

Fondamentalismes religieux, choc de civilisations, et Cité céleste

.

charlie-hebdo-3-religions-copie-1.jpeg

                        Charlie Hebdo


 

"Puissent les hommes se souvenir qu'ils sont frères"  Voltaire

 

 

 

Fondamentalismes,

ou fraternité universelle ?

Par Chantal Dupille


 

11 septembre. Un jour abominable.... Pour moi, étonnement d'abord, incrédulité ensuite, et puis la réalité est là, les orgueilleuses tours tombent. Je ne comprends pas. Croyante en Dieu (désormais sans étiquette, sans "chapelle" pour ne pas me cloisonner), je fais silence en moi, prête à accueillir la Parole de Dieu : "Je ne comprends pas ce qui se passe, mon Dieu. Eclaire-moi, s'il te plaît". "Il" ne répond pas par une parole, mais Il m'envoie aussitôt une vision, une image : Celle de la Tour de Babel symbolisant l'orgueil humain, la folie humaine, s'écroulant.

 

Ensuite, sans vraie investigation, nous avons très vite toutes les réponses, "leurs" réponses. Bush le menteur (rappelez-vous les armes de destruction massive en Irak, en réalité celles de l'Occident diaboliquement surarmé !) nous impose ses explications, commodes alors que le Président texan a depuis longtemps programmé la guerre israélienne d'occupation des terres riches en pétrole de la région, et la lutte contre le "terrorisme" assortie des fameuses lois liberticides et notamment du Patriot Act.

 

L'explication qu'on donnait alors ne me convenait pas. Pourquoi cibler les Musulmans seulement ? Je venais justement de lire le Coran, par curiosité, pour me faire une idée moi-même de la 3e religion monothéiste et ne plus subir les interprétations imposées, si caricaturales; Et puis, j'avais découvert le fondamentalisme chrétien, protestant, pour avoir "rencontré" Dieu, un peu par hasard, dans les milieux évangéliques pentecôtistes, et je connaissais d'autant mieux son sectarisme que je l'avais vu vivre aux Etats-Unis, avec à la clef toutes sortes d' excès, une arrogance bien peu évangélique, l'intolérance, l'atlantisme et le sionisme radical. Bref, cette mouvance religieuse conduit directement à la politique... néoconservatrice d'essence américaine : Celle de Bush avec son ultra libéralisme,  son ultra-sionisme et ses guerres impériales et impérialistes insensées, meurtrières, monstrueuses.

 

J'ai gardé la foi vivante, et j'ai fui ces milieux sectaires. Mais je retiens l'horreur du fondamentalisme... et évidemment, je n'oublie pas l'intégrisme de Bush et de sa clique d'hystériques. 

 

Et puis, j'avais entendu parler de l'abomination du nationalisme religieux juif. A l'époque, je ne connaissais pas le Talmud, son bréviaire de haine, de racisme et ses projets d'holocauste planétaire : Un peuple élu, une race supérieure, dominer le monde, soumettre les non Juifs considérés comme des impurs, des porcs, ou mieux, les éliminer (Voir ici,  Le Talmud est le vrai bréviaire de l'intolérance, de la haine et du racisme).

 

 

 

Je me suis mise à accumuler des tonnes de documents pour écrire, en réponse aux événements du 11/9 et à ses interprétations sulfureuses (il y a peu, j'ai ridiculisé la bouffonnerie des raisons invoquées dans une courte vidéo,  La bouffonnerie du 11 septembre 2001 en 2 mn - R-sistons vidéo 13)un ouvrage contre les fondamentalismes religieux, renvoyant dos à dos le Juif, le Chrétien, le Musulman intégristes, fanatiques. Et je devais clore cet ouvrage par un appel à la fraternisation des religions, et même à leur collaboration pour, sur la base des préceptes de vie communs, tenter de bâtir ensemble un monde plus beau, plus juste, etc. Quelques années plus tard, j'ai mis en place un blog contre le choc de civilisations. Hélas, depuis que j'ai découvert, voici peu, l'horreur du Talmud, je me demande comment alimenter mon site, alors que cette doctrine abominable conduit directement à l'affrontement raciste, haineux, et si meurtrier qu'il s'agira en fait, d'un holocauste planétaire. 

 

En tous cas, je déplore tous les chocs, Chiites-Sunnites, Judéo-chrétiens contre les Musulmans, etc...En réfléchissant à l'écriture de ce livre que je n'ai pu concrétiser (perfectionniste, le temps m'a manqué), je songeais à la Jérusalem sur terre que je voulais reflet de la céleste : Une ville lumière, symbole de la coexistence pacifique, fraternelle et constructive, des quatre grandes religions monothéistes (Juive, Chrétienne, Musulmane, Baha'i).

 

Et je souffrais de voir cette terre historique, chère aux grandes religions monothéistes, souillée par les appétits d'une seule religion voulant dominer toutes les autres - et le monde. La ville qui aurait pu être Lumière, Espérance pour le monde, devient le pire lieu d'affrontements.

 

Et si l'on se souvenait, comme Mère Teresa, qu'il n'y a qu'un seul Dieu, et que tous les chemins mènent à Lui ? Qu'il n'y a qu'une race, humaine, et que le monde irait tellement mieux si tous coopéraient pour gérer la terre et oeuvrer pour le Bien commun ?


Chantal Dupille

http://chantaldupille.over-blog.com 

 

 

TAGS : Chrétiens, Evangéliques, Juifs, Talmud, Musulmans, Coran, Chiites, Sunnites, Jérusalem, choc civilisations, fraternité, Bien commun, coopérer, 11 septembre, Bush, Mère Teresa, fondamentalisme, intégrisme, Chiites, Sunnites, Baha'i, Irak, Patriot Act, Etats-Unis, sionisme, Pentecôtistes, néoconservateurs, atlantisme...

 

 

 

 

 

Sur mon blog eva contre le choc de civilisations


http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/link

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons au choc de civilisations - dans fanatismes - fondamentalismes
commenter cet article
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 02:37






Propagande de haine :
28 millions de DVD anti-musulmans



En deux semaines, 28 millions de foyers états-uniens ont reçu gratuitement un DVD du film de propagande Obsession : Radical Islam’s War Against the West.




Les destinataires résident dans les États où les résultats électoraux sont les plus incertains (notamment l’Ohio, le Michigan, la Florida, le Colorado, la Caroline du Nord, la Pennsylvanie et le Missouri). Il s’agit de les convaincre de l’existence d’un péril islamique et de les inciter à voter pour le candidat républicain, John McCain.


L’opération, dont le coût est estimé à plus de 50 millions de dollars, a été financée par le producteur du film, le rabbin Ephraim Shore.


- Lire l’analyse du film : « 
L’obsession du complot islamique mondial », par Thierry Meyssan (Réseau Voltaire, 26 juin 2007)


http://www.voltairenet.org/article158101.html
Repost 0
Published by Eva R-sistons au choc de civilisations - dans fanatismes - fondamentalismes
commenter cet article
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 00:02


Un empire américain mondial constitué de bases militaires 
http://aipas.over-blog.org


Mes amis,

Il y a quelques mois, j'écrivais dans ce blog (article sur les fondamentalismes religieux, fin sept.2007) :

"Nous vivons dans un monde terriblement dangereux, coincés entre les prétentions d’Etats hégémoniques et prédateurs, les appétits de l’ogre libéral, les projets de dirigeants irresponsables, et les fanatismes religieux. Pour réagir, il faut d’abord comprendre ce monde dans lequel nous vivons aujourd’hui. Il est explosif !"

Etudier les rapports de la religion avec la politique, c'est comprendre une partie des  enjeux d'aujourd'hui. Car le néo-libéralisme n'explique pas tout. En effet, notre société est menacée, dans ses fondements, par la lutte sans merci que les extrémismes religieux se livrent pour la domination du monde. Les Islamistes veulent imposer la charia au monde entier, les évangélistes envoient leurs missionnaires partout pour convertir les peuples à leur foi et les rendre dociles, les sionistes ne souhaitent pas seulement la création du Grand Israël, mais aussi établir leur suprématie financière et idéologique sur le monde. Et si les évangélistes et les sionistes sont provisoirement alliés, c'est circonstanciel, le moment venu chacun ne pensera plus qu'à absorber l'autre.  Pour reprendre un mot célèbre, ce sera "la lutte finale" pour le Pouvoir. La domination totale du monde, le IVe Reich. Hitler n'est pas mort !

Alors, pourquoi ce sujet aujourd'hui ? Figurez-vous que j'ai trouvé tout à l'heure ce message dans ma boîte mails :

Chère Eva


Tout d'abord, moi aussi je m'appelle Eva et j'ai lu un peu sur le blog ce que vous avez écrit sur vous, sur Israël et la notion du "Peuple Elu"...

Je vous sens sincère et vous avez des questions auxquelles vous cherchez des réponses.

Je vous encourage à consulter un site qui m'a fait beaucoup de bien et qui a répondu à toutes les questions que je me posais moi-même.
  www.pierre2.org

 Bonne chance dans votre recherche dans la Justice
 
 Eva
 



Or, comme vous le savez, j'ai eu la
surprise de faire un jour l'expérience de la foi, dans les milieux évangéliques, ceux-là mêmes qui, lorsqu'ils dérivent vers le sectarisme fanatique, sont qualifiés d'évangélistes : Comme les Musulmans deviennent des Islamistes, et les Juifs des sionistes, ou plus exactement, des néo-sionistes.

Aujourd'hui, de cette expérience il me reste la foi, vivante, profonde, en Dieu, mais je ne suis membre d'aucune Eglise, et cela me permet d'être ouverte à toutes les dénominations, en songeant, tout simplement, que les êtres humains sont tous enfants du même Créateur, d'un même Dieu d'Amour, et frères et soeurs en humanité, citoyens du même monde. En pensant cela, vous considérez automatiquement l'autre comme un ami, quelles que soient sa croyance, sa culture, sa philosophie. Et vous le respectez en tant que tel. Concrètement, vous ne pouvez pas supporter l'idée d'abord d'une guerre, ensuite d'un choc et d'un conflit de civilisation. La fraternité est universelle.




 C'est pourquoi, aujourd'hui, je rejette le prosélytisme, j'appelle au respect de toutes les croyances en considérant que tous les chemins mènent au Dieu d'Amour, au Dieu Père-Créateur, et au Bien, à l'amour du prochain. Et je dénonce tous les sectarismes, les fanatismes, les excès, les crispations, les intégrismes, les communautarismes identitaires ou religieux qui, aujourd'hui, de plus en plus, gangrènent la planète. Et pour ne citer qu'un exemple, Bertrand Delanoë ne souhaite-t-il pas devenir le premier Président homosexuel ? A sa place, je saluerai plutôt le désir de devenir le Président de tous les Français. Et c'est avec plaisir que j'ai appris la candidature de Martine Aubry, que je préfère à celle de ce socialo-libéral, diluant le socialisme dans le libéralisme si préjudiciable aux intérêts de tous. Et pour refermer la parenthèse, voilà qui serait inédit, le cas échéant : Un duel Martine Aubry-Ségolène Royal pour la tête du P.S.. Deux femmes. Quant à moi, mon coeur va plutôt à celui qui pourrait être le recours idéal, dans la conjoncture actuelle : Jean-Pierre Chevènement, homme d'Etat, d'autorité, de conviction, courageux, indépendant, laïc (et donc de rassemblement), très à gauche sur le plan social et économique, et capable de tenir tête à la mafia anglo-usraélienne. Une voix forte, comme celle du Général de Gaulle, qui aurait porté très haut la France dans le concert des nations couchées devant l'ogre néo-libéral, dominateur, prédateur, carnassier, criminel. Il n'y a pas beaucoup d'individus, aujourd'hui, capables de tenir tête aux ennemis de la France - et de l'humanité.

Ceci étant dit (eu égard à l'entrée en scène de Martine Aubry), je reviens à mon sujet. Celui de l'universalisme de la foi en Dieu. Seule capable de réunir les individus, au lieu de les opposer les uns aux autres. Bref, le rêve d'une humanité réconciliée, célébrant le même Dieu (ou ne le reconnaissant pas), au lieu de laisser les hommes et les femmes se dresser les uns contre les autres au nom de vérités absolues et contradictoires.  Bannissant l'intolérance, le monolithisme, l'unilatéralisme, le fanatisme, le sectarisme, les guerres qui font le malheur de l'humanité.   


En ces temps  abominables, lourds de menaces, où l'on brandit l'idéal de la liberté, de la démocratie, et même de Dieu - d'un Dieu aux couleurs provisoirement évangélistes et néo-sionistes -, contre le Dieu des islamistes, alors que l'on cherche seulement à imposer sa suprématie, à faire main-basse, aussi, sur les ressources des autres tout en amoindrissant les puissances émergentes, en ces temps-là, donc, n'est-il pas temps de plaider pour la raison, la sagesse, l'unicité du genre humain, et, selon le cas, la laïcité de consensus ou la foi en l'Unique, le Père d'Amour gage de Paix et d'harmonie ?




Ce post, je l'ai écrit parce que j'ai lu le texte que je joins, dans le blog conseillé par cette autre Eva, soeur inconnue mais si tendrement fraternelle et, comme moi, tournée vers la quête de la vérité, d'une Vérité qui rassemblerait tous les individus au lieu de les dissocier, de les opposer, de les conduire à se dresser les uns contre les autres.

Mes amis, vous savez combien le politique m'interpelle, puisque ce blog est un blog politique d'alerte, de dénonciation, de combat des atrocités qu'on nous prépare, comme la domination de quelques-uns sur les autres, la destruction de toutes les solidarités humaines, les guerres infâmes qui ne profitent qu'à une petite minorité de prédateurs, au nom d'un choc de civilisations en réalité seulement destiné à masquer les vrais problèmes et à détourner notre attention des vrais coupables, au sommet, relayés par des médias bien serviles.

Notre époque hyper-technique est cruelle, brutale, égoïste. Raison de plus pour découvrir, ou redécouvrir, l'unité du genre humain, et, pourquoi pas, de la foi. Ce serait aussi une manière de combattre ceux qui ne songent qu'à nous diviser - pour leur seul profit.

Eva.

                       


Attention
! Sauf information urgente (dont je prendrai connaissance, grâce à mon réseau de relations, avant que les médias ne s'en emparent), je serai en congé pendant au moins 15 jours.


En attendant, vous pouvez vous abonner, c'est gratuit (à droite de l'écran, présentation du blog), recommander à vos amis mon blog, leur offrir un abonnement (cadeau gratuit si vous êtes fauchés) à R-sistons, ou aux supporters des néo-cons ou du libéralisme, afin qu'ils entendent une voix différente.



 

Unité en Abraham

Juifs, Chrétiens et Musulmans sont tous les enfants d’Abraham. Les Juifs et les Chrétiens par Isaac, fils de Sara la femme d'Abraham.. Les Musulmans par Ismaël, fils d'Agar, sa servante....
http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/article-18863741.html


_______________________________________________________________________________________



Voici comment
le site se présente :

 Les fanatiques n'ont pas d'amis dans ce site


Notre mission est d'injecter l'amour de l'Inspiration biblico-coranique dans les cœurs purs de tous rites, religions et confessions, sans fanatisme ni bigoterie, afin que l'Amour règne sur terre entre l'homme et l'homme son frère
.

Découvrons la vraie foi par la connaissance des Saintes Ecritures ! Car cette connaissance seule est capable d'affranchir les cœurs purs des pièges de l'ignorance et des chaînes de certains cultes et diverses traditions hérités d'une foi aveugle, et pratiqués par simple habitude.

Dieu ne désire pas ces pratiques. Il nous demande simplement de Le connaître et de L'aimer (Osée 6,6 / Jean 4,23-24 / Jean 17,3 ;
Coran XXII ; Le Pèlerinage, 37).


http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com
/article-18863741.html




Le texte à l'origine de ce post :
(http://www.pierre2.org/fr/drame.htm) :



Judaïsme, Sionisme, Jésus, Universalité
Le sionisme politique trahit le judaïsme


Peu de personnes comprennent le drame de Jésus et la raison pour laquelle les Juifs refusèrent de reconnaître en Lui le Messie attendu : Il refusa de restaurer un Royaume juif car, avait-il révélé, le Royaume de Dieu "n'est pas de ce monde" (Jean 18,36).

Ainsi, un Etat juif est aussi condamnable par Dieu qu'un Etat chrétien ou musulman.

En effet, Dieu est pour tous les croyants, mais les Etats appartiennent chacun à ses citoyens, croyants et incroyants.


Sionisme contre Judaïsme
 

Le drame de Jésus c'est le sionisme, la politisation du judaïsme. Tout le problème est là ! L'essence du judaïsme est spirituelle. Cette foi en Dieu débuta avec Abraham, il y a 4000 ans, à qui le Créateur se révéla en vue de Se faire connaître par lui à tous les hommes. L'intention divine n'était pas de créer un courant politique juif restreint mais de répandre la connaissance du Dieu unique.

Durant les siècles, le sionisme a étouffé le judaïsme au point de le réduire à un nationalisme juif. Les Hébreux crurent qu'ils devaient traduire leur foi en créant un Etat national. Le judaïsme, est-il une foi ou un Etat ? Dans l'optique de Dieu, les deux ne sont pas compatibles. Tout le drame est là !


Histoire de la politisation du Judaïsme
 

Le Judaïsme prit une tournure politique au XIe siècle av.J.-C., après l'entrée des Israélites en Palestine. Dès cette époque, la communauté juive voulut se transformer en royaume : "Les gens d'Israël dirent à Gédéon : "Règne sur nous, toi, ton fils et ton petit-fils..." ; Gédéon leur répondit : "Ce n'est pas moi qui régnerai sur vous, ni mon fils non plus, car c'est Dieu qui doit être votre Roi" (Juges 8,22-23). Gédéon, avait compris le danger d'une telle dynastie politique et rejeta le projet, comme Jésus après lui, en déclarant que Dieu est l'unique Roi.

Un second essai fut tenté un siècle plus tard sous Samuel. Cette fois, un royaume juif fut établi avec Saül comme premier roi, mais contrairement à la volonté explicite de Dieu et du Prophète Samuel. En effet, Dieu se considéra détrôné par les Juifs et déclara à Samuel : "...C'est Moi qu'ils ont rejeté ne voulant plus que je règne sur eux" (1 Samuel 8,7).

Après l'intronisation de Saül, Samuel invita la communauté israélite au repentir et à reconnaître son tort d'avoir choisi un homme comme roi : "Reconnaissez clairement combien grave est le mal que vous avez commis au regard de Dieu en demandant pour vous un roi" (1 Samuel 12,17). Et les Juifs d'avouer : "Nous avons mis le comble à tous nos péchés en demandant pour nous un roi" (1 Samuel 12,19). La politisation du judaïsme est ainsi condamnée, dès l'origine, par ceux-là mêmes qui l'ont instituée.

Des siècles plus tard, les prophètes rappelèrent aux Juifs leur déviation vers la politique. Dieu dit par le prophète Osée : "Ils (les Israéliens) ont fait des rois, mais sans mon aveu ; ils ont établi des chefs mais à mon insu….(Osée 8,4). ...Tu t'es détruit, Israël ! En Moi seul est ton secours ! Où donc est-il ton roi ? Qu'il te sauve ! Tes chefs, qu'ils te protègent ! Ceux-là dont tu disais : 'Donne-moi un roi et des chefs'. Un roi, Je te l'ai donné dans ma colère et dans ma fureur je te l'enlève" (Osée 13,9-11).

Effectivement, le royaume fut enlevé d'Israël après l'invasion babylonienne sous Nabuchodonosor, en 586 av.J.-C.. Le Temple de Salomon fut détruit, les Juifs furent déportés en Babylonie et la royauté, la dynastie de David, cessa en Israël depuis (2 Rois 25,8-12 / 2 Chroniques 36,17-21).

Dès lors, les Israéliens eurent la nostalgie de ce royaume davidique, oubliant totalement que le seul Roi est Dieu. Durant les siècles qui suivirent l'invasion babylonienne, ils tentèrent souvent de rétablir leur royaume en Israël. Ils voyaient dans le Messie la seule personne capable de rétablir ce royaume davidique. Ce royaume terrestre devint leur obsession. Comme les vieux Siméon et Anne, ils attendaient de toutes leurs forces cette "consolation d'Israël", cette "délivrance de Jérusalem" (Luc 2,25-38).

Au premier siècle av.J.-C., sous l'Empire Romain, les Juifs parvinrent à rétablir un royaume avec l'aide des Romains. Le premier roi fut Hérode le grand. Celui-ci n'obtint pas le consentement du peuple, n'étant pas de la lignée de David, mais un descendant des Maccabées (de la tribu de Lévi).

Or les Juifs voulaient un royaume autonome dirigé par une dynastie issue de David. Ils cherchaient donc à se soulever, à la fois, contre Hérode et contre les Romains pour rétablir ce royaume. Mais ils croyaient qu'il fallait qu'apparaisse d'abord le Messie pour rassembler le peuple au combat contre les Romains.

Cette nostalgie croissante d'un royaume israélien éclipsa totalement la dimension spirituelle du judaïsme. Le Messie n'était attendu que pour "sauver" Israël militairement, en vue de restaurer un vaste empire juif, un "Grand Israël" semblable à celui de Salomon
.


Jean-Baptiste
 

Voyant Jean-Baptiste attaquer Hérode, les nationalistes le prirent pour le Messie et le suivirent en foules nombreuses. Mais lui disait aux foules qu'un autre, plus puissant et plus important que lui, devait apparaître (Matthieu 3,11 / Jean 1,26-37). Mais pour Jean-Baptiste, ce Messie qui devait le suivre ne pouvait être qu'un guerrier libérateur. Lui-même ne comprenait pas le comportement de Jésus et, "ayant entendu, dans sa prison, parler des œuvres du Christ, il lui envoya certains de ses disciples pour lui dire : 'Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre' ?" (Matthieu 11,2-3). Il s'attendait à ce que Jésus rassemble le peuple au combat. Or "ces œuvres" du Christ dont il entendait parler, étaient celles d'un miséricordieux qui pardonne et d'un guérisseur, non d'un révolutionnaire juif. Ces œuvres spirituelles ne pouvaient satisfaire les nationalistes, dont Jean faisait partie.

C'est pourquoi, sans douter de Jésus comme envoyé divin, Jean envoya des disciples Lui demander s'il était le Messie attendu, ou bien "fallait-il en attendre un autre" comme Messie pour mener la révolte ? Il n'avait pas encore saisi la dimension spirituelle de la Libération. C'est la raison pour laquelle Jésus avait dit que Jean-Baptiste est, à cause de sa conception matérialiste du royaume, plus petit que le plus petit dans le Royaume des Cieux, ce dernier ayant compris que ce Royaume est intérieur, dans l'âme. Jean-Baptiste lui-même ne l'avait pas compris (Matthieu 11,2-11).

Aujourd'hui encore, tous ceux qui ne saisissent pas cette dimension, attendent de même cet "autre Messie" pour restaurer le royaume politique en Israël.


Jésus
 

A l'époque de Jésus, les Juifs avaient déjà perdu la notion spirituelle du salut. Les meilleurs parmi eux comprenaient ce fait politiquement. Pour eux, le Messie devait naître d'une famille de haut rang ou riche et puissante de Jérusalem, capable de mobiliser le peuple au combat. Paradoxalement, Jésus sortit d'une modeste famille du village lointain de Nazareth : "De Nazareth peut-il sortir quelque chose de bon ?" (Jean 1,46).

Un pauvre charpentier n'a pas convaincu l'orgueilleuse attente des Israéliens. Sa mission principale était de rétablir le judaïsme dans sa pureté originelle, spirituelle, le libérant de la politique : "Mon royaume n'est pas de ce monde" avait dit Jésus. (Jean 18,36). Par Jésus, Dieu devait reconquérir son Trône dans le cœur des croyants. Ce Royaume ne devait pas se limiter aux seuls Juifs, mais à tous les hommes de bonne volonté du monde entier.

Jésus apparut parlant du Royaume de Dieu. Les Juifs crurent en Lui en Le voyant opérer des miracles, mais ils voyaient en Lui le libérateur politique et militant. Au lieu de répondre à son invitation au repentir, leur réaction devant ses miracles était nationaliste.

Ils voulurent Le forcer à être le roi politique d'Israël, à rétablir le royaume de David, Lui qui était issu de la lignée de David. En effet, Jean, dans son Evangile, nous dit que les Juifs, après le miracle de la multiplication des pains, crurent en Jésus, puisqu'ils dirent : "C’est vraiment Lui le Prophète qui doit venir dans le monde". Mais leur réaction devant ce miracle ne fut pas spirituelle, vu que Jean ajoute :

"Jésus se rendit compte qu'ils allaient venir L'enlever pour le faire roi ; alors Il s'enfuit de nouveau dans la montagne tout seul" (Jean 6,14-15).

Il faut souligner ce fait qui passe ici inaperçu : "Ils allaient venir L'enlever pour le faire roi... et Jésus s'enfuit". Les Juifs ne venaient pas "solliciter" Jésus, ni Lui "offrir" le royaume israélien, mais le Lui imposer. Il n'avait d'autre choix que la fuite devant ce qui faisait la trahison de sa mission. N'avait-Il pas déjà repoussé l'offre de l'empire israélien de la main du diable ? (Matthieu 4,8-10).

Dans ces versets paraît le drame de Jésus car, devant sa persistance à renier le royaume d'Israël, les Juifs finirent par le renier, à leur tour, comme Messie.

Les nationalistes en voulurent à Jésus et le jugèrent non patriotique parce qu'Il n'avait pas mis sa puissance miraculeuse au service de la nation et du trône. C'est pourquoi ils l'accusèrent de "tromper le peuple" (Jean 7,12). C'est que les Juifs nourrissaient, en Le voyant agir et parler, de faux espoirs de restauration nationale : "Nous espérions, nous, que c'était Lui qui délivrerait Israël" dirent deux de ses disciples après Sa mort (Luc 24,21). Voyant que Jésus ne satisfaisait pas leurs espoirs politiques, les chefs juifs conclurent que Ses miracles étaient faits par la puissance du diable (Jean 10,20 / Matthieu 12,24-28). Ils obtinrent enfin que Jésus soit crucifié car, par son messianisme spirituel qui galvanisait les foules, Il était devenu un obstacle à la réalisation de leurs buts politiques et nationalistes (Jean 7,37-52 / 12,10-11).

Pourtant, Jésus n'est pas le premier Juif à avoir refusé d'établir un royaume israélien, sachant que cela était contraire à la volonté de Dieu.

Gédéon, Samuel et Dieu Lui-même ne s'étaient-ils pas prononcés contre la réalisation d'un tel royaume, "Dieu étant l'unique Roi" ?

Jésus eut beaucoup de mal à expliquer à ses amis les plus intimes son Royaume spirituel. A plusieurs reprises Il préparait ses Apôtres à sa mise en croix, non au combat contre Hérode et les Romains. Le Royaume dont Il leur parlait n'avait rien de politique et son langage n'a jamais été celui d'un nationaliste. Il ne parlait jamais du royaume de David mais du Royaume des Cieux. Eux s'attendaient à l'entendre dire par exemple : "Enfants d'Israël, vous les fiers descendants de Jacob et les héritiers de la Terre, suivez-moi, n'hésitez pas à prendre les armes et à libérer la terre de vos ancêtres etc…". Or, Ses discours étaient du genre : "Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux, heureux les doux… heureux les miséricordieux… (Matthieu 5,1-12)… Aimez vos ennemis, priez pour vos persécuteurs...(Matthieu 5,43-45)".

Aux Pharisiens qui lui demandaient "quand devait arriver le Royaume de Dieu" (d'après eux, le royaume davidique), Jésus répondit : "La venue du Royaume de Dieu ne se laisse pas observer et l'on ne saurait dire : 'Le voici ! Le voilà !'. Car sachez-le, le Royaume de Dieu est en vous" (Luc 17,20-21). Ce Royaume étant intérieur, il ne fallait donc plus en attendre un autre à l'extérieur. Nul en Israël ne s'attendait à ce genre de Royaume ni à ce messianisme. Le courant nationaliste avait séduit tous les Juifs, les Apôtres inclusivement.

Afin d'instituer ce Royaume divin, il fallait briser l'idole qu'était le Messie politique. Jésus savait qu'il n'y parviendrait qu'au prix de son sang. Il prépara donc ses Apôtres à ce dénouement dramatique : "Le fils de l'homme doit être livré aux mains des hommes et ils Le tueront". A ces mots, "ils furent tout consternés" (Matthieu 17,22-23), car, ne voyant encore en Lui qu'un Messie nationaliste, ils n'imaginaient pas que Jésus soit vaincu, mis à mort, sans rétablir le trône et la dynastie de David.

Les Apôtres eurent beaucoup de mal à saisir la dimension spirituelle du Royaume quoique Jésus demeurât avec eux durant trois années. Ils continuaient de croire que ce Royaume était politique et lui demandèrent, juste avant l'Ascension : "Seigneur est-ce en ce temps-ci que tu vas restaurer la royauté en Israël ?" (Actes 1,6). Ce n'est qu'après avoir reçu l'Esprit Saint, qu'ils commencèrent à comprendre l'intention du Maître (Actes 1,7-8 / 11,15-18 / 15,7-11).

Jésus devait remplacer, dans la mentalité de ses Apôtres, la notion du messie sioniste par celle du Messie spirituel et universel. C'est un subtil exorcisme qu'il fallait opérer. Il attendit deux ans avant d'entamer cette délicate opération. D'abord, Il devait s'assurer que ses Apôtres croyaient indéfectiblement en Lui comme Messie. Il fallait qu'Il manifestât sa puissance par les miracles pour donner aux disciples confiance en Lui. C'est ainsi, en effet, qu'ils crurent en Lui (Jean 2,11 / Jean 6,14). C'est alors seulement qu'Il leur demanda : "Pour vous qui suis-Je ?". Et Pierre, lui seul, eut le courage de répondre : "Tu es le Messie".  Néanmoins, pour Pierre et les Apôtres, le messianisme de Jésus ne pouvait être que nationaliste ; Il est le Messie, oui, mais le messie guerrier ! Pierre portait encore son épée lors de l'arrestation de Jésus ! (Jean 18,10-11).

Le deuxième pas à franchir, le plus délicat, était la révélation de son messianisme spirituel ; les Apôtres ne pouvaient même pas l'imaginer. Jésus, après avoir obtenu de ses disciples, pour la première fois, la reconnaissance de sa qualité de Messie, pouvait franchir ce deuxième pas qui consistait à leur présenter son vrai visage de Messie spirituel, non nationaliste. C'est ce qu'Il fit en leur annonçant, pour la première fois, sa prochaine mise à mort. Il leur déclara cela "à dater de ce jour" où ils Le reconnurent comme Messie, non pas avant, précise Matthieu (Matthieu 16,21). C'était leur dire : Je suis le Messie, oui ! Mais Je ne restaurerai pas de royaume politique. Pour que vous le compreniez, je serai livré à la mort.

La réaction spontanée de Pierre était de rejeter cette annonce inattendue : "Dieu t'en préserve Seigneur ! Cela lui a valu une sévère réprimande du Christ : "Eloigne-toi de moi, Satan. Tu m'es un scandale, car tes pensées ne sont pas celles de Dieu mais celles des hommes" (Matthieu 16,21-23). La réaction de Pierre est due, justement, au fait que les disciples ne pouvaient pas, à ce moment, concevoir que le Messie, le futur roi d'Israël et le sauveur de la nation, finisse sur une croix, comme un vulgaire criminel, eux qui L'imaginaient déjà sur le trône d'Israël, inaugurant la nouvelle dynastie davidique. Le Messie, le roi d'Israël, mourir sur une croix ?! Jamais ! Lui qui doit détrôner Hérode et chasser les Romains ! Les Apôtres "ne comprenaient pas cette parole : elle leur demeurait voilée" (Luc 9,44-45).

Il fallait que les Apôtres subissent de la part du Maître un réel lavage de cerveau, un "baptême". Il ne pouvait changer leur mentalité que sur la croix. Il fallait que meure le concept du messie sioniste auquel ils croyaient. Il fallait que Jésus meure sans restaurer de royaume israélien. Alors, leur foi en Lui comme Messie -non plus nationaliste, mais spirituel et universel- devait continuer à vivre en eux ; ce qu'ils ne comprirent, en effet, que plus tard, après la crucifixion de Jésus.

Ainsi, par la mort de Jésus, s'écroule, dans l'esprit de ses disciples, l'idole sioniste. Par sa mort, Jésus triompha de la mort qu'est ce nationalisme : "J'ai vaincu le monde", dit Jésus la veille de sa crucifixion (Jean 16,33).

Après la mort de Jésus, en effet, les Apôtres continuèrent à croire en Lui comme Messie. Ils découvrirent ainsi la dimension spirituelle et universelle du salut. Dieu n'est plus le monopole des Juifs, Il appartient au monde entier : "Dieu est-il le Dieu des Juifs seulement, et non point des Païens. Certes, également des Païens" (Romains 3,29). Par contre, les nationalistes endurcis, ceux pour qui Jésus était "une occasion de chute" (Matthieu 11,6), et une "pierre d'achoppement" (Romains 9,30-33), furent choqués par son manque de "patriotisme" et Le renièrent.

Il y a lieu de distinguer entre un nationalisme religieux coupable, créé au nom d'une foi -celui-ci est condamné par Dieu- et un patriotisme légal indépendant de la foi.

A noter que le messie sioniste représente tout esprit matérialiste et dominateur.

Cet esprit a séduit d'innombrables Chrétiens le long des siècles. Ceux-ci n'ont rien compris à la Croix du Christ. Tous les matérialistes suivent l'esprit du messie sioniste et meurent dans leurs péchés. C'est le cas des Juifs qui refusèrent, par le passé, et qui refusent encore aujourd'hui, de croire en Jésus (Jean 8, 21-24). Jésus répète encore aujourd'hui à tous : "Si vous ne croyez pas que Je Suis (le Messie) vous mourrez dans vos péchés" (Jean 8,21-24).




Judas


Quant à Judas Iscariote, le prétendu apôtre qui trahit le Christ, il n'a jamais suivi Jésus par conviction spirituelle, mais par intérêt matériel.

Judas croyait que Jésus était le Messie nationaliste.  Les miracles de Jésus et ses discours spirituels le laissaient spirituellement indifférent. Il n'y voyait qu'un moyen pour rétablir le royaume politique et réaliser ses propres ambitions matérielles.

(..) Quand Judas eut la certitude que Jésus ne comptait pas établir un règne politique, et qu'il ne pouvait plus rien tirer de Lui, il décida de Le livrer (Jean 13,2).

L'intérêt matériel de Judas primait sur toute autre considération, cela se voit dans son désir de livrer Jésus en en tirant, au moins, un certain profit pécuniaire ...





Les Apôtres après la Croix


Les pèlerins d'Emmaüs étaient consternés après la crucifixion de Jésus, déçus de sa mort car, dirent-ils : "Nous espérions, nous, que c'était Lui qui délivrerait Israël" (Luc 24,21). C'est qu'ils s'attendaient à une délivrance politique.

Lors de l'Ascension, les Apôtres, "quand ils Le virent, ils se prosternèrent ; d'aucuns cependant doutèrent" (Matthieu 28,17). Quelle était la nature de ce doute ? Ils doutèrent de Lui comme Messie vu qu'Il n'avait pas restauré le Royaume en Israël. C'est pourquoi, à ce moment, ils Lui demandèrent de nouveau : "Est-ce en ce temps-ci que tu vas restaurer la royauté en Israël ?" (Actes 1,6).


Les Juifs d'aujourd'hui


Aujourd'hui, le drame de Jésus se renouvelle par la résurgence du nationalisme juif incarné dans l'Etat d'Israël. Cet Etat a séduit des foules de Chrétiens menées à le soutenir aveuglément.


Et ceci, malgré la mise en garde de Jésus : "Prenez garde qu'on ne vous abuse… lorsque vous verrez l'Abomination de la Désolation installée dans le Saint Lieu (Terre Sainte, Jérusalem)… Ne vous mettez pas à leur suite…" (Matthieu 24,4-15 / Luc 21,7-8). Et pourtant, ils se mirent à leur suite !!

Comment est-il possible de convaincre les Juifs -et particulièrement les Sionistes parmi eux- que Jésus de Nazareth est le Messie qu'ils attendent ?

Comment les convaincre que le règne auquel ils aspirent est spirituel et en faveur de toute l'humanité ? Comment les convaincre de renoncer à un Etat politique sioniste à travers lequel ils veulent régner sur le monde ?

Heureux ceux d'entre eux qui entendront la voix du Messie crucifié, l'Unique capable de donner la  vraie paix.

http://www.pierre2.org/

http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/article-18863741.html

http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/article-18863741.html
http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com/article-18747126.html

http://le-jardin.over-blog.net/ -
La spiritualité universaliste, humaniste, fraternelle...

Repost 0
Published by Eva R-sistons au choc de civilisations - dans fanatismes - fondamentalismes
commenter cet article
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 01:37


Fondamentalismes
- islamiste (voir vidéo école coranique musclée)
- chrétien (catholique ou évangéliste)
- juif (Bétar, par exemple)
choc de fondamentalismes
choc de civilisations
dialogue et même communion de civilisations



Editorial d'Eva,
à la suite d'une vidéo reçue sur des écoles coraniques, intégristes :


Les fanatismes, les fondamentalismes, les intégrismes sont un des cancers de la société. Instrumentalisés par des pouvoirs aux abois,  notamment financiers, comme aux USA, afin de détourner notre attention et de nous entraîner vers un choc de civilisations qui profitera seulement aux multinationales de la mort, ils constituent une menace, en particulier pour la paix civile.

Personnellement, j'ai bien connu le fondamentalisme chrétien, très exactement l'évangéliste, je l'ai approché de près, pendant plusieurs années. Soumission au responsable, assurance de détenir la vérité à l'exclusion des autres, et donc intolérance et sectarisme, prosélytisme conquérant, intransigeance sur les principes, etc. Du côté "néo-sioniste", ce n'est pas mieux . Là, il ne s'agit pas de pointer du doigt le sionisme qui s'est battu pour que les Juifs aient une terre où se protéger de futures persécutions; je songe à toutes les dérives politiques, à toutes les instrumentalisations (notamment de la Shoah), à toutes les intolérances envers ceux qui réprouvent le sionisme, ou même qui critiquent de près ou de loin l'Etat d'Israël, devenu, à cause de ses dirigeants, raciste, prédateur, impérialiste, colonisateur. Quant aux islamistes, aussi conquérants que les nouveaux croisés de Benoît XVI ou évangélistes, ils constituent eux aussi une menace pour le bien-vivre ensemble. Leur terrorisme est redoutable, certes, mais il l'est moins que celui qui est pratiqué par certains Etats prédateurs et surarmés, ou des Institutions comme l'OTAN, le FMI et la B.M.

Actuellement, on parle d'Inquisition à propos des néo-sionistes ombrageux, mais l'expression s'applique tout aussi bien aux extrémistes chrétiens et musulmans.

Tous les fondamentalismes sont odieux, et à dénoncer. Sous couleur de "démocratisation", de "combat pour le Bien", "pour Dieu", ou pour la "Liberté", Georges Bush en a fait son fond de commerce au nom d'un Evangile complètement dévoyé, et au service d'intérêts plus bassement temporels que spirituels. Lorsque les médias, à l'unisson, ont dénoncé l'islamisme comme danger suprême pour la civilisation, après les événements du 11 septembre 2001, je savais déjà, pour avoir fréquenté les fondamentalistes évangéliques, très exactement les évangélistes souvent pentecôtistes, toujours prêts à défendre le modèle américain, je savais déjà, donc, que la menace venait de TOUS les fondamentalismes, et non seulement de celui des islamistes comme on voulait nous le mettre dans la tête de manière réductrice, pour servir des intérêts financiers bien étrangers aux soucis et aux droits des peuples.

Tous les fondamentalismes se valent : Ils sont dangereux par leurs excès, par leur fanatisme, par leur intolérance, par leurs instrumentalisations... Aujourd'hui, j'ai reçu une cassette vidéo pointant du doigt l'accueil musclé réservé à une équipe de télévision quand elle s'intéresse de trop près aux méthodes de groupes islamistes. Je ne voudrais surtout pas qu'on fasse d'amalgames douteux, qu'on fasse porter sur le dos des Musulmans, pour l'essentiel parfaitement intégrés, le poids d'actes ou de comportements à la marge. Même chose pour les deux autres religions monothéistes.

Reste que cette vidéo montre clairement que la vigilance doit prévaloir, à l'encontre de tous ceux qui veulent se servir de la Religion pour d'autres fins, non avouées, et généralement politiques. Et par exemple, les Evangélistes ne faisaient "pas de politique", officiellement, mais ils passaient leur temps, au moment de la campagne électorale de Reagan, à soutenir ce candidat, à l'encenser, etc. Pire encore : ils militaient ouvertement pour l'apartheid sud-africain, en laissant se produire des groupes musicaux faisant l'apologie de l'Ordre sud-africain, raciste, élitiste... je me souviens avoir ferraillé avec des organisateurs de concerts, encourageant les témoignages de Noirs convertis, devenus soudain de zélés serviteurs de l'Apartheid, au nom de la soumission au pouvoir, et à l'Ordre. Les membres des Eglises pentecôtistes gobaient tout cela, et certains d'entre eux partaient en Afrique du Sud pour observer de plus près ce pays "exemplaire". Pour ma part, je boycottais consciencieusement les produits de ce pays. La suite, on la connaît. Je doute que ces zélés fanatiques chrétiens se soient repentis de leurs choix.



Bref, nous devons rester vigilants, et ne pas tolérer que les fondamentalismes musulman, juif ou chrétien, gangrènent notre société laïque - et de moins en moins démocratique.

Je joins le lien de la cassette vidéo, et j'en profite pour vous renvoyer à des articles ou liens concernant d'autres extrémismes, aussi dangereux. Toutes les religions ont leurs chancres. Ce n'est pas la religion qu'il faut dénoncer, mais l'usage qu'on en fait, politique, en particulier, comme dans certains Etats islamistes, comme aux USA et comme en Israël ! Et ne nous laissons pas entraîner par les diatribes des uns ou des autres, gardons raison, relativisons, ne nous laissons pas entraîner vers un choc de civilisations qui, en définitive, ne profitera qu'aux multinationales, à la City, à Wall Street, etc. Ce sont les extrémistes qu'il faut dénoncer, sans relâche. Pas les Musulmans, les Juifs ou les Chrétiens sincères. Et ceux-là, d'ailleurs, on ne les entend pas...

Et je vous renvoie aussi à mon dernier article, sur les nouveaux croisés Benoït XVI  et Nicolas Sarkozy,  qui partent en guerre contre l'un de nos biens les plus précieux, la laïcité, et plus généralement, en faveur d'un redoutable choc de civilisations, qui risque de nous conduire tous droit dans le mur si nous n'y prenons garde.

Eva


TAGS : Sarkozy, Benoît XVI, fondamentalismes, intégrismes, fanatismes, sectarismes, communion civilisations, choc civilisations, Musulman, Islamiste, Juif, Bétar, Sioniste, néo-sioniste, Chrétien, évangéliste, catholique, Vatican, croisés, City, Walll Street, civilisation, USA, Israël, pays arabes, démocratie, Noirs, Apartheid, Afrique du Sud, Reagan, religion, Finance, 11 septembre 2001, OTAN, BM, FMI...


Voir parution complète
(tous les liens pour les 3 religions)
sur
http://r-sistons.over-blog.com/article-22981257.html
Repost 0
Published by Eva R-sistons au choc de civilisations - dans fanatismes - fondamentalismes
commenter cet article
7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 03:45



UN TERRIFIANT DOCUMENTAIRE SUR LES ÉVANGÉLISTES

 

     Un film d'une heure 30, tourné en caméra mobile au Missouri et au Nord-Dakota, par deux journalistes américaines . Diffusé en France en mai 2007, c'est à ma connaissance la seule documentation critique sur les évangélistes américains qui soit accessible pour l'instant. Je l'ai visionné, crayon à la main. Les passages mis entre guillemets sont des citations textuelles de témoignages et commentaires filmés : je garantis leur exacte authenticité.

      "25% de la population américaine est évangéliste, soit 80 millions. Il se crée une Église comme celle-ci tous les deux jours aux USA, et ce n'est que la partie visible d'un iceberg mondial. Quand les électeurs évangélistes votent dans ce pays, ce sont eux qui décident du sort des urnes !"

     Morne plaine du Missouri. La chapelle est vaste, ressemble à une salle de spectacle : immense podium, écrans géants, sono sans fil. La veille du camp, on nous montre les animateurs fouinant partout, mains étendues, pour toucher chaque élément du mobilier et l'imprégner de prière : "Chaise, que celui qui prendra place sur toi soit transformé... Micros, transmettez la parole ! Console de sonorisation, ne nous lâche pas ! Tableau électrique, au nom de Dieu, pas de pannes, même s'il y a un orage !" Etc. On fait le ménage avant, pour déloger l'Ennemi des objets.

     Le lendemain : 100 à 150 enfants de 6 à 14 ans, quelques parents. Pendant la durée du camp, ils ne vont quitter cette salle que pour le réfectoire et le dortoir.

 

Méthodes d'incorporation gestuelle

     On les voit danser aux rythmes d'une musique endiablée (si j'ose dire), danser en maniant des bâtons selon des chorégraphies inspirées des arts martiaux. Danses guerrières synchronisées, attitudes belliqueuses comme celles de l'opéra chinois. On les voit sauter de joie et d'excitation sur place. Puis très vite crier, poings levés, les yeux fermés, cous tendus. Pleurer : souvent, et beaucoup. Murmurer des incantations, tête penchée, en se balançant d'avant en arrière. Tendus des pieds à la tête, bras collés au corps, hurler des slogans lancés par l'animateur. Soudain apaisés, ouvrir les mains, paumes vers le haut. Puis se balancer, bras levés, mains frémissantes qu'ils s'imposent mutuellement peu après, yeux fermés d'où coulent des larmes sur leurs joues d'enfants. Enfin tomber en transes au milieu des danseurs, secoués de spasmes prolongés, ou bien prosternés dans un coin, ou encore accroupis devant les marches du podium, bras écartés, yeux clos levés au ciel, visage crispé, nuque cassée.

     Ces enfants, qui doivent être inscrits du CM2 à la 4°, ne se possèdent plus. Ils sont possédés par leurs animateurs, qui appliquent toutes les techniques du "développement corporel".

 

Enrôlés pour une guerre

     Extrait des harangues de l'animatrice : "Aujourd'hui, nous sommes engagés dans ce qu'ils appellent une guerre culturelle. Cette guerre, ce n'est pas nous qui l'avons déclarée : mais c'est eux contre nous. C'est la guerre, et nous appelons à nous la puissance du Christ ! Regardez nos ennemis : eux, ils mettent le paquet sur leurs enfants ! Ils leur apprennent le maniement des armes et des grenades, ils leur donnent envie de à se faire exploser. Eh bien moi, je veux que vous, vous soyez totalement donnés à la cause de Jésus-Christ ! "

     "Tout ce que vous entendez ici, recevez-le comme des prophéties, en faites-en de la guerre !" Puis elle va vers eux, pointe le doigt vers chacun, et  crescendo : "C'est la guerre, c'est la guerre, c'est la guerre ! Chaque jour, c'est la guerre totale : que la bataille commence, alleluya !"

     Entendu aussi, au détour d'un discours de feu :

     "La démocratie... ! Mais, à la fin des fins, leur démocratie, elle va nous détruire !"

 

Une nouvelle religion

     On voit, dans un studio de radio (laquelle ?), un journaliste qui se lamente :

     "Aujourd'hui, il y a là-dedans une nouvelle forme de religion. Quelque chose de nouveau, depuis que Matthieu a écrit son évangile. Je suis chrétien depuis toujours : ces fondamentalistes n'ont rien de généreux, de compassionnel, de miséricordieux : c'est le contraire du christianisme ! Une nouvelle religion, qui n'a rien à voir avec le message du paix du Christ. Ils répètent que nous sommes engagés dans une guerre... Et ils ont grignoté le pouvoir, petit bout par petit bout : pouvoir judiciaire, économique, financier, politique, militaire, etc..."

     Confirmation : un animateur installe sur le podium un panneau de 3 mètres de haut : une photo de G.W. Bush en pied, souriant, aimable. Petit couplet à la louange du Président, grâce à qui le combat de Jésus est enfin engagé. Tous les enfants, extatiques, tendent les mains vers l'icône. Et l'animateur lance le slogan, repris par la foule : "Mister Président, one nation under God !"

     La nation américaine, unifiée par son Président dans la soumission à Dieu.

     Alors, l'animateur tend la main vers les gosses : "En tant que chrétiens, vous aussi vous êtes des leaders : vous parlez à la place de Dieu !"

     (Rappel : ils ont entre 6 et 14 ans, des bonnes bouilles de gosses, des tignasses de pré-adolescents, baskets et tee-shirts flottants)

 

Développement personnel

     L'animatrice dans un couloir bavarde avec Lévi, blanc, mince, visage fin, 13 ans : "Hi, pourquoi est-ce que tu viens au camp ?" - "Parce que... je veux essayer de communiquer avec les autres" Il baisse la tête, gêné : "Je suis... timide" - "Mais pendant les happenings, tu n'es pas timide, n'est-ce pas ?" - "Oh non ! pas à ce moment-là !" Et de fait, on va bientôt voir Lévi prêcher à ses petits copains, avec une grande aisance.

     Slogans entendus : "Vous tenez les manettes (You hold the keys), vous pouvez changer le monde, AB-SO-LU-MENT !"

     "Ce monde est devenu malade : vous, vous pouvez le changer !"

     "Jamais encore il n'y a eu une génération comme celle-ci (doigt pointé vers eux) : MAINTENANT, c'est à vous, c'est le temps de l'accomplissement ! Nous prophétisons ! Et nous disons aux ossements desséchés (regard circulaire) : levez-vous ! MAINTENANT ! The time has come, c'est le moment !"

     "Quand vous sortirez d'ici, vous ne serez plus les mêmes que quand vous êtes arrivés : vous serez brûlants !"

 

Gnose

     Le message évangéliste est un gnosticisme sommaire : eux seuls connaissent le dessein de Dieu, eux seuls accomplissent Sa volonté :

     "Regardez comment ils s'entraînent pour nous faire la guerre ! Mais nous, nous l'emporterons... parce que nous avons... (grand rire)... excusez-moi, mais... nous avons la vérité !"

     "Il y a deux sortes de personnes au monde : ceux qui aiment Jésus. Et ceux qui ne l'aiment pas !"

     "Il y a urgence : accrochez-vous, priez désespérément pour que la véritable volonté de Dieu soit faite !"

     Une gamine de 9 ans, seule dans un jardin, répond aux journalistes : "Ce que vous dites ? C'est votre parole. Ce que Dieu décide : c'est ma parole. Peu m'importe ce que vous pensez"

 

La lessive des cerveaux

     La même fillette de 9 ans (cheveux courts, fossettes dans ses joues rebondies, sourire) : "Qu'est-ce que je ressens pendant les célébrations ? On ressent de la paix, mais on ressent aussi de l'excitation..."

     Au micro, l'animateur martèle, et les enfants hurlent après lui : "Dieu ! Je suis ici à l'entraînement ! Je suis ici pour être éduqué ! Je suis d'accord, Dieu ! Dis ce que tu veux que je fasse, et je le ferai ! Je ferai ce que tu veux que je fasse !"

     "Continuez à crier, enchaîne l'animateur : aujourd'hui, c'est le plus grand jour de toute votre vie !"

     L'animatrice visionne une cassette : on voit une petite fille, en pleurs, les yeux révulsés, marmonnant. Commentaire : "Elle ne se rend pas compte de ce qui lui arrive. C'est tout simple : elle est envahie, investie par l'Esprit... Ah,  Les enfants ! Donnez-moi n'importe lesquels : ils sont si ouverts, si disponibles, si prêts à tout ! En un rien de temps, je leur fais ressentir des choses, ils ont des visions, ils entendent des paroles ! Vous savez, 47% des évangélistes prennent la décision d'être born again, c'est à dire d'accepter Jésus comme sauveur, avant l'âge de 13 ans"

     Résultat : extraits de la prédication de Lévi (13 ans) devant l'assemblée :

     "Ce que je ressens profondément, c'est que cette génération est une génération-charnière : nous possédons la clé du retour de Jésus ! Nous sommes une génération qui doit se lever ! Quand je prêche devant vous, ce n'est plus moi qui parle. Bon, c'est moi... mais, vous savez : ce n'est plus moi"

 

Serments de fin de camp

1- Tous ont les yeux levés vers un drapeau, frappé d'une grande croix. Ils posent la main droite sur le coeur, et, d'une seule voix :

     "Je jure fidélité et soumission (I plead allegeance) au drapeau de Jésus"

2- Ils se rassemblent en groupe compact autour d'une Bible posée sur une table basse. Ils tendent le bras vers cette Bible, poing fermé, jusqu'à ce que leurs poings se touchent, pouce contre annulaire, formant un cercle immatériel au-dessus du Livre sacré. Toujours d'une seule voix :

     "Je jure fidélité et soumission (I plead allegeance) à la Bible"

 

Conclusion     

     Je me refuse à tout commentaire, et vous livre ce matériau brut, sachant qu'il semble pour l'instant seul de son genre sur le marché des médias. Trop de choses se bousculent dans ma tête, trop de tristesse dans mon coeur. Partagez-les, si vous voulez. Moi, je me tais.

                                                   M.B., 30 Juillet 2007



http://michelbenoit17.over-blog.com/categorie-1008627.html



_____________________________________________________________________________________





RÉSUMÉ DU FILM

Documentaire - Plongée dans un camp de vacances religieux aux Etats-Unis. Des enfants de familles chrétiennes intégristes attendent d'y recevoir la parole divine, et s'agitent, en transe, comme possédés, quand l'Esprit saint parle en eux. Des mômes qui maudissent Harry Potter - parce qu'un héros sorcier est une chose sacrilège ; des gamins qui vénèrent le leader de leur pays, et embrassent son effigie en carton...

CRITIQUE TELERAMA
bien

Film documentaire de Heidi Ewing et Rachel Grady (USA, 2006). Image : Mira Chang et Jenna Rosher. Musique : Force Theory. 84 mn. Inédit. Genre : Les déments de Jésus. Rachael, Levi, Tory et les autres ont une dizaine d'années, parfois moins. Ils prient pour la pureté de l'Amérique, le salut du président Bush et contre l'avortement. Heidi Ewing et Rachel Grady les ont filmés durant de longs mois, depuis Kansas City, où ils vivent, jusqu'à un camp d'été dans le Dakota du Nord. Pasteur pentecôtiste, Becky Fisher est à la tête de cette colo très spéciale. Celle qui sait faire monter la pression, invite les enfants à honnir le « sacrilège » ...

http://www.telerama.fr/cinema/films/jesus-camp,299375.php

Repost 0
Published by Eva R-sistons au choc de civilisations - dans fanatismes - fondamentalismes
commenter cet article
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 00:29





Juste entendu, sur la Chaîne Parlementaire, émission sur les religions avec Le Monde des Religions :

" Les intégristes n'ont que faire de Dieu,  mais ils veulent prendre la place de Dieu. "

" Si on proclame que son texte est la vérité, le texte fait SEPARATION avec tous les êtres. "  

" On voudra imposer son texte, ça provoquera de la violence ".


Pour alimenter la réflexion, je pose ici les deux commentaires joints:

Si on proclame que son texte est la vérité, le texte fait SEPARATION avec tous les êtres

On peut bien le proclamer, ca ne coûte rien, mais ce n'est que pure allégation tant que l'on ne démontre pas son propos, ne serait-ce qu'à l'appui de la métaphysique.
commentaire n° : 1 posté par : salam (site web) le: 29/08/2008 13:06:44
Oui, Salam, il faut le démontrer, et il est normal que chaque religion croie détenir la Vérité. Là où commencent les problèmes, c'est quand on refuse de voir que l'autre a aussi sa part de vérité, qu'on refuse le dialogue.

Pour moi, la Vérité est en Dieu, nous ne pouvons être que de modestes chercheurs de Vérité.

Bien à toi eva


""

Repost 0
Published by Eva R-sistons au choc de civilisations - dans fanatismes - fondamentalismes
commenter cet article
14 août 2008 4 14 /08 /août /2008 20:04



 


 


 







"Intégrismes"
d'après Roger Garaudy

Intégrismes 

Livre de Roger Garaudy, éditions Pierre Belfont, Paris ,1990,analysé par Claude Collin

 

Garaudy identifie tout d’abord trois caractéristiques essentielles de l’intégrisme:

  • le refus de toute évolution,

  • l’attachement indéfectible au passé

  • l’intransigeance dogmatique.

Cette attitude radicale peut prendre des formes différentes selon les domaines de l’activité humaine où elle s’exerce.

 

A propos de l'Eglise catholique


" La grande nouveauté de Vatican II, exprimée dans le texte Gaudium et Spes de 1966, c’était l’ouverture au monde, le renoncement à la prétention de le régenter d’en haut, pour, au contraire, le servir, à la lumière de l’humilité évangélique, en reconnaissant l’autonomie des réalité terrestres. "(Voir Gaudium et spes, p. 151)  

En ce sens, Garaudy cite un autre texte de Gaudium et Spes : " L’Église enseigne que l’espérance eschatologique ne diminue pas l’importance des tâches terrestres, mais en soutient plutôt l’accomplissement par de nouveaux motifs. "(p. 112)

 

Tout d’abord l’intégrisme romain s’est manifesté, selon Garaudy, à l’égard des théologies de la libération de l’Amérique Latine (Pérou, Brésil, Uruguay).

Celles-ci ne se contentent pas " d’apporter d’en haut une prédication morale extérieure à l’histoire et à la vie quotidienne " " mais elles lient la libération historique de l’homme --libération sociale et politique—à la libération du péché " (Gaudium et spes, p. 51)
" Au lieu de déduire de versets bibliques une doctrine politique ou une doctrine sociale de l’Église (…) les théologiens de la libération vivent d’abord la situation de ceux pour qui être pauvre, c’est n’être rien, afin d’éclairer et de guider leur action à la lumière de l’Évangile pour qui être homme, c’est être créé à l’image de Dieu. " (Gaudium et spes, p. 51)

Or, dans son texte " Liberté chrétienne et théologie de la libération, " le cardinal Ratzinger s’oppose rigoureusement à cette position théologique, et selon Monseigneur Fragoso, un évêque du Nordeste brésilien, le texte du cardinal constitue un plan très élaboré pour combattre la théologie de la libération " (Gaudium et spes, p. 53).

Le défi de l’Église à ce moment aurait été de renouveler son approche à l’égard de la pauvreté vécue par ces populations comme l’espéraient les théologiens de la libération. Au contraire, le cardinal Ratzinger revient à ce vieux dualisme du spirituel et du matériel, du religieux et du séculier, des péchés individuels et des péchés sociaux, " une confusion entre la pauvreté volontaire (…) et la pauvreté subie, éprouvée comme oppression.

...

Garaudy cite le père Chenu, (Le Monde, 24 mai 1983) "  Au cours de son voyage en Amérique centrale, le Pape Jean-Paul II a, à plusieurs reprises, blâmé sévèrement, sinon condamné l’expression – Église populaire — qui avait eu un écho si puissant en Amérique Latine, à Medellin en 1968 et à Puebla en 1979, appelant à annoncer le royaume de Dieu, selon l’Évangile, sans la libération intégrale des pauvres et des opprimés "

 

A propos des intégrismes de l'Islam


Il y a un dénominateur commun entre les différents intégrismes de l’Islam.

 

Tout d’abord il affirme que chacun de ces mouvements attache une grande importance à la Tradition, la " sunna " sur laquelle on se base pour exiger une obéissance inconditionnelle à un roi même corrompu et pervers.
Lui résister, soutient-on au nom de la sunna, c’est aller contre la volonté de Dieu.
Par exemple, en 1990, après la mort de quinze cents pèlerins à La Mecque, piétinés lors d’une panique, le roi Fahd déclare : " Dieu l’a voulu ", espérant ainsi masquer, aux yeux de milliers de musulmans, sa totale responsabilité dans ce massacre.(p. 116)

On peut donc déceler une confusion entre la liberté responsable de l’homme et la nécessité de l’ordre général du monde voulu par Dieu, note Garaudy,
une confusion entre la loi morale de Dieu (la sharia, c’est-à-dire le chemin) et la juridiction des pouvoirs (fiqh) c’est-à-dire l’élaboration humaine évoluant avec les sociétés.

De plus, la méthode même de l’interprétation des livres saints est déductive,
--comme à l’époque de Bossuet (1627 – 1704) pour ce qui est de l’Église catholique-- :
on extraie des versets détachés de leur contexte et on en déduit des conséquences applicables en tout temps et en tout lieu.
D’où la sacralisation des pouvoirs établis et la codification de la sharia.
Or, le Coran n’est pas un code juridique mais un appel moral, affirme Garaudy.

Enfin, ajoutons à cela que le formalisme et le littéralisme tuent tout esprit critique et empêchent toute évolution.

Garaudy suggère donc de combattre l’intégrisme islamique " en montrant que son littéralisme, son formalisme, sa prétention exclusive à être propriétaire de l’Islam est une trahison de l’Islam vivant. " (p. 131)

Dans le dernier chapitre Garaudy propose comme moyen de combattre l’intégrisme non pas la concession, ni la diversion ni la répression, mais le dialogue.

.............

On peut retenir que ce livre de Garaudy est une invitation à une plus grande ouverture d’esprit à l’égard de l’autre et de sa différence.

Une telle conception de l’intégrisme est éclairante; elle nous aide à comprendre mieux les problèmes auxquels est confronté le monde contemporain.
Mais le fond de la question réside probablement dans la philosophie dualiste qui caractérise la pensée contemporaine et qui est la source de tous les fanatismes.

Repost 0
Published by Eva R-sistons au choc de civilisations - dans fanatismes - fondamentalismes
commenter cet article

Présentation

  • : Eva pour la communion des civilisations
  • Eva pour la communion des civilisations
  • : Eva est une femme de paix, de consensus, s'opposant au "choc de civilisations", prônant la tolérance, le dialogue et même la communion de civilisations. Elle veut être un pont fraternel entre les différentes religions monothéistes. Elle dénonce les fondamentalismes, les intégrismes, les communautarismes sectaires et fanatiques, repliés sur eux, intolérants, va-t-en-guerre, dominateurs, inquisiteurs, haineux, racistes, eugénistes, impérialistes.
  • Contact

Recherche