Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 05:07




Le père d'un jeune Iranien, opéré d'une tumeur au cerveau à Tel-Hashomer, remercie Israël...

12 Octobre 2008 - Guysen Israel News




Le père d'un jeune Iranien, opéré d'une tumeur au cerveau à Tel-Hashomer, remercie Israël pour son hospitalité. '

'Je ne peux assez remercier les Juifs pour tout l'amour et le soutien qu'ils nous ont accordés. Il est important pour moi que vous sachiez que la majorité des Iraniens ne détestent pas Israël'', a-t-il ajouté....


http://www.juif.org/societe-israel/68760,le-pere-d-un-jeune-iranien-opere-d-une-tumeur-au-cerveau-a.php
Partager cet article
Repost0
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 04:37
 




APPEL A L’INITIATION D’UNE ALLIANCE STRATEGIQUE AMICALE ENTRE JUDAÏSME ET ISLAM CONTRE LE SIONISME

 

Ce message s’adresse tant aux Juifs, souvent non sionistes mais conditionnés par le Sionisme, qu’aux Musulmans et autres croyants.

 

Nos deux fois, nos deux religions ont certes chacune leur spécificité et particularités. Il n’y a aucun intérêt à en faire un amalgame. Mais le Judaïsme et l’Islam ont aussi beaucoup en commun et en parallèle, et dans la situation actuelle c’est bien ce qui mérite d’être souligné. In pluribus unum ! Tout deux, le Judaïsme authentique et l’Islam, prônent et cherchent la proximité du Dieu Un, du Saint Créateur! 

 

Historiquement, dans les pays à domination islamique, ce pendant des siècles, les communautés Juives ont généralement bénéficiées de la protection de l’autorité, et la bonne entente entre Juifs et Musulmans régnait.

C’est le Sionisme, ennemi de la Torah, qui est venu gravement perturber ces relations harmonieuses en s’alliant aux grandes puissances en vue de conquérir la Palestine et de la transformer en entité sioniste, dite « avant-poste du monde libre ».

De nos jours, dans la plupart des pays occidentaux, dominés par l’impérialisme américain, soit alliés à l’impérialisme américain se déchaîne la diffamation de l’Islam et la discrimination de Musulmans. Cela rappelle dangereusement la judéophobie et la persécution des Juifs entre les deux guerres mondiales.

Rien que ce fait-là devrait appeler les Juifs non seulement à la vigilance (ils pourraient bien être les suivants, que Dieu nous protège), mais surtout l’esprit de DROITURE et de JUSTICE, et de GENEROSITE HUMAINE devrait faire que nous nous solidariserions avec nos frères et sœurs musulmans des pays occidentaux.

A noter que l’Islamophobie n’est pas uniquement un exutoire de l’extrême droite dépositaire du Nazisme. Elle provient plutôt du fascisme à col blanc, de milieux libéraux, « bien pensants » lié au Néoconservatisme américain et aux lobbys sionistes. Elle se manifeste aussi par la subtilité d’opposer un soi-disant « Islam occidental éclairé » à l’ « l’Islam terroriste ». Cette hypocrisie est utilisée par les ennemis de toutes religions, sauf si celles-ci sont l’opium pour le peuple au service de l’impérialisme.

 

Ensuite, il a bien sûr la cause palestinienne qui devrait unir le Judaïsme de la Torah et l’Islam.

 

L’antisionisme de la Torah devrait s’opposer au Sionisme et à son entité, même si pendant la période de notre Exil et de Dispersion, le  Saint Créateur avait installé en Terre Sainte au lieu de Palestiniens musulmans, d’autres peuples tels des Coréens ou Inuits. La Torah interdit formellement tout autant un pouvoir politique religieux, même régi selon les règles de la Torah, que l’actuel pouvoir de Kofrim (renégats), alliance de sionistes antireligieux et falsificateurs religieux.

Malheureusement le Satan a réussi à tromper et à conditionner un très grand nombre de Juifs par la propagande sioniste.

A quoi sont intéressés les Juifs non contaminés par le Sionisme dans la phase actuelle que nous croyons être celle des souffrances, des douleurs qui annoncent l’avènement du Messie?  C’est bien sûr que cesse au plus tôt la domination de la Terre Sainte par les Sionistes ! Car le Sionisme est l’obstacle principal qui empêche la venue du Messie, qui doit venir et qui est attendu, non seulement pour les Juifs, mais pour la rédemption de toute l’humanité.   

 

A qui doit appartenir la Palestine ? Bien sûr aux Palestiniens qui en grande majorité sont Musulmans. Cela a déjà été reconnu par nos saints Rabbins dans les années ’20 du siècle dernier et a été formulé magistralement par le jeune rabbin allemand Simon SCHWAB en 1934 dans son écrit « Retour au Judaïsme ». Les Rabbins de tous les siècles précédents acceptaient de bon gré la soumission à la domination ottomane en Palestine.

 

En période d’Exil et de Dispersion, les Juifs n’ont aucun intérêt à dominer la Terre Sainte, et non plus les autres parties du monde. Notre vocation divine est d’être « un peuple saint et un royaume de prêtres », une population pilote, exemplaire, au service de l’humanité. Nous devons nous rappeler, plus que jamais, que ce n’est que par et pour la Thora transmise à Moïse au mont Sinaï que nous sommes Juifs.

 

C’est de bon cœur, que nous Juifs devons accepter et promouvoir la souveraineté du peuple palestinien sur l’entièreté de la Palestine historique. Pas une parcelle de la Terre Sainte ne peut rester profanée par les Sionistes.

Vu ainsi, c’est le bon sens même. Il n’y a aucun antagonisme entre le Judaïsme et l’Islam. Le Sionisme est notre ennemi commun.

 

Le Rabbin Samson Raphael HIRSCH formula la Tradition de la Thora ainsi: « Mensch Jissroél », Humain car Juif et Juif car Humain, avec l’obligation de « Thora im Dérekh Erèts », le savoir-vivre Juif.

Fidèles à notre Tradition de Thora, nous avons à nous conduire de façon irréprochable, à sanctifier le Nom Divin dans notre relation avec nos prochains non-Juifs. Nous appelons nos frères et sœurs Juifs induits en erreurs à se détacher du Sionisme, à se retourner contre l’idolâtrie et la malfaisance sionistes, en premier lieu contre la falsification de la Thora nommée Sionisme religieux. Le retour à la Source, c’est le retour à la Thora non falsifiée !

 

Nous devons compatir avec les victimes non juives du Sionisme et soutenir la Résistance islamique palestinienne. Ceci contrairement aux gouvernements arabes qui laissent souffrir Gaza et craignent la Révolution Islamique dans leurs pays. La compassion et la bienfaisance sont des traits indélébiles des enfants d’Abraham, de toute âme Juive qui a été présente au Mont Sinaï lors du Don de la Thora. L’Amalek sioniste est le contraire.

 

Notre proposition d’alliance stratégique amicale entre Judaïsme et Islam contre le Sionisme, resterait incomplète sans faire l’éloge, sans exprimer le soutien à la République Islamique d’Iran, fruit de la Révolution Islamique (1979). Cette Révolution Islamique a fait ses preuves et donne des impulsions spirituelles indispensables, de très haute qualité, aux aspirations des peuples pour leur souveraineté, contre le sionisme, l’impérialisme et toute forme d’injustice.

 

C’est dans ce sens et dans ce contexte que nous formulons cet Appel à initier et à développer l’indispensable alliance stratégique amicale entre Judaïsme et Islam, entre Juifs et Musulmans contre le Sionisme.

Que le Saint Créateur veuille bénir et protéger ceux qui œuvrent  pour accomplir Sa Volonté pour réaliser la Droiture, la Justice et l’Harmonie fraternelle de l’Humanité entière dans la reconnaissance et l’adoration du Dieu Un.

 

Shmiel Mordche BORREMAN

Pour le Collectif de l’Association d’Etude Yechouroun Judaïsme contre Sionisme
Centre Zahra France 17 juiillet 2008

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 04:10


Vers une modernité métisse


Jean-Claude Guillebaud

Après avoir mis à nu sa foi dans "Comment je suis redevenu chrétien"? publié en 2007, Jean-Claude Guillebaud, dans la lignée de "La Trahison des Lumières" de "la Refondation du Monde" de "La Force de conviction" nous entraîne, au fil de son dernier ouvrage, sur les chemins escarpés mais qui méritent d'être empruntés, de ce qu'il appelle "une modernité métisse". Le "commencement d'un monde" ne règle pas son compte à l'Occident; il le remet à sa place comme "une province du monde" avec des accents de vérité dont nos gouvernants pourraient parfois s'inspirer- on pense à certain discours prononcé à Dakar- et il propose à la délibération de tous, citant le philosophe allemand Habermas, la vision qu'on se fait de l'universel.

@qui! : La venue de Benoît XVI en France, l'empressement du pouvoir français à son égard, cette revendication des valeurs de la chrétienté participent-ils, selon vous, de" cette réapparition de la religion comme sujet d'avenir"? Singulier acte de foi alors que la "fille aînée de l'Eglise" s'éloigne chaque jour un peu plus de la pratique religieuse.

Le commencement d'un monde - JC Guillebaud

 


Jean-Claude Guillebaud : Une chose est sûre : la "question religieuse" est devant nous, et non derrière. Cela peut être pour le pire avec la virulence des fondamentalismes de tous ordres qui prennent, aujourd'hui, le relais de fondamentalismes idéologiques (et athées) du siècle dernier. Mais cela peut-être aussi pour le meilleur, c'est-à-dire une exigence de sens, de transcendance et de bienveillance partagée. Pour prendre un exemple américain, le candidat démocrate Barack Obama est sûrement plus fermement chrétien que son adversaire républicain. On avait trop pris
l'habitude, chez nous, de monter en épingle la "droite chrétienne" en Amérique.

Le succès d'Obama nous rappelle qu'il y a aussi, en Amérique, des chrétiens résolument "à gauche", du moins selon les critères américains. Concernant la France, c'est vrai que la pratique a beaucoup diminué. Mais d'une part cette diminution semble bien avoir cessé; la pratique est désormais stationnaire. Et puis, surtout, il faut perdre l'habitude d'évaluer la sensibilité chrétienne d'un pays comme on compte les entrées dans les cinémas. Crise de la pratique et des vocations ne signifie pas disparition annoncée du christianisme.

Des formes nouvelles se cherchent, dans l'Église comme ailleurs. Enfin, je suis frappé par le fait que la Russie, soumise pendant trois quarts de siècle à une éradication volontaire et parfois violente du religieux, la Russie où la plupart des Églises avaient été désaffectées ou transformées en étables dans les années 1920 et 1930, s'est rechristianisée à très grande vitesse depuis 1980. Il y a aujourd'hui 400 monastères en activité et les églises sont pleines.


@! : Votre analyse se fonde, à la fois, sur la fin du primat de l'Occident et le constat qu'un monde nouveau et multiple émerge de façon irrésistible...

J-C. G. : Pendant quatre siècles, la culture européenne, puis euro-américaine, a été hégémonique. Vers la fin du XVIe siècle, elle a commencé à rattraper le grand retard qu'elle avait par rapport aux autres grandes civilisations, par exemple chinoise ou indienne. Les Chinois ont inventé l'imprimerie huit siècles avant nous et les astronomes indiens ont découvert la réalité du mouvement des astres plusieurs siècles avant Galilée. Dès le milieu du XVIIe siècle la culture européenne avait effacé ce retard et même distancé les civilisations concurrentes. Ainsi a-t-elle pu devenir la véritable "organisatrice" du monde. Elle a régné par la conquête coloniale, la supériorité économique et militaire, mais aussi par le rayonnement culturel.

De ce point de vue, on peut dire que le monde entier est déjà bien plus occidentalisé qu'on ne le croit. Même la Chine. Même l'Inde. Mais ce qui s'achève aujourd'hui, c'est cette "séquence" purement occidentale. Les autres civilisations se réveillent et accède, à leur façon, à la modernité. Cette dernière ne pourra plus se confondre avec le seul "Occident". La modernité devra intégrer ces apports venus d'ailleurs.
 
C'est d'ailleurs ce qui se passe dans les faits.

@! : Vous nous proposez en quelque sorte d'entrer joyeusement et de façon volontariste vers cette "modernité métisse" qui correspond au"commencement d'un monde". Et de le faire par le biais de la délibération de tous. Faut-il comprendre, quand on considère l'état de la démocratie dans le monde, qu'il y faudra beaucoup de temps encore et que ce sera au prix d'inévitables et graves convulsions?

J-C. G. : Quand je parle de modernité métisse, je ne veux pas dire par là que l'Occident devra renoncer aux valeurs qu'il porte (droits de l'homme, démocratie, etc.), même s'il est souvent le premier à les trahir. Cela veut dire que ces valeurs, ces concepts, ce rapport au monde seront désormais "pluriels", pourront être enrichis, complétés, transformés par des approches venues de la périphérie. Prenons un exemple simple. Au milieu des années 1980, l'Afrique a élaboré une "Charte africaine des droits de l'homme" qui reprend à son compte le concept occidental de "droits individuels" mais lui ajoute une valeur trop négligée chez nous : la solidarité. Je vois cela comme un enrichissement. Deuxième remarque. Ce que j'appelle une modernité "métisse", ne signifie pas que le monde va s'uniformiser, bien au contraire.

Nous devons garder nos racines particulières, notre identité mais apprendre à l'ouvrir au reste du monde, à refuser la clôture angoissée, le barricadement. Je pense souvent à cette très belle phrase du Portugais Miguel Torga, aujourd'hui disparu : l'universel, c'est le "local" moins les murs. Et puis, voyez comme chez nous, les plus jeunes ont déjà pris l'habitude d'évoquer la "world music" ou la "world littérature", c'est-à-dire des formes "métisses" de création. Dernière remarque : quand je parle de "modernité métisse", cela ne doit pas être confondu avec "société métisse". Si vous prenez le cas du Japon, il s'agit d'une société non métissée, ou très peu, mais d'une modernité qui, elle, l'est beaucoup. Le Japon a su concilier ses traditions avec une modernité venue d'Occident, et qui s'en est trouvée transformée.

Pour répondre à la fin de votre question, je suis optimiste sur le long terme mais je ne suis ni irénique ni béat. Dans le court terme, cette marche des civilisations les unes vers les autres, cette "rencontre" inévitable, va continuer à susciter des réactions de replis, des refus, des crispations identitaires et fondamentalistes. Autrement dit, en passant ce "cap des tempêtes", nous devrons certainement affronter des violences, des menaces dont le terrorisme est un bon exemple. Il faudra faire face, mais avec sang froid.


"Le commencement d'un monde", Jean-Claude Guillebaud, Le Seuil, www.seuil.com




http://alainindependant.canalblog.com/archives/2008/10/09/10873770.html

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 08:51
Le monde tel que je le rêve ! :

Reçu :

"La photo parle d'elle-même.

On leur doit la Liberté, la Vérité car l'Avenir c'est eux.

à bientôt,

Rachid"

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 08:16



Vatican: un rabbin pour la première fois
au synode des évêques catholiques  25/09/2008

Un dignitaire religieux juif - le grand rabbin de Haïfa, Shear-Yashuv Cohen - s'exprimera pour la première fois de l'histoire lors du synode des évêques catholiques qui entamera ses travaux au Vatican le 5 octobre prochain, rapporte mercredi le service de presse du Saint-Siège.

Le rabbin arrivera au Vatican à l'invitation du pape Benoît XVI et interviendra devant les évêques le lendemain de l'ouverture du synode, en présentant un rapport intitulé "La place centrale de l'écriture juive dans la tradition juive".

Shear-Yashuv Cohen a beaucoup apprécié l'invitation du souverain pontife.

Pourtant, a-t-il indiqué, certains rabbins estiment que le dialogue interreligieux n'est qu'un moyen de "persuader les Juifs de se convertir au christianisme".

"C'est justement la raison pour laquelle certains leaders juifs se sont opposés à mon intervention lors du synode. Certains craignent qu'incapables de nous y amener par la force, les chrétiens ne le fassent par la parole", a dit le rabbin.

"S'ils ont raison, je suis en train de commettre une erreur, mais je ne pense pas qu'il en soit ainsi", a conclu Shear-Yashuv Cohen.
Partager cet article
Repost0
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 21:30





Je fais le rêve


  M.L. King 


Je fais le rêve que les hommes,

un jour, se lèveront et comprendront enfin

qu'ils sont faits pour vivre ensemble

comme des frères.

 

Je fais encore le rêve que nous serons capables

de repousser au loin les tentations du désespoir

et de jeter une nouvelle lumière

sur les ténèbres du pessimisme.

 

Je rêve que, un jour, notre pays se lèvera

et vivra pleinement la véritable réalité

de son credo : "Nous tenons ces vérités

pour évidentes par elles-mêmes

que tous les hommes sont créés égaux."

 

Je rêve que, un jour,

sur les rouges collines de Georgie,

les fils des anciens esclaves

et les fils des anciens propriétaires d'esclaves

pourront s'asseoir ensemble

à la table de la fraternité.

 

Je rêve que mes quatre petits enfants

vivront un jour dans un pays

où on ne les jugera pas à la couleur de leur peau,

mais à la nature de leur caractère.

 

Oui, nous serons capables de hâter le jour

où la paix règnera sur Terre

et la bonne volonté entre les hommes.

Ce sera un jour merveilleux,

les étoiles du matin

chanteront ensemble,

les fils de Dieu

pousseront des cris de joie.

 

 

                Martin Luther King


http://alainindependant.canalblog.com/archives/2008/09/22/10619244.html

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 15:49


Paroles et musique de Tony Turner (2002). Ce chant nous a été communiqué par Lucie-Marie Castonguay-Bowers, membre de la First Unitarian Congregation of Ottawa où il a connu un très vif succès. Traduction proposée en français par Jean-Claude Barbier.


Rondelle, peinture de Thierry Moralès vue sur son site http://le-jardin.over-blog.net


Refrain :  Come, join with me in the circle of song
The young and the old, the weak and the strong
Singing with one voice, though we may speak diff’rent tongues
In the circle of song we are one

Venez, entrez avec moi dans la ronde des chants
Que vous soyez jeune ou vieux, faible ou fort
Venez chanter d’une seule voix avec nos différentes langues
Puisque dans la ronde des chants nous sommes Un

Some sing of the past, of battles lost and won
Some sing of their dreams, of a new day in the sun
Some sing out for love and some sing just for fun
But in the circle of song we are one

Certains chanteront le passé, batailles perdues ou gagnées,
Ou encore leurs rêves d’un jour nouveau sous le soleil,
D’autres chanteront l’amour ou simplement par plaisir,
Mais dans la ronde des chants nous sommes Un

Some sing of this land, the country of their birth
Some sing of this land, of the beauty of the earth
Some sing of this land for all that it is worth
But in the circle of song we are one

Certains chanteront leur terre, pays de leur naissance
Certains chanteront leur terre, comme beauté de la Terre entière
Certains chanteront leur terre pour tout ce qui en fait la valeur,
Mais dans la ronde des chants, nous sommes Un

Each of us must leave this place and go back to our homes
Each of us must walk a path that must be walked alone
And each of us will bear the fruit of the seeds that we have sown
In the circle of song, we are one.

Chacun de nous quittera bientôt cette place pour retourner chez lui
Il devra marcher un bout de temps, un chemin qu’il parcourra seul
Et chacun de porter en lui les fruits des graines que nous avons semées.
Dans la ronde des chants, nous sommes Un.


http://afcu.over-blog.org/article-22703354.html

 


Partager cet article
Repost0
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 15:35


Un nouvel exode pour
tous les enfants d'Abraham


Nos frères et soeurs Juifs commémorent la sortie d’Egypte,
le passage miraculeux de la Mer des joncs
et l’Exode au désert sous la direction du prophète Moïse.
Méditation sur l’actualité de l’Exode biblique

à travers ses
trois dimensions libératrices :
Spirituelle, culturelle et sociale
.



L’Exode biblique est l’esquisse du grand exode spirituel et perpétuel auquel Dieu nous appelle. Cet Exode historique, relaté par la Bible et le Coran, bien que limité dans le temps, l’espace et dans ses perspectives spirituelles, présente déjà les trois dimensions fondamentales de cette liberté absolue que nous allons reconquérir :

 
1/ libération de la religion idolâtre égyptienne, qui avec la culture, a fortement imprégné les Hébreux et stérilisé l’espérance abrahamique monothéiste dont ils étaient les héritiers (libération spirituelle)


2/ Libération de l’univers mental égyptien, de ses représentations (libération culturelle)


3/ Libération d’un état d’esclavage économique et politique (libération sociale)

 

l'Exode a une dimension sociale et une dimension humaine intérieure, une dimension spirituelle. Les hommes qui ont cherché à se libérer du système sans se libérer de ce qui, en eux-mêmes, fondait le système, ont toujours échoué. L’échec global des révolutions et réformes politiques ou religieuses le prouve. On ne change pas le monde sans se changer intérieurement. L'Exode est donc inséparablement un refus de soumission au système, une action de transformation de la société et une action émancipatrice intime, un affranchissement de tout ce qui nous tient esclave intérieurement et que la tradition abrahamique appelle « péché ». « tout homme qui commet le péché est esclave du péché » disait Jésus (Jean 8.34).

 


Toute dynamique d'Exode qui n'est pas avant tout spirituelle et intérieure dégénère tôt ou tard en conquête politique et religieuse, au profit d'une minorité de privilégiés (ethnie, caste, classe, élite, clergé, etc.). Les récits bibliques et coraniques l'illustrent clairement.


L'Exode se déroule en premier lieu en chacune et en chacun
:


Il s'agit de quitter son Égypte intime, de vaincre son pharaon intérieur et de reconquérir sa capacité de bien actif, d'amour bâtisseur, d'autonomie et de responsabilité. Il s'agit de briser les liens de notre impulsivité peureuse, avide ou égoïste, de nos mensonges, de nos bassesses, qui fondent l'origine de toutes les formes d'esclavages sociales, politiques, économiques, intellectuelles...


 



1/ Libération spirituelle.

 

Comme pour les Hébreux en Egypte, Dieu nous demande de nous libérer en premier lieu du paganisme, de l’idolâtrie, des superstitions et du pouvoir religieux en générale - le pouvoir qui s’exerce sur la Parole de Dieu, sur l’âme et la vie spirituelle.
Nous sommes tous des idolâtres et des superstitieux, même lorsque nous sommes athées, mêmes lorsque nous nous prétendons rationalistes ou monothéistes purs et durs. Nous sommes enchaînés à tout un tas de croyances religieuses qui nous dissimulent notre vraie nature et nos véritables capacités d’évolution.


 Aucune religion n’a jamais cru que l’homme pouvait vaincre le mal en lui et changer en profondeur. Aucune religion n’a réellement cru en l’homme, n’a réellement donné sa place à l’homme comme ressemblance et représentant de Dieu sur la terre. Toutes les religions ont affirmé que l’humain était incapable de vivre une liberté harmonieuse avec son Créateur et avec ses frères, qu’il fallait donc le surveiller, le diriger, le contraindre, le punir, lui imposer des formules et des formes pour le juguler, le contrôler, le soumettre. Toutes les religions, à divers degrés, ont justifié cette soumission par des doctrines et des théologies remplaçant peu à peu la Parole de Dieu ou imposant une lecture orientée de cette Parole à la communauté des croyants. Mais cette vision de l’homme, désespérée et désespérante, résignée face au mal, repoussant la réalisation des Promesses divines dans l'au-delà, transmise par les systèmes religieux n’est pas la vision transmise par les prophètes. Il nous faut retourner à la source de la Parole!

 

La première des libérations est donc de nous affranchir du mensonge religieux sur l’homme – d’ailleurs repris par les religions athées -, d’une perception erronée de ce que nous sommes vraiment et de ce que nous pouvons devenir.
 

Tout part de là : prendre conscience de notre véritable potentiel, de notre véritable force, de notre véritable origine et donc de notre véritable destinée, qui n’est pas de vivre comme des animaux évolués, parqués et conduit en troupeaux uniformes et dociles, mais de vivre comme des créateurs d’univers, libres et aimants, maîtres de leur propre évolution et de leur propre avenir en union intime avec le Créateur de toute vie. Dieu ne fonde pas de systèmes religieux, Il appelles à la vie spirituelle libre, évolutive, dynamique, bâtisseuse… Dieu croit en l’homme et appelle l’homme à croire en lui-même. Par Sa Parole, Il nous donne un levier puissant pour vaincre le doute. Le doute et le scepticisme ne concernent pas seulement la réalité historique des faits spirituels comme les manifestation divines ou angéliques, ou comme la promesse biblico-coranique de la résurrection, ce doute concerne d’abord et avant tout notre capacité à faire naître une humanité meilleure, une humanité spirituelle, juste, fraternelle, équilibrée, heureuse, que Jésus appelait le Royaume.

 


Parce que la Parole de Dieu nous enseigne notre véritable vocation et nous rappelle notre vraie nature, tout homme doit pouvoir la connaître, y accéder librement et l’accomplir librement. Tout homme doit pouvoir prendre connaissance du Projet de Dieu tel qu’il est et non tel que les religions le traduisent ou le travestissent.

La première phase de notre exode est donc de redonner à tous et à toutes la Parole pure, de libérer la prière des doctrines et des théologies, de refonder le face à face entre le Père et ses enfants, sans intermédiaire.

En ce qui concerne les incroyants, il s’agira de libérer l’élan humaniste des carcans idéologiques et de l’endoctrinement des prêtres du rationalisme, du légalisme, du scientisme ou de l’économisme… qui pèse aussi lourdement sur la conscience des humanistes que celui des docteurs religieux sur celle des croyants.


 





 

2/ Libération culturelle :

 

Retrouver la Parole pure et le lien direct avec Dieu nous conduit naturellement à remettre en question nos représentations du monde, de l’humanité et du sens de la vie transmise par l’éducation, les media, bref, la culture au sens large. La culture n’est pas la connaissance, bénéfique, mais les représentations, conditionnements, habitudes et préjugés en tous genre qui pèsent sur notre conscience et réduisent notre horizon. En particulier, Dieu nous invite à dessouder les barreaux des réflexes culturels, qui nous font nous résigner à une vie médiocre, qui nous font nous convaincre, de générations en générations, que l'homme ne peut pas être autre chose qu'un loup pour l'homme, et que le seul progrès envisageable - "réaliste" et "sérieux" - ne peut être que de resserrer toujours davantage son collier étrangleur (lois, polices, tribunaux, contrôles et contraintes en tout genre...). Chaque jour, les citoyens réclament davantage de lois, de règlements, de jugements, de répression, de surveillance et oublient que l'amour - seule solution de fond à l'injustice et à l'insécurité - ne peut exister que libre. Aujourd'hui, comme les hébreux esclaves, écrasés par leur propre résignation autant que par leurs gardes-chiourmes, nous pouvons ébranler nos doutes, nous dresser courageusement contre la passivité et le scepticisme ambiant.


A l’époque de Pharaon, le pouvoir soumettait le peuple au système par la force. Mais le fouet n’était pas l’unique moyen de soumission dont disposait le pharaon puisqu’une certaine sécurité matérielle concédée aux Hébreux leur rendait la fuite dans le désert suffisamment inquiétante pour les amener à rester sur la terre de leur maître quasiment de leur plein gré. Les Hébreux  ne devaient pas porter le pouvoir égyptien dans leur cœur mais la fascination exercée sur eux par les splendeurs pharaoniques, les conquêtes intellectuelles et matérielles des égyptiens et l’abondance fertile de la vallée du Nil devaient avoir raison de leur aspiration à la liberté. Finalement, la plupart des Hébreux devaient avoir oublié la Promesse faite à Abraham et se fondaient, par paresse ou résignation, dans la culture ambiante et les conceptions, apparemment victorieuses, de leurs maîtres
.

 
Sommes nous dans une situation très différente aujourd’hui ? Aujourd'hui nous ne subissons plus le fouet – du moins en occident – mais le pharaon continue de détourner le fruit de notre travail par l'impôt, les taxes ou en suscitant en nous par la publicité et le conditionnement idéologique toutes sortes de besoins artificiels et mensongers, et jusqu’à une conception du bonheur - ramené à la possession de choses (ou de personnes chosifiées) procurant la jouissance et/ou la puissance- qui fait de nous les complices actifs de notre propre esclavage
.

 


L'éducation et l’enseignement, le conditionnement médiatique et culturel de l’information et des arts, les valeurs morales et philosophiques imposées, nous font vivre dans la crainte du prochain et dans l’obéissance aux institutions censées nous protéger de ce prochain toujours menaçant. Cette culture dominante, qui nous imprègne le plus souvent à notre insu, nous fait voir l’amour fraternel, le pardon, le don, la liberté, le dépassement, le partage… comme des rêves inaccessibles et des utopies naïves, nous dissuadant à l’avance d’en explorer pleinement les possibilités. Tout, ou presque, autour de nous, contribue à nous faire douter qu’un autre monde soit envisageable, contribue à nous faire douter de nous mêmes, de nos capacités à vraiment changer de vie, à devenir meilleurs. Notre culture est une culture de peur et la peur est une prison.

 
Pour nous conduire hors de ce cachot culturel, l’esprit libérateur de l’Exode nous pousse logiquement à nous affranchir des valeurs vénérées, sacralisées par le système, telle que celles de la nécessité de lois, de tribunaux, de frontières, etc., à nous affranchir des préjugés et poncifs culturels, des mythes sociaux, historiques et scientifiques et des conditionnements mentaux, tel que la peur de l’autre, les réflexes d’égoïsme, de rivalité, de jugement, les habitudes de soumission, de passivité, de suivisme ou au contraire de domination, de contrôle, de manipulation et d’utilisation de l’autre.

 
L’Exode nous engage à développer une véritable "anti-culture" agissante, afin de remettre en marche ce monde sclérosé, immobile malgré sont agitation, soumis au dogme de la fatalité du mal, de la compétition, du mensonge...et à celui de la nécessité de la morale, de la loi et de la violence pour juguler le mal. Il nous encourage à développer un nouveau regard sur l’humain, un regard ouvert, vierge, éclairé d’espérance autant que de réalisme.


 


 

3/ Libération sociale :

 

Rien  ne sert de libérer l’homme des préjugés, des valeurs et concepts imposés, rien ne sert de lui donner accès à la Parole de Dieu – ou à un humanisme authentique - et de lui révéler sa véritable vocation si l’on ne libère pas également ses actes, ses entreprises et ses choix sociaux. C’est pourquoi, au fur et à mesure de sa progression, l’exode nouveau libérera l’activité humaine dans tous les domaines en rappelant que les risques de cette liberté sont moindres que les risques grandissants que les pouvoirs font courir sur nous. Progressivement, il nous conduira à refuser l’emprise des pouvoirs sur nos vies, sur l’ensemble des activités humaines et à revendiquer la possibilité d’expérimenter une autre conception des rapports humains, la possibilité de nous réapproprier pleinement notre existence. Les femmes et hommes en exode refuseront peu à peu toute domination et toute autre loi que l'amour.

Dans cette optique, l’exode nous conduira parfois jusqu’à la confrontation comme les Hébreux face à l’Etat égyptien et nous aurons recours à la désobéissance civile, pacifique mais résolue, à la manière d’un Martin Luther King, qui su reprendre en son temps la marche de l’exode vers la justice et la fraternité.

 
 Cette libération sociale et économique n'est ni de gauche ni de droite et ne découle d'aucune idéologie. Elle
est le prolongement logique de la libération spirituelle et culturelle.

Elle est la liberté de créer, d'expérimenter, de produire et de commercer, de choisir son mode de vie, de se grouper librement en assemblées naturelles et non de vivre dans un système clos de normes, de structures et d’organisations hiérarchiques imposées. Bref, elle est simplement liberté de vivre pleinement la Parole de Dieu
.


Les hommes en exode se garderont d’élaborer un modèle figé et définitif de la Terre Promise – parabole du bonheur à construire ensemble sur toute la terre -, ils se garderont de déclarer indépassable les étapes du parcours et achevée la conquête. Ils n’imposeront jamais de conception achevée de la réalité humaine, ils ne demanderont rien d’autre que la possibilité du choix, la possibilité de sortir des sentiers battus pour explorer librement une infinité de mondes possibles, car la Terre Promise sera inévitablement multiple et évolutive. Ils se défieront avec vigilance de tous raccourcis doctrinaires ou autoritaire et veilleront à rester en marche, perpétuellement, guidée par la seule direction de certitude que donne la conscience éclairée par l’Appel des prophètes qui n’est autre que l’Appel de l’amour, amour inconditionnel, lequel implique le non-jugement, le pardon, l’attention bienveillante pour tous les hommes... (Voir le Sermon sur la Montagne de Jésus – Mat. 5 à 7)


 


 
Dans cette direction, qui fut empruntée jadis par Abraham, Moïse, Jésus et Muhammad, et que Dieu est venu restaurer à Arès en 1974 et en 1977,
Juifs, Chrétiens, Musulmans peuvent s’unir, croyants et incroyants peuvent avancer côte à côte et poser, ensemble, leur regard sur le lointain : La Terre Promise.

 


La Terre Promise est la parabole du monde changé, de la civilisation nouvelle à bâtir ensemble.

La conquête de la Terre Promise n'est pas une conquête politique et territoriale.

Elle n’est pas non plus une conquête religieuse en faveur d’un système, d’une église ou d’une communauté étroite, mais une oeuvre de création positive qui concerne toute la terre et toute l'humanité, sans discrimination, dans un esprit de fraternité universel.


Regarder en direction de la Terre Promise, c'est se poser la question de la société dans laquelle nous voulons vivre demain, se sentir pleinement responsable de l'humanité à venir.

En quelque sorte, Dieu fait de tout homme un prophète, c’est à dire un messager et un porteur de l’Appel du Créateur et le responsable à part entière de sa réalisation sur la terre
.


 




 
Ancien texte personnel sur la thématique de l'Exode :
http://le-jardin.over-blog.net/article-16597636.html

 

Lien vers le site du témoin des événements d'Arès
http://michelpotay.info/index.html

 

 

 

 

http://le-jardin.over-blog.net/article-18917195.html

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 15:24

http://le-jardin.over-blog.net/3-index.html

Ce blog est un peu le miroir de ma vie spirituelle...
Il est aussi le prolongement virtuel d'une démarche régulière dans les rues de ma ville : parler aux passants, mes frères et soeurs en humanité, pour partager mon espérance, ma foi en Dieu et en l'homme
.

J'invite toutes les personnes rencontrées dans la rue

- à qui j'ai laissé une petite carte avec l'adresse de ce blog -
à venir continuer l'échange,
poser des questions, donner leur point de vue...

Au-delà, j'invite bien évidemment tous les visiteurs de passage...

Bienvenue à tous et toutes!
"étrangers, je vous aime avant de vous connaître..." Révélation d'Arès 25,4






Les religions et les systèmes politiques
sont des étapes utiles et nécessaires
dans l'évolution de l'humanité .


- Disons que l’on ne peut pas se passer du jour au lendemain des systèmes auxquels nous sommes habitués – et même conditionnés – depuis des générations. C’est vrai. La libération se doit d’être progressive. Mais la pénitence - au sens de changement de vie et non de punition ou d'expiation - ne devient pleinement créatrice que dans un cadre de liberté maximum compatible avec notre stade d’évolution. Un des problèmes générés par les systèmes politiques et religieux est qu’ils entretiennent la peur chez leurs sujets et leurs fidèles. Peur de la vie spirituelle libre dans un cas et peur de la vie sociale libre dans l’autre cas. Pourquoi ? Parce qu’aucun système de pouvoir ne peut se justifier et se maintenir sans la peur de la liberté. C’est pourquoi tout système de pouvoir assimile toujours plus ou moins la liberté à la division, au chaos et à la violence et diffuse cette culture de la peur dans la société. L’amour ne peut pas se développer et s’épanouir dans la peur…  la culture de la peur est donc un obstacle majeur dont il faudra se débarrasser peu à peu.






Extraits de ce blog que j'aime - eva


Partager cet article
Repost0
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 05:05





Premier article écrit par une lectrice,
enseignante,
écrivain,
spécialiste des religions,
femme de foi.


(Pour son oeuvre, voir plus bas)

Texte de Rita,
communion des civilisations :



Dans le monde moderne il est question de choc des 
civilisations plutôt  que de communion  .

Et le choc engendre la guerre, pas la paix .

Les cultures religieuses  diffèrent mais elles appellent toutes à la 
paix , au bien , à la tolérance, à l'amour . La paix mondiale passe par 
la paix des religions établies .Chaque religion est une étoile qui 
enseigne le Bien.


Comparez les enseignements
des diverses religions sur la fraternité

 par  exemple :

(1)  Christianisme :  Que l'amour fraternel vous lie d'une mutuelle 
affection !

(2) Judaîsme : Dieu a créé tous les hommes comme frères et comme tels 
ils devraient toujours vivre ensemble .

(3) Islam :  L'humanité est une famille , un peuple  ; tous les humains 
sont des frères . Dieu aime ceux qui vivent ainsi .

(4)Bouddhisme : Un ami c'est un grand trésor : chéris le comme un frère 
.
(5)Hindouisme yogique : Une bonne personne ne fait pas de distinction 
entre un étranger et un frère .

(6)Confucianisme  /Taoîsme : Amitié et fraternité sont des vertus 
cardinales .

(7)Baha'îsme : Tous les hommes appartiennent à la race de Dieu .

Les religions sont donc importantes pour les masses qui n'ont pas un 
haut degré de compréhension de Dieu

Ne détruisez pas les religions : elles sont les garde -fous de 
l'humanité .

N"attaquez pas les prophètes des grandes religions .


Les chefs religieux doivent impérativement cohabiter pour promouvoir la 
paix mondiale et établir les rapports fraternels  entre les hommes de 
toutes les races et de toutes les confessions
.

Ils devraient aspirer  les diverses religions dans la Religion Universelle,
 au lieu d'essayer d'imposer leur vérité  respective fragmentaire et imparfaite .

L'être humain évolue spirituellement lorsqu'il dépasse le palier 
religieux  compartimenté et devient universel. Il se prépare ainsi à 
accéder après la mort aux Hautes Sphères Pures où régne l'harmonie   
jamais  la discorde .

Attention !  cette religion universelle  n'implique pas le rejet de sa 
propre culture religieuse mais un  dépassement salutaire .
  Ainsi le 
juif étudiera la Kabbale tout en restant dans le cadre de sa propre   
culture ; le musulman par le soufisme approfondira sa connaissance de 
Dieu : Idem pour les autres cultures . COMMUNION .

Les religions orientales possèdent la connaissance de l'architecture de 
l'Univers  mais elles se débarrasseront de leur côté animiste pour se 
tourner vers ce qui est en HAUT uniquement . Exit la facette animiste 
orientale exercée  dans  le culte des  Forces de la Nature .

Des chaînes retiennent l'homme à une conscience matérielle . Il est 
attaché à ses proches, à sa patrie , à l'or , aux biens matériels , à 
ses désirs ,aux plaisirs , à ses coutumes religieuses sans pour autant 
avoir une vraie connaissance de Dieu . Et les gens ne changent pas de 
religion :  lorsqu'ils appartiennent à une religion ils ne 
s'intéressent pas aux autres religions .

Une approche scientifique et philosophique les  concerne tous  et les 
ferait dépasser leurs  théologies respectives  .     Le chercheur qui 
dépasse intelligemment  sa foi personnelle imparfaite passe 
automatiquement de la divergence qui divise à la convergence qui 
rassemble . Dépassez les religions et vous constatez qu'à un niveau 
spirituel  plus élevé  on n'est plus dans le domaine de la foi mais 
dans celui de la Connaissance , de la Science Divine . Pas de place pour 
le doute .

Sinon bonjour au CHOC des civilisations !!!

Merci de votre attention . R.I .T .A     RÉSEAU :   TERRE / CIEL



-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Le livre de Rita, que je vous recommande si vous êtes sensible à la beauté du spirituel.  Profond, sensible, tendre.
L'assurance d'atteindre les plus hautes sphères, épurées... et d'en avoir le goût !
Un régal pour l'âme, le coeur, et l'esprit. 
Rita, assurément une très grande dame... maîtrisant parfaitement la pensée et l'écriture.  
Ne vous privez pas de ce plaisir....
L'occasion, aussi, pour les néophytes, de découvrir cette dimension.


Eva, journaliste-écrivain.



Le Monde de Rita
RP_001.JPG
Eloge de la
spiritualité




Vous pouvez le commander aux Éditions l'Originel

 http://ritapitton.hautetfort.com/ 





Commentaires de lecteurs
envoyés par courrier :

"J'ai beaucoup beaucoup aimé !! J'ai aussi beacoup appris !! Merci d'éclairer de vos recherches nos âmes assoiffées de savoir." Bernard D'Ursapt, Ecrivain

"La lecture de ce livre m'a procuré un plaisir très singulier, exceptionnel. Je le trouve très intéréssant, très bien documenté et habilement structuré." Raymond de Casanove, Retraité

"Ce livre éclaire et provoque la réflexion." Denis et Lizzie TRANQUILLE Fonctionnaires,
Australie


Classement: 5 sur 5 étoiles! [5 sur 5 étoiles!]

http://loriginel.com/product_reviews_info.php?products_id=55&reviews_id=56

Extraits présentation :


Oui le MAL existe en ce monde et dans mon livre je vous explique comment vaincre le MAL en insistant sur la grandeur de la destinée humaine . La VIE prend tout son sens quand l'être humain comprend que sa finalité est d'évoluer à travers des cycles de vie vers plus de conscience et vers la transformation du SOI .

L'homme s'est égaré dans la matière et par son athéisme il isole la Terre du TOUT COSMIQUE dont il fait partie avec des conséquences néfastes pour l'humanité . UN court -circuit est en train de se produire . Vous avez le pouvoir de réactiver ce circuit d'immortalité en rétablissant le contact entre le Ciel et la Terre .

Ce livre écrit après des années de recherches et d'expériences personnelles présente une Science de Dieu pour satisfaire la RAISON ,
Science qui assurément dépasse les divers paliers purement religieux forcément limités , pour atteindre l'UNIVERSEL .


Donc vous pouvez tous le lire et découvrir les clés de la vie . Bonne découverte avec Rita l'éclaireuse .

PS Le lien avec www. loriginel .com ne fonctionne pas bien pour l'instant .

Voilà donc les coordonnées des Éditions loriginel :

01 42 16 75 78 Adresse : 25 rue Saulnier 75009 Paris



R.I .T .A RÉSEAU : TERRE /COSMOS

Ecrit par : Rita Pitton | 18.06.2008 



Extraits d'un autre texte de Rita :

La République et Dieu



Levée de boucliers contre la politique de civilisation de notre Président Nicolas Sarkozy par les religions ! En lisant tous ces posts laïcs/athées des "forumeurs " sur INTERNET on se rend bien compte de l'effet dévastateur de l'enseignement laïc en France .

La morale civique laïque ne change pas les jeunes : oui il existe des valeurs communes aux religions et à l'athéisme mais la valeur principale laïque reste le NON -SENS , la désespérance qui mènent au matérialisme sordide . La déficience de l'enseignement laïc doit être compensée par l 'introduction de la Transcendance à l'école sous forme de méditation collective pas par les religions qui divisent . Le fait religieux sera étudié à côté en complément . Ca se fait déjà en Amérique . Cette méditation sous la directive de maîtres spirituels universels fera venir des ondes bénéfiques dans l'école . L'union de la laïcité et de la méditation serait une prodigieuse avancée .

La force du système du Mal qu'il faut vaincre est bien quelque part en l'homme .

Il fait réarmer l'humanité spirituellement .

Cette dynamique fondamentale pousse l'homme à adopter des valeurs civilisatrices de partage et d'amour . Aucun programme de bonheur ne sortira des politiques actuelles athées . L'humanisme athée lié au non - sens dont beaucoup se réclament n'apporte pas la JOIE et isole la Terre du Cosmos de manière dangereuse .

Teilhard de Chardin dans "Le phénomène humain " trace une synthèse de l'Univers dans une optique à la fois évolutionniste et spiritualiste . Il situe la création en en un point Alpha du temps affirmant que l'homme rejoint Dieu en un point Omega de parfaite spiritualité . L'évolution physique qui a débouché sur l'hominisation se double d'une évolution spirituelle . L'humain est rattaché à la laïcité spirituelle jamais à la laïcité athéisante .

Une humanité qui éradique le Mal et les divisions dans la fraternité et l'amour pour rejoindre Dieu en un point Omega , atteint sa finalité .




Rita...

Lien : http://ritapitton.hautetfort.com/archive/2008/08/31/communion-des-civilisations.html


Comme Rita, vous pouvez m'envoyer
vos textes ! Eva
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Eva pour la communion des civilisations
  • : Eva est une femme de paix, de consensus, s'opposant au "choc de civilisations", prônant la tolérance, le dialogue et même la communion de civilisations. Elle veut être un pont fraternel entre les différentes religions monothéistes. Elle dénonce les fondamentalismes, les intégrismes, les communautarismes sectaires et fanatiques, repliés sur eux, intolérants, va-t-en-guerre, dominateurs, inquisiteurs, haineux, racistes, eugénistes, impérialistes.
  • Contact

Recherche